Acceptation de soi Bien-être Développement personnel Psychologie

Apprendre à s’aimer soi-même pour être heureuse et vivre une vie épanouie

L’autre jour, je suis tombée sur une phrase qui circulait sur les médias sociaux. Elle disait ceci : «Si je te demandais de me nommer toutes les choses que tu aimes, combien de temps ça te prendrait avant de te nommer toi-même?». Cette question m’a beaucoup fait réfléchir. Non seulement elle m’a fait réaliser qu’on avait tendance à chercher le bonheur à l’extérieur de soi, mais elle a fait ressurgir mes propres insécurités. Parce qu’il nous arrive toutes parfois de douter de nous et de notre valeur à un moment ou à un autre de notre vie. Pourtant, pour être heureuse et vivre la vie que l’on souhaite, apprendre à s’aimer est essentiel : c’est même la base. Si tu as toi aussi besoin de te faire rappeler ta propre valeur, je t’invite à lire ce qui suit afin de redécouvrir la magnifique personne que tu es et tout le potentiel qui sommeille en toi.

Le dossier qui suit me tient d’ailleurs particulièrement à cœur. Ça faisait longtemps que je voulais écrire sur le sujet. Il me tient à cœur parce que moi-même j’ai eu des périodes dans ma vie où j’ai douté de moi, de ma valeur et de mes capacités. Parce qu’encore aujourd’hui, j’ai des moments où mes insécurités refont surface. Et aussi, parce que je suis moi-même maman d’une petite fille et que je souhaite tellement qu’elle grandisse en se sentant belle, épanouie et aimée telle qu’elle est.

L’importance d’apprendre à s’aimer soi-même

Développer une image positive de soi est le plus beau cadeau que l’on puisse s’offrir. Ce n’est pas toujours une tâche facile, parce qu’elle consiste généralement à nous défaire de nos propres idées préconçues. C’est aussi se défaire de certaines attentes irréalistes, du jugement des autres et des pressions sociales. C’est également accepter qu’on ne peut pas tout contrôler, comme notre apparence physique : quand on est perfectionniste ou control freak, ça peut être particulièrement difficile à faire. Mais au final, lorsqu’on réussit à s’aimer telle que l’on est, on se sent plus libre, plus légère et en parfaite harmonie avec nous-même.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, apprendre à s’aimer soi-même est loin de faire preuve d’égoïsme. En effet, se connaître, se comprendre et s’aimer sont des étapes indispensables pour vivre une vie épanouie et avoir de meilleures relations avec les autres. S’aimer, c’est se reconnecter à sa nature profonde, à son moi intérieur. C’est s’accepter avec ses défauts et ses qualités, telle que l’on est. Avec sa part d’ombre et sa part de lumière. C’est accueillir nos émotions négatives, nos peurs, mais aussi reconnaître nos talents, nos forces et ce qui nous anime.

Photo par Priscilla Du Preez sur Unsplash

S’aimer soit-même pour mieux aimer les autres

Pour aimer vraiment les autres, il est important de d’abord s’aimer soi-même. Cela permet de les aimer de façon bienveillante et désintéressée, pour ce qu’ils sont réellement et non pour ce qu’ils nous apportent ou ce que l’on voudrait qu’ils soient.

En effet, beaucoup d’entre nous cherchons l’amour ou l’amitié pour combler ce qui nous apparaît comme un manque chez nous. Par manque de confiance en nous, nous avons ainsi tendance à chercher l’approbation des autres, à chercher celui ou celle qui nous fera sentir belle et intéressante. Le problème, c’est que ce genre de relation est basée sur un besoin, ce qui va donc tôt ou tard engendrer des pressions, des reproches ou des insatisfactions de part et d’autres. Parce que l’autre ne pourra jamais combler nos manques. Ce n’est pas son rôle. Il a d’ailleurs ses propres carences à gérer.

En s’aimant soi-même, on se voit enfin comme un tout, une personne complète, ce qui nous permet d’être moins dépendante des autres et de développer une relation plus saine et équilibrée avec eux.

Photo par Dan sur Unsplash

S’aimer soi-même pour avoir une vie à son image

S’aimer soi-même est le point de départ pour créer et vivre une vie que l’on aime et qui nous ressemble. Parce qu’aimer qui on est, c’est être en parfaite harmonie avec sa vraie nature. Et en reconnaissant notre vraie nature, nous sommes plus à même de faire des choix alignées avec nous-même, nos aspirations et nos valeur.

En s’aimant soi-même, on arrive aussi à avoir davantage confiance en nos choix et à avancer dans la vie la tête haute.

Photo par Eye for Ebony sur Unsplash

S’aimer soi-même pour s’autoriser à briller

S’aimer soi-même est une étape indispensable à notre développement personnel. Nous avons tous une richesse, un trésor caché au fond de nous qui ne demande qu’à être découvert, poli et à briller. Savoir reconnaître ses qualités et sa valeur permet de mettre notre propre couleur sur le monde. Nous avons chacune des aptitudes qui nous permettent de faire du bien autour de nous et de contribuer à créer un monde meilleur.

Apprendre à s’aimer en 6 étapes

Voici six petits trucs faciles à appliquer à ton quotidien pour t’aider à garder une perception positive de toi-même. Elles sont basées sur ma propre expérience ainsi que sur des conseils que j’ai glanés ici et là au cours de mes recherches et de mes lectures sur le bien-être.

Photo par Aki Tolentino sur Unsplash

Étape 1— Définir sa situation actuelle

Avant toute chose, il est bon de savoir où tu te situe par rapport à la perception que tu as de toi-même. Pour ce faire, je t’invite à prendre un papier et un crayon et à évaluer chacune des affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1= pas du tout et 5 = totalement) :

  • J’aime me regarder dans un miroir et je me trouve imparfaite mais jolie;
  • Lorsque je fais une erreur, je prends le temps de relativiser, de me dire que ce n’est pas grave et que je ferai mieux la prochaine fois;
  • Je connais mes talents et je fais tout pour les mettre en application le plus souvent possible;
  • Je prends un moment pour prendre soin de moi à chaque jour;
  • Je me compare rarement avec les autres;
  • Je suis capable d’accepter les critiques pour en tirer un enseignement et j’y vois là une occasion de m’améliorer;
  • Je sais dire non lorsqu’on m’en demande trop.
  • Je m’empêche rarement de faire des choses de peur d’échouer, qu’on me dise non ou qu’on me juge.

Une fois que tu auras terminé, calcule le nombre de points que tu as obtenu sur 40. Tu l’auras compris : plus ton score est élevé, plus ton estime de toi l’est également. À l’inverse, plus ton score est bas, plus ta perception de toi-même est négative. Tu pourras aussi voir d’un seul coup d’oeil où tu as besoin d’apporter des améliorations.

Tu peux aussi télécharger ma fiche déjà préformatée et simplement la remplir avec tes réponses.

Photo par Brooke Cagle sur Unsplash

2– Apprendre à mieux se connaître

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, s’aimer soi-même ne consiste pas à avoir un ego surdimensionné et à ignorer ses défauts. C’est plutôt tout le contraire : pour bien s’aimer, il faut d’abord bien se connaître. Et ça comprend tant nos bons côtés que nos défauts.

Pour avoir un portrait global de qui on est, il n’y a rien de mieux que de faire des listes.

Prends un feuille et fais deux colonnes :

  • Dans la première colonne, inscris tes qualités (pour t’aider, commence par les qualités que l’on t’a attribué au fil des années, tes talents, tes capacités, etc.);
  • Dans la deuxième, énumère tes défauts.

Je t’invite ensuite à refaire le même exercice de deux colonnes pour faire la liste :

  • De ce que tu aimes/n’aimes pas chez toi;
  • Des activités/choses que tu aimes/n’aimes pas;
  • Ce que tu possèdes/ne possède pas;
  • Ce que tu voudrais/ne voudrait pas que ta vie soit.

Bref, l’idée est d’essayer de dresser un portrait global de tes qualités, de tes défauts, de tes goûts et des tes aspirations. Tu peux aussi faire une liste des valeurs qui sont importantes pour toi.

Tu peux aussi télécharger ma fiche déjà préformatée et simplement la remplir avec tes réponses.

Photo par JD Mason sur Unsplash

3– Être plus indulgente envers soi-même

Je ne sais pas pour toi, mais j’ai tendance à être très exigeante envers moi-même. Je suis très perfectionniste, si bien que je dois chaque jour réapprendre à être plus indulgente envers moi-même. C’est quelque chose sur quoi je dois beaucoup travailler.

En étant plus indulgente envers soi-même, on se donne du même souffle le droit d’être imparfaite. On se donne le droit à l’erreur et à apprendre de celles-ci.

Pour t’aider à être plus indulgente envers toi-même, prends d’abord une grande respiration pour te calmer et te détacher émotionnellement de la situation et poses-toi les questions suivantes :

  • Est-ce que ce que je n’aime pas ou ce que j’ai fait est grave? En d’autres mots : est-ce que quelqu’un peut en mourir? (je sais, c’est un peu extrême, mais cette question permet souvent de dédramatiser une situation);
  • Est-ce que je peux faire quelque chose pour corriger la situation? Si oui, notes tes idées sur une feuille et essaie de voir comment tu peux les mettre en application.

Et en dernier lieu, n’oublie pas de te pardonner. Tu as le droit à l’erreur : c’est humain. Ce sont d’ailleurs nos erreurs qui nous permettent d’apprendre, de s’améliorer et d’évoluer.

Si jamais tu as de la difficulté à te détacher d’une situation qui mine ton moral, la technique des bonhommes allumettes pour aider à lâcher prise pourrait t’intéresser.

Photo par Just Name sur Pexels

4– Être sa propre cheerleader

Si ton dialogue intérieur était une personne, combien de temps resterais-tu à parler avec elle? Est-ce que tu te parles comme à une amie ou comme à une ennemie?

Notre dialogue intérieur a un gros impact sur la façon dont on se perçoit. Buddha disait que «ce que l’on pense on le devient». C’est tout à fait vrai : si tu as des pensées positives pour toi-même, tu deviendras du même coup une personne plus positive.

Pour t’aimer davantage, il est donc important de te répéter à toi-même ta propre valeur. Pour cela, tu peux :

  • Te répéter aussi souvent que possible la phrase suivante : «je suis belle, je suis bonne, je suis capable»;
  • Te sourire à chaque fois que tu te vois dans le miroir (ce sera peut-être un peu forcé au début, mais ça va vite devenir de plus en plus naturel);
  • T’entourer de citations positives à la manière d’un mood board;
  • Lire des livres inspirants ou qui font du bien.

Aussi, comment réagis-tu lorsqu’une personne te fais un compliment? Est-ce que tu as tendance à le minimiser? À être en désaccord avec elle? Apprends à dire simplement «merci». Accepte ce compliment sans broncher : si cette personne te complimente, c’est qu’elle pense réellement que tu possèdes cette qualité. Alors profites-en pour booster ton moral.

Un autre truc pour aider ta chearleader intérieure : essaie de mémoriser les instants où tu te sens belle, épanouie et confiante à l’aide d’un ancrage pour y revenir quand tu sentiras ton moral couler à pic comme le Titanic. T’accrocher à ces souvenirs positifs te permettra de te rappeler ta vraie valeur dans les moments plus difficiles.

Photo par Natalie sur Pexels

5– Prendre du temps pour soi

Dans la vie, il est important d’entretenir les choses que l’on souhaite garder. C’est vrai pour les objets, mais c’est d’autant plus vrai pour les relations avec les autres et avec nous-même. Pour s’aimer, il faut donc prendre le temps de se donner de l’amour.

Te donner de l’amour, c’est :

  • Faire des choses que tu aimes;
  • T’accorder de petits plaisirs et te gâter;
  • Prendre soin de toi et de ton corps;
  • Manger des aliments sains et délicieux;
  • Prendre l’air et profiter des bienfaits de la nature;
  • T’entourer des gens que tu aimes;
  • Etc.

Donner de l’amour aux autres peut aussi être bénéfique pour notre perception de soi, car quand on fait plaisir aux autres, ça fait aussi du bien à soi-même. Par contre, cette façon de faire peut aussi nous détourner de nous-même puisqu’on a parfois tendance à s’oublier en voulant trop aider les autres. C’est pourquoi il est tant important de s’accorder de petits moments pour soi.

Photo par Thought Catalog sur Unsplash

6– Se rappeler que la vie n’est pas une compétition

Un aspect qui joue beaucoup sur la perception que l’on a de soi-même est souvent les remarques et les jugements qui nous viennent des autres.Notre société encourage une certaine «ligne directrice» : étudier, travailler, se marier, avoir des enfants. Et le tout, dans cet ordre. Bien que cette vision de ce que devrait être la vie a tendance à être de plus en plus malléable de nos jours, elle est encore bien ancrée chez certaines personnes qui ont tendance à juger ceux ou celles qui ne suivent pas le modèle conventionnel.

Pourtant, ce n’est pas leur vie : c’est la tienne!

Un autre problème qui découle de cette ligne directrice, c’est que plusieurs personnes deviennent malheureuses lorsqu’elles se rendent compte que leur vie ne suit pas ce programme bien rodé. Les femmes en particulier ressentent encore beaucoup de pression pour trouver un conjoint et avoir des enfants, surtout au début de la trentaine. Si elles n’ont ni l’un ni l’autre, certaines ont peur de passer à côté de leur vie et ressentent la pression de l’horloge biologique. Le pire, c’est que leurs proches ont parfois aussi tendance à le leur rappeler, ce qui vient rentrer le couteau dans la plaie.

Rappelle-toi : la vie n’est pas une compétition ou une course. La vie, c’est simplement de faire les meilleurs choix possible pour être heureuse avec les informations ou la situation dont on dispose à ce moment-là. Oui, parfois, la vie ne va pas comme on le voudrait : le problème, c’est qu’on ne peut pas tout contrôler. Mais les circonstances extérieures ne changent absolument rien à ta valeur.

Pour t’en convaincre, je vais te donner un exemple que j’ai vu il y a quelques années dans une publicité. Dans celle-ci, une fille se tient sur la balance et semble insatisfaite de son poids et de son apparence. Le père de celle-ci la regarde dans le cadre de porte, puis il s’en va la voir et lui montre un billet de 20 $. Il lui demande : «Le veux-tu?», Elle répond oui. Ensuite, il froisse le billet dans sa main et l’ouvre à nouveau. « Le veux-tu toujours?». La fille répond toujours oui. Son père lui dit alors : «Tu vois : peu importe son apparence, un billet de 20$ reste un billet de 20$. C’est la même chose pour toi : peu importe ton apparence, tu garderas toujours la même valeur.» De quoi faire réfléchir, tu ne trouves pas?

Pour terminer, rappelle-toi qu’apprendre à s’aimer est un processus continu. Ça ne se fait pas en un claquement de doigts. Ça, et parce que la vie change et nous aussi. C’est pourquoi tu peux ressentir le besoin de réapprendre à t’aimer à n’importe quel moment de ta vie. Mais si une telle situation se produit, tu auras au moins quelques outils pour t’aider à remonter la pente de l’acceptation de soi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :