Mode & style Simplicité Zéro déchet

Pour des règles plus saines, plus confortables et écoresponsables

Les filles, il faut que l’on se parle de quelque chose que l’on déteste toutes : les règles! Cette fameuse période apporte son lot de désagréments pour notre corps : sensibilité accrue, maux de tête, maux de ventre, ballonnements… sans parler des menstruations en tant que tel. Le hic, c’est que les solutions pour mieux vivre cette période désagréable sont bien souvent désastreuses pour notre planète. Tu n’as qu’à jeter un coup d’oeil à ta poubelle pour t’en convaincre : tous ces déchets qui s’accumulent! Heureusement, il existe de plus en plus d’alternatives plus écologiques qui sont faciles à mettre en pratique dans ton quotidien… Pour ton bien-être et celui de la planète.

Ça fait quelques mois maintenant que j’ai fait la transition vers des produits 100% réutilisables pour mes règles. Si je dois t’avouer que j’étais sceptique au départ, je te jure que je ne retournerais plus jamais en arrière.

Je vais te parler ici de deux produits que j’ai testés et d’un autre que j’aimerais beaucoup essayer dans un avenir rapproché :

  • La coupe menstruelle;
  • Les serviettes hygiéniques lavables;
  • Les culottes menstruelles.

Pourquoi éviter les protections hygiéniques jetables

Mine de rien, une femme utilisera en moyenne 12 500 protections hygiéniques au cours de sa vie. Or, les 12 milliards de serviettes hygiéniques et 7 millions de tampons jetés chaque année dans le monde mettront entre 450 et 800 ans à se décomposer complètement. C’est énorme!

De plus, plusieurs matières faisant polémique entrent dans leur composition. En effet, les fabricants utilisent généralement un mélange de rayonne, de coton, de pétrole et d’eau. Ces matières demandent soit beaucoup de transformation (la rayonne), de traitements ou de produits chimiques (le coton est la culture la plus polluante au monde) pour les obtenir.

Mais l’impact environnemental n’est pas la seule raison pour prendre le virage vers des produits d’hygiène féminine lavables. La plupart des protections jetables disponibles contiendraient des traces de substances toxiques dont de la dioxine (l’un des dix produits chimiques les plus dangereux au monde, selon l’OMS) ou encore des phtalates (perturbateurs endocriniens) présents dans le Round Up, une engrais chimique. Certains additifs douteux, comme des parfums, sont aussi parfois utilisés par certaines marques. Si les concentrations seraient jugées extrêmement faibles, il n’en demeure pas moins qu’au final, nous, humbles consommatrices, ne savons pas très bien ce que l’on met dans nos culottes 12 semaines par années… Et si les quantités de produits potentiellement toxiques sont marginales pour un seul tampon ou une seule serviette, qu’en est-il d’une utilisation prolongée dans le temps? La question se pose… D’autant plus que le vagin est considéré comme très perméable à certaines molécules, comme les dioxines.

Et au final, on paie aussi pour tous ces produits. Ces dépenses récurrentes ne sont pas banales : elles peuvent atteindre des centaines de dollars par année. Si la coupe menstruelle et les autres solutions coûtent sensiblement la même chose la première année, après, tu n’as pas forcément besoin d’en acheter d’autres avant quelques années, si bien qu’il s’agit au final d’un investissement sur le long terme.

Si les chiffres énumérés ci-dessus sont peu reluisants, j’aimerais toutefois préciser que les avantages des protections hygiéniques réutilisables vont au-delà de l’aspect économique et environnemental. Il faut aussi que tu le fasses pour ton propre confort. Car oui, les solutions que je te présente dans cet articles sont à mon avis bien plus confortables que les tampons et serviettes hygiéniques conventionnelles. Elles sont aussi à mon avis beaucoup plus pratiques. Au départ, on plonge souvent dans l’aventure des protections hygiéniques réutilisables en pensant faire un sacrifice pour l’environnement… pour finalement se rendre compte que c’est loin d’en être un. J’espère que mon article va te faire réaliser tous les avantages de changer des habitudes que tu prends peut-être pour acquises, toi comme moi auparavant. Mais au final, tu dois te faire ta propre opinion et décider de ce que toi tu es à l’aise de faire et choisir la solution qui contribue le plus à ton bien-être.

La coupe menstruelle

La première fois que j’ai entendu parlé de la coupe menstruelle remonte à il y a 7 ans. C’était une collègue avide de voyages qui me racontait son ascension du Kilimanjaro. Elle était partie pendant plusieurs semaines, si bien que j’ai fini par lui demander comment elle s’était débrouillée pour les règles. Parce qu’on va se le dire franchement, je ne voyais pas où il y avait des poubelles et des toilettes à flanc de montagne. C’est là qu’elle m’a donné son truc : la DivaCup.

J’étais estomaquée. La QUOI???

Non seulement j’étais surprise que ça existe, mais j’étais encore beaucoup trop attachée à ce que je croyais être une solution beaucoup plus évoluée, pratique et confortable : le tampon. En plus, on le jette après, pas besoin de le nettoyer! Ma collègue m’avait pourtant juré que c’était génial et qu’elle ne voulait même plus utiliser de tampons… C’était à ce point! Pourtant, je n’étais toujours pas convaincue.

Ce n’est qu’il y a deux ans que je suis tombée sur une boîte de DivaCup à la pharmacie en voulant acheter une nouvelle boîte de tampons. J’avais un peu plus mûri sur l’échelle du développement durable et je me sentais enfin prête à faire le saut. Je me suis dit : au pire, si je n’aime pas ça, je l’aurai essayé! Ça et le fait que je savais que quelques jours plus tard, j’avais une journée de visite en forêt et en usine dans le cadre de mon travail, et comme je ne savais pas trop où et quand j’allais pouvoir aller aux toilettes changer mon tampon, je me suis dit que la coupe menstruelle pouvait peut-être s’avérer pratique.

Parce que ouvrez grand les yeux, les filles : la coupe menstruelle a une autonomie jusqu’à…(roulement de tambour)…12 heures!

J’ai moi-même été étonnée en rédigeant cet article, car j’avais en tête qu’elle avait plutôt une autonomie de 6 heures (ce qui est déjà bon en soi, à mon avis).

Maintenant, tu vas peut-être me dire : «oui, mais moi, j’ai vraiment des règles hyper abondantes! JAMAIS je ne me rendrai jusqu’à 6 heures, encore moins 12!». Pourtant, je te le jure : moi-même c’est les chutes du Niagara tous les mois et je n’ai JAMAIS débordé avant les 6 heures. Sinon, je replaçais simplement légèrement la coupe et je voguais à nouveau à mes occupations. Que généralement, si ça coule, c’est signe que la coupe n’est pas bien positionnée. Maintenant, à savoir si je peux la conserver 12 heures d’affilé, ça reste à voir… Je vais devoir te revenir le mois prochain avec une mise à jour. Par contre, je l’ai portée quelques fois durant la nuit, et j’ai donc pu me rendre certainement jusqu’à 8 heures sans problèmes.

C’est vraiment ça l’avantage numéro 1 des coupes menstruelles : l’autonomie. Mais en plus de ça, entre chaque utilisation, tu n’as qu’à la laver avec un savon doux (idéalement sans huile ni parfum), à rincer et HOP! On repart! Ah oui, et autre avantage non négligeable : tu n’as plus jamais besoin d’acheter des tampons ou d’en traîner partout, chose pour laquelle ton portefeuille et ta sacoche te seront très reconnaissants.

Évidemment, ce n’est pas tout le monde qui a un évier à proximité de la toilette pour laver sa coupe menstruelle après chaque utilisation. Surtout dans les toilettes publiques. Je comprends totalement ton hésitation si c’est ton cas. Alors, comment on fait? Pour les toilettes publiques, il existe pourtant une solution très simple : traîner une bouteille d’eau avec toi. Tu peux ainsi imbiber du papier de toilette avec un peu d’eau et nettoyer ta coupe sans souci. Je dois aussi t’avouer que lorsque je suis vraiment mal pris, je vide simplement le contenu de ma coupe dans la toilette avant de la remettre en place, et je m’assure de la laver comme il faut la prochaine fois. Par contre, cette façon de faire ne respecte pas à la lettre les recommandations de la Diva Cup. À la maison, tu peux simplement remettre ta culotte, aller laver la coupe menstruelle dans l’évier puis la replacer. Oui, c’est un peu plus long, mais comme elle a une autonomie de plusieurs heures, tu sauves du temps ailleurs.

Il est aussi bon que tu saches que puisqu’elle est considérée comme un dispositif médical, il est en principe recommandé de changer sa DivaCup à tous les ans. Par contre, plusieurs utilisatrices vont la conserver beaucoup plus longtemps. L’idée est de bien l’entretenir et de s’assurer que sa DivaCup est encore en bon état avant de l’utiliser (surveiller s’il n’y a pas de film collant ou en poudre, de décoloration ou d’odeur).

Les avantages de la coupe menstruelle :

  • Tu as une autonomie jusqu’à 12 heures;
  • Elle est facile à nettoyer;
  • Tu n’a plus à acheter de tampons;
  • Elle est faite de silicone de catégorie médicale, donc sans produits potentiellement toxiques, sans plastique et sans colorant;
  • Tu fais un bon geste pour la planète.

Quelques conseils pour bien entretenir sa coupe menstruelle :

  • La laver avec le savon prévu à cet effet (par ex. : Divawash) ou un savon doux sans huile ni parfum;
  • Ne pas nettoyer avec les ingrédients suivants au risque de provoquer des irritations et d’altérer prématurément la coupe :
    • vinaigre;
    • savon parfumé;
    • savon à base d’huile;
    • alcool;
    • savon antibactérien;
    • bicarbonate de soude;
    • peroxyde d’hydrogène;
    • eau de javel;
    • savon à vaisselle.
  • Bien nettoyer le rebord et les trous en haut de la coupe, car mine de rien, ils créent de l’étanchéité pour éviter les fuites et aident à maintenir la coupe en place;
  • Ne pas utiliser de lubrifiants;
  • La ranger dans sa pochette de cotton;
  • Placer la pochette dans un endroit sec et aéré de préférence;
  • Surveiller les signes de détérioration : film collant ou en poudre, décoloration ou odeur.

Quelques marques de coupes menstruelles

Bon à savoir…

  • Même si la coupe menstruelle est faite de silicone de catégorie médicale, il est tout de même possible de développer un syndrôme de choc toxique tout comme c’est le cas avec les tampons. Ce risque serait toutefois plus faible.
  • Il existe différentes grandeurs de DivaCup selon ton âge, ton flux et si tu as déjà enfanté ou non. N’oublie donc pas de vérifier sur la boîte avant d’acheter

Les serviettes hygiéniques lavables

Après avoir utilisé des protèges-dessous lavables pendant deux ans et après avoir essayé les couches lavables avec ma fille, j’ai finalement décidé de faire le grand saut cet été et de faire l’essai des serviettes hygiéniques lavables. Oui : j’ai décidé de laver des serviettes pleines de sang. Dit comme ça, je te l’accorde, ça peut paraître assez dégoûtant. J’étais moi-même réticente au début. Pourtant, comme j’avais déjà une routine bien établie pour les couches lavables de ma fille et que ça fonctionnait très bien, je me suis dit : «pourquoi pas?».

Honnêtement, les serviettes hygiéniques me servent surtout dans deux cas :

  • Au cas où du sang déborderait de ma coupe menstruelle (ce qui n’est jamais arrivé jusqu’à maintenant);
  • Quand mes règles diminuent et qu’elles ne sont pas assez abondantes pour justifier l’utilisation de la coupe menstruelle.

Donc, au final, elles ne deviennent pas toujours dégoulinantes de sang. D’ailleurs, les serviettes hygiéniques lavables ont une excellente capacité absorbante tout en étant minces. Elles sont aussi faites d’un tissus très doux qui ne te fera aucunement regretter les serviettes hygiéniques conventionnelles.

Les avantages des serviettes hygiéniques lavables

  • Elles sont plus douces;
  • Elles sont plus écologiques;
  • Elles sont plus faciles d’entretien que ce que l’on croit.

Entretien

À chaque changement de serviette, je mets celle qui est souillée dans un petit sac imperméable (ou wet bag, comme on dit souvent dans le jargon des couches lavables). Il se peut que tu en reçoives un avec ta commande de serviettes hygiéniques lavables, mais pour ma part, je les trouvais trop petit. Je les garde donc dans ma sacoche pour mes déplacements. À la maison, je privilégie un wet bag de format moyen avec deux compartiments à zip dans lequel je mets également mes lingettes démaquillantes et mes protèges-dessous lavables.

Une fois le sac plein (souvent après quelques jours ou une semaine maximum), je mets simplement le sac au lavage en prenant soin de dézipper les compartiments. Je lave ensuite mes serviettes hygiéniques lavables exactement comme mes couches lavables, c’est-à-dire, en plusieurs cycles.

Comment je lave mes serviettes hygiéniques :

  1. Cycle de pré-lavage court sans savon;
  2. Cycle régulier à l’eau chaude avec beaucoup d’eau (dans lequel j’ajoute aussi d’autres vêtements ou serviettes… oui, oui!) et du savon (j’ajoute parfois un peu de désinfectant Bionature ou de percarbonate de sodium);
  3. Cycle de rinçage court avec essorration pour m’assurer qu’il ne reste plus de savon.

Tu n’es pas obligée de suivre à la lettre ce procédé. Je voulais simplement te donner une idée de ma routine afin de m’assurer que mes serviettes hygiéniques étaient bien propres et qu’elles restaient absorbantes. Je voulais aussi que tu réalises qu’après le premier cycle de lavage (l’étape 1 ci-dessus), il n’y a aucun danger à laver d’autres vêtements ou serviettes avec tes serviettes hygiéniques souillées, parce que le plus gros du sang a déjà été enlevé.

Et pourquoi faire un troisième cycle de rinçage? En me basant sur mon expérience avec les couches lavables (qui fonctionnent un peu selon le même principe à mon avis), un excès de savon dans le tissus bouche les fibres à la longue, ce qui diminue leur capacité absorbante. Aussi, même si j’utilise le détergent Bio Vert, je me suis rendue compte que mes enfants faisaient une réaction quand je ne m’assurais pas de bien rincer les vêtements. J’ai donc pris cette habitude pour tout ce que je lave. Mais c’est peut-être aussi dû au fait que j’ai une laveuse frontale, qui utilise moins d’eau qu’une laveuse conventionnelle.

Malgré tout ce lavage supplémentaire, au final, tu consommes moins d’eau que si tu as recours aux serviettes hygiéniques traditionnelles, qui demandent des quantités astronomiques d’eau pour leur production.

Quelques marques de serviettes hygiéniques lavables :

Les culottes de menstruations

Un peu comme les serviettes hygiéniques lavables, les culottes de menstruations sont réutilisables. Bien que je ne les ai pas encore essayées, elles présentent toutefois l’avantage d’être tout en un : elles restent donc bien en place et elles épousent aussi parfaitement la forme de ton corps. Tu n’as pas non plus à avoir peur de les tâcher, puisqu’elles sont faites pour ça.

Alors, pourquoi ne les ai-je pas encore essayées? Tout simplement parce qu’elles étaient plus dispendieuses que les serviettes hygiéniques lavables et que je voulais commencer petit, question de voir si j’aimais le principe de laver ce genre de chose. Mais aussi, parce que nous n’avons pas toutes les mêmes goûts en termes de culottes : taille haute/basse, couvrantes ou moins couvrantes… Bref, c’est plus difficile, je trouve, de choisir des culottes confortables en ligne (je n’en ai pas encore vues en boutique par chez moi).

Quelques marques de culottes de menstruations

Et toi, as-tu aussi fait l’essai des produits ci-haut? Comment as-tu trouvé ton expérience? Es-tu aussi satisfaite que moi ou, au contraire, tu n’as pas aimé? Si tu n’oses pas encore te lancer mais que tu aimerais en savoir plus, n’hésite surtout pas à m’écrire tes questions en commentaire : ça va me faire plaisir de te répondre!

0 commentaire

  1. AudreyL a dit :

    J’adore, ça fait longtemps que je veux essayer une option plus écologique!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :