Mode & style Simplicité

10 façons de s’habiller de manière plus responsable et plus saine pour soi et la planète

Femme stylée qui se promène dans la rue

Si tu aimes la mode (comme moi), probablement que tu te doutes qu’il s’agit d’une des industries les plus polluantes au monde. La deuxième, en fait, juste après le pétrole. En effet, si la fast-fashion a permis de démocratiser la mode en la rendant plus accessible que jamais, elle est également un véritable fléau pour la planète. Mine de rien, on achète aujourd’hui 5 fois plus de vêtements qu’il y a 20 ans, et la production de ceux-ci serait responsable de l’émission de 1,2 milliard de tonnes de CO2 par an, soit autant que les émissions des transports aériens et maritimes réunis, d’après une étude réalisée en 2017 par la Fondation Ellen MacArthur. De plus, selon Recyc-Québec, chaque personne jetterait environ 12 kilos de vêtements ou autres produits textiles chaque année. C’est donc dire qu’un peu plus de 95 000 tonnes de vêtements finiraient à la décharge, et ce, seulement au Québec.

Est-ce que tu la sens, comme moi, cette petite boule noire de culpabilité se former dans ton coeur? Parce que l’on est toutes un peu coupable d’avoir déjà voulu une robe, un chandail, des souliers ou une jupe aperçue sur les médias sociaux, à la télé ou dans un magazine. Parce que la mode est une façon de laisser s’exprimer notre créativité et notre personnalité et qu’il est tentant de vouloir ajouter des couleurs, des textures… Et parce que la mode, au fond, permet de nous faire sentir plus belles, et donc, de rehausser notre sentiment de bien-être.

Si toi aussi tu as envie de te sentir belle tout en réduisant ton empreinte environnementale, en économisant davantage et en augmentant ton bien-être au quotidien, sache qu’il est possible de renverser la vapeur en changeant tes habitudes d’achat, et ce, sans avoir à compromettre ton amour de la mode pour autant. Parce que quand on achète mieux, on dépense moins, et c’est à la fois bon pour nous, la planète et notre portefeuille.

Photo par Jeremy Sallee sur Unsplash

1— Bien entretenir ses vêtements

Ça peut paraître élémentaire, mais bien entretenir ses vêtements, c’est la base. Peut-être as-tu déjà remarqué que tu avais tendance à moins porter certains vêtements parce qu’ils te semblaient trop usés? Ou trop froissés? En entretenant bien ses vêtements, on augmente par le fait même leur durée de vie. Selon Fashion Revolution, prolonger leur vie de 9 mois permettrait de réduire leur empreinte écologique de 20 à 30 %. Alors donne un peu d’amour à ta garde-robe!

Bien suivre les instructions de lavage

Les étiquettes de lavage sur les vêtements ne sont pas là pour faire joli. Elles sont remplies d’instructions utiles pour laver tes vêtements de sorte à les garder beaux plus longtemps. Et si tu as de la difficulté à voir autre chose que des hiéroglyphes incompréhensibles dans ces symboles (ce ne sont malheureusement pas toutes les étiquettes qui ont des instructions écrites), fais comme moi : télécharge et imprime ce guide officiel et garde-le à portée de main quand tu fais ton lavage. Comme ça, tu pourras toujours t’y référer au besoin. Sinon, tu peux aussi acheter cette magnifique plaque à suspendre près de ta machine à laver et qui te sert aussi de décoration.

LE SAVAIS-TU?

L’entretien peut représenter jusqu’à 80% de l’empreinte écologique d’un vêtements (Niinimäki, 2009). On a donc tout intérêt à laver nos vêtements moins souvent et à privilégier l’utilisation de produits d’entretien écologiques.

Laver ses vêtements à l’envers

Je te le jure : laver tes vêtements à l’envers vaut les quelques secondes supplémentaire que tu prends pour faire ton lavage. De cette façon, tu évites que l’extérieur de tes vêtements s’use prématurément en se frottant avec les autres lors du lavage. Tu conserve également mieux les couleurs, notamment celles des jeans qui ont tendance à pâlir au lavage. Pour les vêtements avec des paillettes, des clous ou d’autres décorations, il est préférable de les mettre également das un filet de lavage avant de les envoyer valser dans la laveuse avec tes autres vêtements afin de ne pas abîmer ces derniers..

Laver ses vêtements à l’eau froide

Savais-tu que le lavage à l’eau froide est tout aussi efficace que le lavage à l’eau chaude? D’ailleurs, laver ses vêtements à l’eau froide est moins dommageable pour les tissus qui ont tendance à rétrécir et à décolorer plus rapidement à l’eau chaude. L’eau froide aide également à déloger les taches. Mieux encore : ça coûte moins cher qu’utiliser de l’eau chaude. Alors pourquoi s’en priver?

Photo par Jason Briscoe sur Unsplash

Sécher ses vêtements à l’air libre

C’est reconnu : la sécheuse fait souvent plus de mal que de bien à nos vêtements. Selon les tissus, ils en sortent parfois rétrécis, étirés ou boulochés. C’est pourquoi j’ai tendance à laisser sécher mes vêtements à l’air autant que possible, que ce soit à l’extérieur sur une corde à linge ou sur des cintres suspendus sur une tringle que j’ai fait poser exprès dans ma salle de lavage. Cette façon de faire est moins agressive pour les tissus et j’ai remarqué que ceux-ci avaient tendance à rester plus beaux plus longtemps, même ceux de moins bonne qualité. Je peux ainsi généralement les porter quelques années plutôt que seulement quelques mois.

Traiter les taches

L’idéal est de traiter les taches le plus rapidement possible. En effet, plus on attend, plus il est difficile de les faire disparaître. Heureusement, il existe quelques trucs pour faire disparaître même les plus tenaces :

  • Traiter les taches avant de mettre ses vêtements dans la laveuse;
  • Laver ses vêtements à l’eau froide;
  • Utiliser un détachant, de préférence écologique comme le Percarbonate de sodium (article à venir) ou, pour les taches jaunes de transpiration, un mélange composé d’une part de bicarbonate de soude et d’une part de peroxyde d’hydrogène (ça fait des miracles!);
  • Faire sécher ses vêtements au soleil. Eh oui! Le soleil aide à faire pâlir les taches.

Un truc qui marche beaucoup pour moi, c’est de frotter immédiatement la tache avec de l’eau froide et du savon… à main. Parce que c’est souvent lui que l’on retrouve plus facilement quand on est en déplacement. Je mouille d’abord la partie tachée du vêtement et j’applique ensuite une petite goutte de savon. Il faut toutefois y aller délicatement avec certains tissus, mais j’ai généralement d’excellents résultats.

Défroisser ses vêtements

Bon, je l’avoue : moi-même je DÉTESTE utiliser le fer à repasser. Mais défroisser tes vêtements vont leur donner un aspect plus neuf et souvent de meilleure qualité. Qui sait : peut-être que c’est le petit détail qui te manquait pour retomber en amour avec certains des morceaux qui dorment dans le fond de ta garde-robe? Petit truc de fille pressée : quand il m’arrive de m’aplatir les cheveux, j’en profite parfois pour passer mon fer plat sur les tissus de mes vêtements. Il faut toutefois s’assurer avant que notre tissus est adapté à la chaleur de notre fer.

Photo par cottonbro sur Pexels

Raser les tissus qui boulochent

Pour redonner un air de jeunesse aux tissus qui boulochent, tu peux utiliser un rasoir à tissus, ou bien simplement aller chercher dans ta salle de bain ton propre rasoir (ou celui de ton chum). En passant délicatement la lame sur le tissus, tu peux enlever les bouloches qui se sont formées à la suite des frottements quotidiens ou du lavage. Il est important toutefois de faire attention à ne pas couper un fil au passage.

Réparer au besoin

Entretenir tes vêtements, c’est aussi les réparer. Savoir manier le fil et l’aiguille ou bien la machine à coudre peut te permettre de prolonger considérablement la durée de vie de tes vêtements et te faire épargner plusieurs dollars. Pour les pièces plus délicates ou de meilleure qualité, tu peux aussi confier ce travail à une couturière de confiance.

Photo par Priscilla Du Preez sur Unsplash

2—Désencombrer sa garde-robe

Si tu aimes la mode, les chances sont que tu as probablement beaucoup de vêtements. Peut-être trop, même. C’est mon cas. Après avoir porté la vie pendant 9 mois et allaité pendant 10 mois après ça, je suis due pour inviter Marie Kondo, la spécialiste du rangement minimaliste sur Netflix, dans ma garde-robe pour y mettre un peu d’ordre. Je te parlerai plus en détails de sa méthode KonMari dans un prochain article pour t’aider à désencombrer tout en amenant davantage de joie dans ta vie.

Je dois toutefois avouer que même avant ma grossesse, j’avais déjà trop de vêtements. En fait, j’avais l’impression de ne jamais en avoir assez, mais en réalité, il y en avais tellement dans ma garde-robe que je n’arrivais même plus à bien les voir. Et le pire, c’est que je me suis rendue compte que j’avais tendance à porter toujours les mêmes morceaux ou les mêmes combinaisons jour après jour, semaine après semaine.

Je ne te dis pas que tu dois absolument avoir une garde-robe minimaliste. Loin de là. Je ne suis pas tout à fais rendue là moi-même, pour être honnête. Je crois d’ailleurs qu’il existe tout un monde de gris entre le minimalisme et la surconsommation. Par contre, en ayant moins de vêtements, tu verras peut-être ta garde-robe d’un nouvel œil. En effet, tu verras mieux chaque morceau que tu possèdes, ce qui comporte plusieurs avantages.

Les avantages d’avoir moins de vêtements :

  • Tu évites d’acheter des vêtements que tu as déjà;
  • Tu prends moins de temps à choisir ta tenue le matin;
  • Tu portes plus souvent les vêtements que tu aimes et qui te font sentir belle;
  • Tu peux investir dans des vêtements de plus grande qualité qui resteront beaux plus longtemps.

D’ailleurs, savais-tu que le nombre de fois que l’on porte un vêtement avant de s’en débarrasser aurait chuté de 36 % depuis 15 ans selon Fashion Revolution? De quoi nous faire réfléchir à nos besoins réels en matière de vêtements.

Photo par Lauren Fleischmann sur Unsplash

3— Encourager la mode locale

On le sait : la très grande majorité des vêtements sont confectionnés à l’international. Malheureusement, ceci engendre davantage de gaz à effets de serre ne serait-ce que pour acheminer les vêtements jusqu’à nous. De plus, les conditions de travail dans ces manufactures sont souvent difficiles, le salaire très bas et la qualité de confection laisse souvent à désirer. En achetant davantage de vêtements conçus localement, on encourage généralement des entreprises qui paient mieux leurs employés pour un même travail, on se dote de morceaux de meilleure qualité et on limite la distance parcouru pour le transport des marchandises.

Les avantages d’acheter des vêtements conçus localement :

  • Tu encourages les talents de chez toi;
  • Tu encourages des conditions de travail plus humaines;
  • Tes vêtements sont de meilleure qualité, si bien qu’ils durent plus longtemps.

Acheter local coûte-t-il vraiment plus cher?

Le principal désavantage (et ce qui freine bon nombre de consommateurs), c’est que les vêtements faits localement coûtent aussi plus chers. En effet, ça peut être difficile psychologiquement de passer à la caisse pour acheter une jupe 110 $ alors que tu avais l’habitude de ne payer que 20 $ auparavant. Si ton portefeuille est plus limité ou que tu as peur que les vêtements de designers locaux soit hors d’atteinte financièrement parlant pour toi, voici quelques astuces ou éléments de réflexion qui peuvent peut-être t’amener à considérer les choses autrement. Peut-être réaliseras-tu qu’il est finalement possible pour toi d’encourager l’achat local tout en respectant ton budget?

  • Attendre les ventes. Repère les designers ou les marques que tu aimes et surveilles les spéciaux. Pour se faire, tu peux t’abonner à leur infolettre (s’ils en ont une) ou encore à leurs comptes de médias sociaux;
  • Acheter un morceau avec une amie qui a la même taille que toi et vous le partager;
  • Acheter moins, mais acheter mieux. En dépensant moins en termes de quantité de vêtements, les chances sont que tu auras plus d’argent pour t’acheter un ou deux morceaux qui valent plus cher. Aussi, comme les vêtements confectionnés localement sont de meilleure qualité, ils durent plus longtemps : ça peut donc valoir la peine d’investir dans un morceau intemporel qui traverse bien les années, comme une blouse blanche, un veston noir, etc.;
  • Évaluer le coût pour chaque usage (cost per wear). Il n’y a pas que le coût d’achat à considérer lorsqu’on a un budget plus restreint. En effet, si un haut payé 10 $ n’est porté que deux fois, il t’aura coûté au final 5 $ par utilisation. Dans le même esprit, si tu achètes un haut à 100 $ mais que tu le portes 100 fois, il ne t’aura coûté que 1 $ à chaque fois que tu l’as porté. Pas trop pire, vu comme ça, n’est-ce pas?
Photo par Andrew Buchanan sur Unsplash

4— Choisir des tissus plus écologiques

Certains tissus utilisés pour confectionner nos vêtements ont un impact environnemental monumental : utilisation d’insecticides, de pesticides ou de produits toxiques, fibres issues de matériaux non renouvelables, utilisation de quantités massives d’eau… Le pire c’est que nous n’en sommes pas toujours conscientes quand on achète nos vêtements! Pour t’aider, voici les principaux tissus et un résumé de leurs impact sur l’environnement.

Tissus peu ou pas écologiques

  • Le coton. La culture traditionnelle du coton est la plus polluante au monde. En effet, elle utilise 25 % de tous les insecticides utilisés sur la planète alors qu’elle représente moins de 3 % de la surface agricole mondiale. La production de vêtements de coton nécessite également énormément de produits chimiques et utilise tellement d’eau qu’elle contribue à appauvrir les sols.
  • Le bambou. Étonnamment, bien que le bambou pousse très vite, nécessite peu d’eau et soit une fibre naturelle, les articles textiles dits «en bambou» au Canada sont plutôt fabriqués à partir de viscose de bambou dont le procédé de fabrication est polluant puisqu’il utilise des produits chimiques toxiques pour l’environnement.
  • Le polyester, le nylon et l’acrylique Tous les trois sont fabriqués à partir de dérivés de pétrole et, comme le plastique, ne sont pas biodégradables. De plus, à chaque lavage, ils libèrent des microparticules dans l’eau qui se retrouvent ensuite dans nos cours d’eau et nos océans, ce qui a des répercussions sur la santé des animaux marins.

Tissus plus respectueux de l’environnement

  • Le lin. En plus d’être une fibre naturelle, le lin ne nécessite ni engrais ni pesticides pour sa culture. De plus, sa production ne génère aucun déchet, car les matières résiduelles sont transformées pour faire de l’huile de lin, du paillis pour le jardin, de la pâte à papier ou encore des graines.
  • Le lyocell ou le tencel. Issus de la fibre de bois comme la viscose, le lyocell et le tencel sont des microfibres naturelles et biodégradables. Aussi, contrairement à la viscose, leur transformation se fait avec un solvant non toxique et en circuit fermé, si bien que 99 % de ce solvant est récupéré et réutilisé.
  • Le coton bio. Contrairement au coton traditionnel, sa culture est exempte de pesticides chimiques, utilise moins d’eau et a recours à des fertilisants naturels comme du compost, du fumier et des engrais dérivés de minéraux naturels.
  • Le chanvre. En plus de pousser très vite, le chanvre na pas besoin de produits chimiques pour sa culture.
  • Le polyester recyclé. Étant fabriqué à partir de déchets en plastique, le polyester recyclé nécessite également moins d’eau pour sa production que celle du coton.

À toi de voir…

  • La soie. Si celle-ci est une fibre naturelle, son procédé de fabrication nécessite toutefois de tuer environ 15 vers pour 1 gramme de soie. Parallèlement, la production de la soie se fait largement en Chine et en Inde, où les conditions de travail sont douteuses, sans oublier que le transport de la marchandise jusqu’à nous génère davantage de gaz à effets de serre.
  • La viscose (aussi rayonne ou modal). Issue de la pulpe de bois, la viscose provient donc d’un matériau naturel que l’on retrouve abondamment chez nous. Toutefois, son procédé de fabrication nécessite des produits chimiques générant de la pollution.
  • La laine. Bien que la laine soit une fibre naturelle, le fait qu’elle soit d’origine animale peut poser des problèmes d’éthique. Sans oublier que l’élevage intensif a un impact environnemental important, dont la consommation d’eau, la déforestation et les émanations de méthane provenant des excréments des moutons. Les moutons sont également souvent traités avec des insecticides et des pesticides et une fois tondus, leur laine est lavée et dégraissée avec une grande quantité d’eau et de produits toxiques.
  • La laine d’alpaga. Encore une fois, s’il s’agit d’une fibre naturelle, la laine d’alpaga peut te poser problème si tu es contre l’élevage des animaux. Par contre, elle comporte aussi plusieurs avantages environnementaux : elle est 3 fois plus résistante que la laine de mouton, est même 7 fois plus chaude que cette dernière et la grande variété de couleurs des alpagas permet d’offrir des textiles sans teinture.
Photo par Burst sur Pexels

5— Opter pour le seconde main

Pour les pauvres, le seconde main? Pas du tout. Le pourcentage de personnes qui achètent des vêtements de seconde main est passé de 57 % en 2013 à 72 % en 2018. Au nombre des raisons qui expliquent cette hausse : la conscience environnementale des acheteurs, ceux-ci étant de plus en plus nombreux à être sensibilisés à l’impact environnemental de leurs choix de consommation.

Contrairement à ce que tu pourrais penser, acheter seconde main ne signifie pas pour autant que les vêtements sont usés ou ont l’air usagés. Tu serais surprise de constater le nombre de personnes qui revendent des vêtements qui n’ont jamais été portés… et portent même toujours l’étiquette du magasin!

Les avantages d’acheter ses vêtements usagés :

  • Tu diminues la pression sur les ressources de notre planète;
  • Tu paies généralement moins cher pour tes vêtements;
  • Tu as l’occasion de te démarquer avec des morceaux originaux ou vintage.

Où acheter des vêtements seconde main?

Il y a bien sûr les friperies physiques qui ont pignon sur rue. Tu as l’avantage de pouvoir y essayer les vêtements avant de les acheter, exactement comme dans un magasin traditionnel.

Sinon, si tu souhaites magasiner en ligne, plusieurs options s’offrent à toi : en plus des Marketplace (sur Facebook), Kijiji ou LesPAC de ce monde, de plus en plus de friperies en ligne ont vu le jour dans les derniers mois en raison de la Covid-19. C’est donc dire qu’il n’a jamais été aussi facile de magasiner des vêtements usagés. Une autre application intéressante à utiliser pour magasiner ses vêtements de seconde main est Poshmark. Maintenant disponible au Canada, elle est utilisée par plusieurs fashionistas pour revendre leurs vêtements partout à travers le pays.

Échanger ses vêtements

Dans la même veine que l’achat de vêtements de seconde main, les échanges de vêtements sont de plus en plus populaires. Parce que si les échanges de vêtements entre amies ou entre sœurs reste une excellente option, il existe également des groupes d’échange (ou swap clubs ) sur Facebook qui permettent d’élargir nos horizons. Certains organismes comme les YMCA organisent aussi parfois des événements d’échange de vêtements dans la communauté.

Certaines friperies acceptent même les dons de vêtements et offrent, en échange, un crédit ou la possibilité d’échanger un vêtement que l’on ne porte plus contre un autre de la boutique. C’est notamment le cas de la friperie Entre Nous écochange à Québec, ou encore de Empire Exchange ou de Shwapclub à Montréal.

Emprunter des vêtements

Peut-être que ta mère, ta sœur ou une amie qui a la même taille que toi a de petits trésors dans sa garde-robe qu’elle serait heureuse de te prêter? Ceci peut s’avérer particulièrement pratique pour les vêtements plus dispendieux qu’on a tendance à porter moins souvent, comme des robes de soirée.

6— Louer ses vêtements

Si tu as besoin de vêtements plus dispendieux pour le travail ou une occasion spéciale, tu pourrais très bien choisir de louer tes vêtements plutôt que de les acheter. De plus, tu aurais l’avantage de renouveler régulièrement ta garde-robe à petit prix tout en réduisant ta consommation de vêtements à proprement parler. C’est notamment ce que te propose le site de Chic Marie, qui offre sur abonnement trois articles différents par mois pour un look soit corpo, soit casual.

Photo par Godisable Jacob sur Pexels

7— Acheter uniquement des vêtements qui nous vont bien

Peut-être as-tu déjà, comme moi, acheté des vêtements et puis, après quelques temps, remarqué qu’ils ne t’allait pas si bien que ça? Souvent, ça m’arrive quand j’achète des vêtements par Internet : j’achète des vêtements qui sont finalement un peu trop grands ou un peu trop petits, puis comme c’est parfois compliqué de les échanger ou de me les faire rembourser, je les garde quand même. S’il est parfois possible de faire rapetisser les vêtements trop grands, il n’empêche que d’acheter des vêtements qui ne nous vont pas bien fait souvent en sorte qu’on ne les porte pas du tout au final parce qu’ils ne nous font pas sentir belle. Donc non seulement ces vêtements minent notre moral, mais ils encombrent inutilement notre garde-robe.

Il n’y a toutefois pas que la taille à prendre en compte pour qu’un vêtement nous aille bien. En effet, ce ne sont pas toutes les teintes de couleur qui nous vont bien, ni toutes les coupes. En apprenant quelles couleurs et quelles coupes nous avantagent, on dépense donc moins d’argent sur un coup de tête. Et quand on porte des vêtements qui nous font paraître ou sentir plus belle, on rehausse notre bien-être et notre confiance en soi.

D’ailleurs, si notre taille fluctue, il est préférable de faire ajuster nos vêtements lorsque c’est possible. On peut aussi carrément les transformer. Par exemple, on peut faire une jupe avec des pantalons devenus trop petits, ou encore, une tunique ou une robe avec un chandail devenu trop grand. Si une robe devient trop grande, on peut simplement souligner la taille avec une ceinture.

Photo par Volha Flaxeco sur Unsplash

8—Moderniser/transformer de vieux vêtements

Parfois, il ne manque pas grand-chose pour rendre un vêtement plus actuel. De nouveaux boutons, une nouvelle coupe ou l’ajout d’accessoires de fantaisie, comme des paillettes, des clous ou des pampilles suffisent parfois pour redonner un coup de jeunesse aux vêtements pigés dans la garde-robe de notre mère ou dans notre propre pile de vêtements que l’on porte plus parce qu’on les trouve démodés.

Si tu es bonne en couture, tu peux aussi t’amuser à créer de nouveaux vêtements à partir de ceux que tu ne portes plus ou ceux d’autres membres de ta famille. Tu trouveras plusieurs idées sur Internet pour confectionner une robe à partir d’une chemise d’homme, par exemple, ou encore, un crop top avec des hauts devenus trop grands ou une jupe avec des jeans qui ne te font plus.

Quelques idées pour transformer les vêtements que l’on a déjà :

  • Changer les boutons d’une chemise;
  • Couper les manches d’un chandail pour faire un T-shirt ou une camisole;
  • Couper des pantalons pour faire des pantacourts, des bermudas ou des shorts;
  • Raccourcir un haut pour en faire un crop top;
  • Ajouter une boucle, des paillettes, des clous, des pampilles, de la dentelles, du cuir, du strass, etc.;
  • Couper des jeans pour en faire une jupe;
  • Utiliser un chandail devenu trop grand comme tunique;
  • Utiliser une chemise de ton chum comme tunique ou comme robe;
  • Transformer des pantalons à jambes larges en pantalons à jambes droites ou skinny.
Photo par Andrea Piacquadio sur Pexels

9— Optimiser sa garde-robe

Optimiser sa garde-robe est la meilleure façon de satisfaire son goût de la mode tout en achetant moins de vêtements. C’est donc le secret le mieux garder (ou pas) des fashionistas avec une conscience environnementale ou un portefeuille limité.

Jouer avec la superposition

Pour changer de look en un clin d’œil et de façon économique, rien de mieux que la superposition. En superposant des pièces-clés à des vêtements dits «de base», on peut rehausser son look avec très peu d’efforts et, surtout, sans acheter de nouveaux vêtements. Voici quelques idées de superpositions qui te permettront de créer de nouveaux looks tendances sans dépenser :

  • Un T-shirt / une chemise / un chandail / un col-roulé sous une robe;
  • Une veste / un veston / un kimono par-dessus une robe, un T-shirt, une chemise ou une camisole;
  • Des pantalons sous une robe;
  • Une chemise sous un chandail;
  • Un chandail à mailles transparentes par-dessus un T-shirt, une camisole, une chemise ou une robe;
  • Une chemise ouverte par-dessus une robe ou un T-shirt.

Bref, les combinaisons sont multiples et te permettent de réinventer ta garde-robe. Tu as donc moins l’impression de manquer de vêtements, si bien que tu en achètes moins. N’oublie pas aussi que la superposition s’applique également aux accessoires : en ajoutant une ceinture ou un sac banane à la taille, un collier massif ou une chaîne longue, un sac à main coloré, des bottillons ou autre à un vêtement de base, tu rehausse l’aspect de ta tenue en un tour de main.

Photo par EVG photos sur Pexels

Jouer avec les combinaisons

Quand j’achète un vêtement, j’aime imaginer avec quoi je vais pouvoir le porter. J’aime quand je peux créer plusieurs ensembles ou looks différents avec un même morceau. En pouvant le porter de plusieurs façons différentes, je suis plus susceptible de le porter, et donc de rentabiliser mon achat.

Une autre façon de renouveler sa garde-robe pour pas cher consiste à mixer les couleurs, les motifs et les textures. Si ça peut te sembler un art difficile à maîtriser, je te dirais que j’ai plutôt l’impression qu’aujourd’hui, pas mal tout est permis. Tu peux donc laisser libre cours à ta créativité et de ton humeur du moment pour créer des looks audacieux et mémorables.

Tu peux aussi réutiliser certains vêtements plus chics dans ton quotidien en les jumelant à un autre morceau plus tout-aller. Une bonne façon de porter plus souvent tes vêtements que tu réserves généralement à tes partys de Noël! En voici quelques exemples :

  • Un T-shirt sous une robe;
  • Un pantalon sous une robe;
  • Un chandail de laine avec une robe en satin ou à paillettes;
  • Un haut à paillettes ou à dentelle avec un pantalon de style jogger.

10— Se poser la question : «En ai-je vraiment besoin?»

Avant d’être associée à Pierre-Yves McSween, cette phrase était la préférée de ma mère. Elle m’a souvent dit et répété que c’était une question qu’elle se posait toujours avant d’acheter ses vêtements. Imagine : elle se faisait même une liste de ce dont elle avait besoin avant d’aller magasiner! Mais c’était il y a 20 ans… Aujourd’hui, il est tellement facile de trouver des vêtements pour pas cher que l’on ne se pose presque plus la question. On se dit simplement : «Pourquoi s’en priver? C’est SEULEMENT 10 $». Le problème, c’est que, parfois, on ne porte même pas ledit vêtement, sinon, presque pas. Il dort donc inutilement dans notre garde-robe, sans oublier qu’il nous a fait dépenser notre argent pour rien.

Les avantages d’acheter les vêtements dont on a vraiment besoin :

  • Tu évites d’acheter impulsivement et de regretter ton achat par la suite;
  • Tu achètes moins de vêtements, donc tu dépenses moins et tu économises plus;
  • Tu apprécies davantage les vêtements que tu achètes;
  • Tu évites d’encombrer inutilement ta garde-robe.

Comment savoir si on en a vraiment besoin :

  • Tu sais que tu vas porter ce vêtement à très court terme ou à une date prédéfinie (par exemple, une occasion spéciale);
  • Tu dois remplacer un vêtement similaire devenu trop grand ou trop usé;
  • Tu n’as absolument aucun ensemble ou morceau de ce genre dans ta garde-robe ET tu sais que tu vas le porter souvent ou pour une occasion déterminée.

Évidemment, rien n’empêche de se gâter dans la vie! L’idée est plutôt de réduire les fois où l’on se gâte inutilement, car à ce moment-là, on se fait souvent plus de mal que de bien. Tout est une question d’équilibre.

Tu as envie de mieux magasiner et de mieux entretenir tes vêtements à l’avenir? Ou tu es simplement curieuse d’en apprendre davantage sur la chaîne de fabrication des vêtements, les différents tissus, comment reconnaître une confection de qualité et comment optimiser davantage ta garde-robe? Je te suggère fortement de te procurer La Bible du shopping intelligent de Laurence Bareil. Comme son titre l’indique, ce livre est une véritable bible de référence qui contient une mine d’or d’informations pour toute fashionista responsable.

Laisser un commentaire