La pression de performance dans le domaine du bien-être : quand la quête vire à l’obsession

J’ai envie de te parler d’un sujet un peu tabou qui me tient pourtant beaucoup à cœur : la pression de performance dans le domaine du bien-être. Je me suis rendue compte, au fil de mes recherches, qu’un grand nombre de personnes prônaient généralement une même liste d’habitudes de vie qui non seulement peut sembler beaucoup pour certaines, mais aussi, peut ne pas leur convenir tout à fait. À force de voir ces mêmes éléments un peu partout, on pourrait croire qu’il faut absolument faire toutes ces choses pour être heureuse, en forme et bien dans sa tête et son corps, ce qui peut entraîner une angoisse de ne pas être à la hauteur si jamais on n’y arrive pas.

Je souhaite t’en parler car je crois qu’il existe un réel danger de se laisser embarquer dans cette spirale infernale de « tout ou rien » et, au final, de ne pas se sentir mieux du tout, même pire : de culpabiliser ou d’avoir l’impression de ne jamais être assez bonne, alors que ce n’est pas du tout le cas.

Photo de Alex Green sur Pexels.com

La pression de performance : omniprésente dans nos vies

Avant même d’entamer ma démarche de bien-être, je ressentais déjà la pression de performance véhiculée par la société. Je crois que cette pression est davantage ressentie chez les femmes, de qui ont attend qu’elles soient maquillées, peignées, performantes au travail, présentes pour ses enfants, actives, et j’en passe. J’étais pourtant loin de me douter que cette pression était aussi présente dans le domaine du bien-être, où on peut vite s’étourdir devant toutes les solutions qui s’offrent à nous, mais aussi, qui nous sont souvent présentées comme étant toutes nécessaires pour que l’on se sente épanouie.

J’ai même une amie qui m’a avoué ressentir de la pression pour réussir à méditer ou à faire du yoga. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de filles qui souhaitent tellement devenir « meilleures » qu’elles en finissent par oublier que le but est de devenir heureuse, pas de répondre aux attentes des autres.

Photo de Elly Fairytale sur Pexels.com

Mon expérience avec la pression de performance dans le domaine du bien-être

Pour ma part, c’est surtout la quantité de choses qu’il semble falloir faire chaque jour pour être heureuse qui m’a frappée. Il faudrait, chaque jour, me lever très tôt, méditer, faire du yoga, réciter ou lire des affirmations positives, choisir une intention pour la journée, faire du sport, prendre l’air, faire de l’introspection, boire des shakes, diffuser des huiles essentielles, lire des livres sur le développement personnel, écouter des podcasts, et tout ça, en prenant aussi le temps de continuer mon projet de blogue et de peut-être éventuelle entreprise, en m’occupant de deux jeunes enfants, en prenant du temps pour mon couple et en travaillant à temps plein.

Peut-être y a-t-il des gens pour qui ce programme très chargé fonctionne à merveille, et c’est tant mieux : mais à mes yeux, il est épuisant.

Pour te donner une idée, j’ai voulu essayer le miracle morning, qui privilégie de se lever au moins 30 minutes ou une heure avant les enfants pour pouvoir profiter d’un peu de temps pour soi. Le deuxième jour, j’étais si épuisée que je m’endormais à 10 heures du matin. Clairement, force était de constater ce style de vie ne convenait pas du tout à mon rythme personnel. D’autant plus que je suis tellement zombie tôt le matin que je suis zéro productive.

Je ressens aussi de temps à autre une certaine culpabilité quand je me compare à d’autres filles dans le domaine du bien-être et du développement personnel. Elles semblent souvent en faire tellement plus que moi chaque jour dans ce domaine!

Puis, je me suis dis STOP. Ça suffit.

Premièrement, ces filles ne sont pas comme moi. Elles n’ont pas la même vie que moi ni la même réalité que moi. Elles n’ont pas toutes des enfants, ni même de conjoint, peut-être.

Bref, j’ai réalisé que je voulais faire toutes ces choses non pas pour mon propre bien-être personnel, mais pour répondre à un certain standard que j’avais établi dans ma tête. Je me mettais de la pression inutilement.

Et certains jours, quand j’allais moins bien, je me disais que je n’en avais peut-être pas fait assez pour mon bien-être. Commençait alors le bal des « j’aurais donc dû » : j’aurais dû lire des affirmations positives, prendre le temps de méditer, écrire mes émotions dans un journal…

Mais tu sais quoi? Ça ne servait strictement à rien de culpabiliser.

La réalité est que l’on fait toutes de notre mieux. Et surtout, qu’on ne peut pas tout faire : d’où l’importance de faire des choix réalistes qui conviennent davantage à notre réalité et à l’équilibre de vie que l’on recherche. Car c’est vraiment ça la clé : trouver son équilibre et ce qui nous fait du bien à nous.

Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

L’importance de trouver ce qui nous convient

Tu le sais peut-être déjà, mais j’ai une approche assez « essai-erreur » avec le bien-être. Je trouve qu’il est important d’essayer plusieurs outils, mais de ne garder au final que ce qui est le mieux adapté à nos besoins ou à nos objectifs de bien-être. Rien n’empêche que tu remplisses un journal de gratitude une journée, puis que tu t’y remettes un mois plus tard. Ou que tu essaies le journaling et que tu décides finalement de te tourner vers le yoga, par exemple, si ça te fait encore plus de bien.

Si tu souhaites revoir ta démarche de bien-être ou en commencer une nouvelle qui reflète réellement tes besoins, tes objectifs et ta réalité, je t’invite à consulter mon article Comment débuter une démarche de bien-être : mes conseils pour devenir la meilleure version de toi-même. Tu y trouveras des réflexions et des outils pour t’aider dans ton cheminement.

Je crois aussi à l’importance de prendre le temps de vivre davantage en pleine conscience. D’avoir des moments de calme où on se pose dans l’instant, à l’écoute de ses sens. C’est de cette façon que l’on se rend compte que, bien souvent, le bonheur et le bien-être se trouvent dans les petites choses.

Parce que le bien-être ne devrait jamais être vu comme une compétition.

9 commentaires sur “La pression de performance dans le domaine du bien-être : quand la quête vire à l’obsession

  1. Haha! Moi aussi j’ai essayé le Miracle Morning. Je l’ai fait trois semaines. Debout à 4:50, une heure plus tôt que mon lever habituel. J’étais trop fatiguée, je bâllais dans la face de mes élèves à 13h. Finalement, je fais du yoga 3-4 fois par semaine. J’essaie de méditer 2-3 fois par semaine aussi. L’écriture et la lecture faisaient déjà partie de mon quotidien. Quant aux affirmations, je suis une fille qui trouve déjà en elle-même la motivation intrinsèque de faire quelque chose, alors je ne sais pas jusqu’à quel point j’en ai besoin. Bref, je suis d’accord avec ce que tu dis. Il faut en prendre et en laisser et réaliser ce qui nous convient, à nous.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton témoignage! 🙏🏻 Tu dois être la première que j’entends pour qui le miracle morning n’a pas fonctionné : je me sens moins seule! 😅 Effectivement : il faut prendre ce qui fonctionne pour nous selon notre rythme et nos intérêts.

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,

    Cette mode du bien-être et les injonctions au bonheur qui en découlent sont comme un mirage dans le désert. Une chimère vendue comme une recette miracle. Certains en ont fait leur fond de commerce.

    Et au fond de nous, nous savons très bien que la vie ne fonctionne pas comme ça. Tu le dis d’ailleurs très justement, l’existence est une succession d’essai-erreurs qui nous amène à affiner ce qui nous convient.

    Bonne journée

    Aimé par 2 personnes

    1. Je ne sais pas si le bien-être est vraiment une mode… J’ai l’impression qu’elle est présente depuis longtemps, alors qu’une mode a un début et une fin. Pour ma part, j’aurais tendance à l’associer à notre besoin de spiritualité, en tout cas, j’y vois beaucoup de similitudes… Mais peu importe : mode ou pas, le bien-être est effectivement devenu une business, si bien qu’il faut faire attention au marketing derrière et se questionner dur ce dont on a réellement besoin.

      Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ce partage très bien vu… On aimerait récupérer dans le « développement personnel » des modèles tout faits où il n’y aurait qu’à appuyer sur un bouton pour changer en profondeur…
    Chacun de nous à son histoire, ses spécificités, ses goûts et attirances; pour l’un une méthode marchera du tonnerre, pour l’autre elle le laissera frustré et profondément déçu.
    Bref, un peu de bienveillance et de patience envers soi-même, c’est peut être déjà un bon commencement ?

    Aimé par 1 personne

  4. Complètement d’accord avec toi ! La trop grande pression à faire des choses censées bonnes pour toi devient contre productif. Le yoga et la meditation sont de bons exemples, ça devrait être des pratiques ou on ne pense pas à la performance mais si on se fixe des objectifs ça devient stressant au lieu d’être relaxant 🥴

    Aimé par 1 personne

  5. Tellement d’accord avec toi! J’ai souvent ressenti cette pression de part ma maladie, où l’on attend de moi que j’aille toujours mieux et donc, lorsque je cultivais mon bien-être, parfois je le faisais inconsciemment plus pour « être toujours mieux » plutôt que de trouver ce qui m’allait et l’inverse se produisait, forcément !
    Heureusement aujourd’hui, j’ai bien conscience de ce qui me convient ou non, malgré que cela reste un apprentissage quotidien.
    En tout cas bravo pour cette article !
    Des bisous 💕

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s