Comment être plus bienveillante envers soi-même lorsqu’on vit une période plus difficile

Comment être plus bienveillante envers soi-même lorsqu’on vit une période plus difficile

Avec le début d’un confinement plus sévère au Québec pour le prochain mois, je trouvais que le moment était idéal pour te partager mes trucs afin d’être plus bienveillante envers soi-même. Bien que je ressente, comme plusieurs, une frustration grandissante à l’égard de la situation actuelle, je crois qu’il est important plus que jamais de s’accorder du doux et de prioriser notre bien-être afin de vivre plus sainement cette période plus difficile et marquée par les incertitudes.

La bienveillance est, comme la gratitude, un état d’esprit qui se pratique. L’un ne va pas sans l’autre, à mon avis. Je dois t’avouer que ce n’est pas toujours facile quand on est perfectionniste de nature, mais c’est possible, en la pratiquant un peu plus chaque jour, d’améliorer sa réaction aux événements extérieurs ou au jugement que l’on peut avoir envers soi-même.

Qu’est-ce que la bienveillance envers soi-même et pourquoi la pratiquer au quotidien

La bienveillance est la capacité à se montrer indulgente, gentille et attentionnée envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive. La bienveillance peut aussi s’appliquer à soi, dans le sens où on a parfois tendance à être beaucoup plus exigeante envers soi-même qu’envers les autres.

La bienveillance envers soi-même, c’est donc être consciente de ses capacités et de ses limites. C’est s’accepter telle que l’on est et agir envers soi-même comme nous le ferions avec notre meilleure amie.

Photo de Engin Akyurt sur Pexels.com

1– Prendre le temps de s’écouter

La première chose à faire pour être plus bienveillante envers soi-même est d’écouter son corps, ses envies et ses émotions. En les réprimant, on envoie alors le signal que nous ne sommes pas assez importante pour que l’on s’attarde réellement à nos besoins. Pourtant, notre corps nous envoie régulièrement des signaux d’alarme : la douleur, la fatigue ou la colère sont toutes des indices que quelque chose ne va pas et qu’il existe une situation qui doit être corrigée. En ignorant ces signes, on risque même d’empirer le problème.

Quelques façons de s’écouter davantage :

  • Faire un scan corporel;
  • Prendre le temps de vivre pleinement ses émotions;
  • Méditer.

2- Miser sur ses bons coups

La bienveillance, pour moi, c’est aussi essayer de focaliser sur le positif et d’apprécier le chemin parcouru jusqu’à maintenant. L’idée est d’avoir le regard fixé sur le progrès et les petites victoires plutôt que sur la réussite ou l’atteinte de la perfection, qui peuvent sembler inatteignables par moments. Comme on dit en anglais : ‘‘progress, not success’’.

Émilie Viens du blogue La Planificatrice propose de noter chaque jour au moins une chose que l’on a bien faite dans notre journée, même si celle-ci ne s’est pas déroulée aussi bien qu’on l’aurait souhaité. Je trouve que cette idée est excellente non seulement dans un objectif de productivité, mais aussi dans une optique de développer un regard plus bienveillant sur soi, nos réalisations et nos capacités.

Quelques idées pour miser sur ses bons coups :

  • Lire des mantras inspirants, par exemple : « Je fais mon possible, et c’est suffisant »;
  • Noter chaque jour au moins une chose que l’on a réussi dans notre journée.
Photo de cottonbro sur Pexels.com

3– S’offrir des moments de douceur

On ne le dira jamais assez : prendre du temps pour soi est primordial. Comme pour les masques à oxygène dans un avion, il faut d’abord s’occuper de soi-même avant de pouvoir aider les autres.

Prendre un moment doux, un moment pour être dans l’instant présent, un petit moment qui te fait du bien, c’est important, encore plus quand tu as l’impression que le chaos règne autour de toi. Je l’ai vécu, moi aussi, ce sentiment d’être piégée dans le chaos. C’est d’ailleurs cette boule dans la gorge qui m’a poussée à lancer ce blogue après plusieurs années où j’en rêvais.

Je demeure convaincue aujourd’hui qu’une vie plus simple, plus douce et plus lente inspirée du slow living est la clé pour se sentir mieux au quotidien. Ralentir me permet de me sentir plus zen, plus en contrôle, plus confiante. J’irais même jusqu’à dire que je me sens également beaucoup plus reconnaissante de ce que j’ai : une famille, la santé, une maison, de la nourriture, un travail…

Intégrer des moments de douceur à ton quotidien, c’est un peu comme si tu prenais le temps de te dire « je t’aime ». C’est une petite attention que tu t’offres et qui permet de te ressourcer.

Quelques idées de moments doux pour te détendre :

  • Faire du yoga;
  • Méditer;
  • Dessiner;
  • Lire un livre;
  • Écouter de la musique apaisante;
  • Prendre un bain chaud;
  • Boire une boisson chaude;
  • Se coller aux gens qu’on aime (si tu es seule, tu peux prendre un oreiller dans tes bras et le serrer très fort);
Photo de Elly Fairytale sur Pexels.com

4– Évacuer et éviter le stress

Si tu te sens stressée et dépassée par les événements, il est important que tu prennes soin de ton corps et de ton mental. Essaie d’éviter toute source de stress supplémentaire autant que possible. Tu peux aussi puiser dans cette énergie pour mieux l’évacuer par l’activité physique, par exemple : se faisant, tu te changeras également les idées et fera le vide dans ton esprit. Résultat : Tu te sentiras beaucoup plus zen et en paix avec toi-même, te permettant de lâcher-prise sur ce qui te préoccupait.

Se confier à quelqu’un de confiance permet aussi de diminuer la pression qui repose sur nos épaules, nous laissant ainsi un sentiment de légèreté.

Quelques idées pour évacuer et éviter le stress :

  • Bouger : danser, courir, marcher, faire de l’activité physique;
  • Faire du yoga;
  • Éviter d’écouter le bulletin de nouvelles;
  • Déléguer ou remettre des tâches à plus tard;
  • Parler avec les gens qu’on aime;
  • Chanter;
  • Colorier.
Photo de Jou00e3o Camargo sur Pexels.com

5– Se parler comme à une amie

Dans les moments difficiles, on a besoin d’être rassurée. Pourtant, trop souvent, une petite voix dans notre tête s’entête à nous rabaisser et à nous faire voir tout ce qui ne fonctionne pas comme on le voudrait. On a alors tendance à dramatiser et à s’enliser dans nos pensées. Pourtant, si une amie nous racontait ces mêmes déboires, il y a fort à parier qu’on s’adresserait à elle de manière bien différente.

Pour t’aider à te parler avec bienveillance, je t’invite à télécharger « Mon tableau de bienveillance ». L’idée est simple : d’un côté de la feuille, tu inscris chaque chose qui te dérange ou te dépasse. De l’autre côté, écris ce que tu dirais à une amie pour la réconforter si elle te disait cela. Je l’ai ajoutée à la section Ressources du blogue, mais tu peux également la télécharger tout à fait gratuitement ici (de rien, ça fait plaisir).

Quelques idées pour se parler davantage comme à une amie :

  • Télécharger et remplir « Mon tableau de bienveillance »;
  • Lire ou répéter à voix haute des affirmations positives;
  • Se pardonner ses erreurs.
Photo de VisionPic .net sur Pexels.com

6– Pratiquer la gratitude

Pratiquer la gratitude au quotidien a le don de ramener notre attention sur les aspects positifs de la vie. On réalise alors qu’il est possible de trouver du beau et de l’amour même dans l’adversité.

Quelques idées pour pratiquer la gratitude au quotidien :

Et toi, es-tu plutôt bienveillante ou, au contraire, as-tu tendance à être trop dure envers toi-même? Quels sont tes trucs pour essayer de développer une attitude plus bienveillante? N’hésite pas à me partager tes astuces préférées en commentaire.

Reprendre confiance en soi : comment dissiper le doute en 5 étapes

Reprendre confiance en soi : comment dissiper le doute en 5 étapes

Est-ce qu’il t’arrive de douter de toi et de tes capacités? Moi oui. Ça m’arrive même plus souvent que je ne voudrais l’admettre. Étant très perfectionniste et ambitieuse de nature, je suis le genre de personne à souhaiter atteindre coûte que coûte les objectifs que je me suis fixés et à me décourager quand je les les atteins pas. Il m’arrive aussi de penser, quand rien ne va comme je l’avais prévu, que je n’ai peut-être pas les qualités et les capacités nécessaires à poursuivre mes ambitions jusqu’au bout. Dans ces temps-là, il n’est pas toujours évident de faire taire notre petite voix intérieure, mais c’est possible. Je te présente ici des trucs qui me font le plus grand bien lorsque je touche le fond du baril du doute.

Sur quoi je doute le plus souvent…

Comme toi, je ne suis pas parfaite. Je dois apprendre à composer avec des attentes que j’ai moi-même créées ou à celles que je pense que les autres ont de moi. J’essaie tranquillement de me défaire des attentes que pourraient avoir les autres envers moi (parce que c’est ma vie, pas la leur), mais il m’est plus difficile d’être bienveillante envers moi-même lorsque je ne réussi pas à répondre aux attentes que j’ai moi-même créées. Bien que la pression de performance soit parfois en jeu, il s’agit souvent de choses qui me tiennent particulièrement à cœur :

  • Bien élever mes enfants;
  • Réussir mon blogue;
  • Me trouver belle;
  • Finaliser mes tâches que j’avais prévues dans ma journée;
  • Réussir une recette;
  • Etc.

Récemment, j’ai eu un gros moment de doute. On pourrait même appeler ça une « crise de doute », car je ne voyais plus la situation clairement et que j’étais complètement submergée par les émotions. C’est là que m’est venue l’idée de ces cinq étapes que j’ai mises en application et qui, à mon grand étonnement, m’ont fait un bien énorme. C’est dans l’espoir que cette méthode puisse aussi t’aider que j’ai eu envie de la partager avec toi.

Étape 1 : Prends de grandes respirations

Aussi étrange que cela puisse paraître, notre respiration est un outil puissant pour nous aider à nous calmer. De lentes inspirations et expirations contribuent à ralentir notre rythme cardiaque. Aussi, en ce concentrant sur notre souffle, on se reconnecte à l’instant présent, à ce qui se passe ici et maintenant. On revient à l’essentiel, ce qui nous permet de relativiser nos problèmes.

Petit exercice de respiration pour se sentir mieux :

  1. Inspire doucement par le nez jusqu’à ce que tu ne puisse plus faire rentrer d’air. Sent ton ventre se gonfler comme un ballon;
  2. Retiens ta respiration 6 secondes;
  3. Expire jusqu’à ce que tu te vides complètement de ton air.

Répète cet exercice aussi souvent que nécessaire. Au bout de quelques répétitions, tu devrais commencer à te sentir plus calme et plus sereine.

Photo de Gemma Chua-Tran sur Unsplash

Étape 2 : Prends le temps de vivre tes émotions

Il n’est pas rare que pendant ou même après avoir pris une bonne respiration je me sentes submergée par les émotions. Laisse-les venir à toi, laisse-les sortir. C’est normal d’avoir peur de l’inconnu, de ressentir de la tristesse quand on a mis beaucoup d’efforts dans un projet qui nous tenait à cœur et qui ne se réalise pas comme on le voudrait. Analyse tes émotions et leur raison d’être, car elles sont là pour te dire que quelque chose ne va pas.

Petit exercice pour exorciser tes émotions

  1. Nomme chacune de tes émotions une à une à voix haute ou par écris. Par exemple : la tristesse, la colère, la honte, la jalousie, etc.
  2. Pour chacune d’elle, cherche ce qui est à la source de cette émotion. Par exemple : tu peux être triste de ne pas réussir un projet qui te tenait à cœur, en colère parce que tu as mis beaucoup d’efforts dans ce projet, avoir honte de tes résultats qui ne sont pas à la hauteur de tes espérances, être jalouse du succès des autres, etc.

De nommer tes émotions va te permettre de les reconnaître et en trouvant la raison derrière elles, tu pourras commencer à les comprendre et à les apprivoiser.

Étape 3 : Parle-toi comme à une amie

Quand le doute nous frappe, on a besoin d’être rassurée. Pourtant, trop souvent, une petite voix dans notre tête s’entête à nous faire croire qu’on n’a pas ce qu’il faut, que rien ne va fonctionner, que tout est déjà perdu d’avance. Parlerais-tu de cette façon à une amie? Probablement que non. Alors, pourquoi parle-t-on de cette façon à nous-même?

Pour t’aider à répondre à ton doute avec bienveillance, prends une feuille de papier et divise-là en deux. D’un côté, inscrit chaque chose/raison pour laquelle tu doutes. De l’autre côté, écris ce que tu dirais à une amie pour la réconforter si elle te disait cela. Tu verras : c’est non seulement libérateur, parce qu’on met le doigt là où ça fait mal, mais aussi parce qu’on réalise qu’il existe des solutions et des contre-arguments à chacun de nos doutes.

Honnêtement, il s’agit d’un outil qui m’est venu intuitivement et qui, contre toutes attentes, s’est avéré d’une grande puissance pour me faire sentir mieux. Après avoir remplis ma feuille, je me sentais étonnamment plus légère et plus bienveillante envers moi-même. Je n’en revenais tout simplement pas à quel point j’étais différente après coup : ma petit voix intérieure, celle qui me faisait voir uniquement le côté négatif de la situation, s’était tue comme par magie.

Et parce que je suis gentille, je t’ai déjà créé cette feuille que j’ai appelée « Mon tableau de bienveillance », car elle peut t’être utile pour t’aider à être plus bienveillante envers toi-même dans plusieurs situations, pas uniquement lorsque tu doutes de toi-même. Je l’ai ajoutée à la section Ressources du blogue, mais tu peux également la télécharger tout à fait gratuitement ici (de rien, ça fait plaisir).

Bien sûr, si tu as la chance de pouvoir parler également à un ou une amie, n’hésite surtout à pas à le faire. Ça va simplement renforcer cet exercice de bienveillance qui est si important lorsque le doute nous assaille. Les arguments bienveillants que cette personne peut te donner te permettront de relativiser ton problème et de te faire voir la situation différemment. Mais tu verras : en faisant l’exercice ci-dessous, tu remarqueras que les réponses se trouvent déjà en toi…

Étape 4 : Fais un plan de match

Maintenant que tu as répondu à chacune de tes inquiétudes comme si tu avais parlé à une amie, tu vois probablement plus clairement quelles actions poser ou quels changements apporter afin de faire retourner la situation en ta faveur. Par exemple, peut-être que tu vas découvrir que tu aurais besoin de suivre une formation pour t’aider? Ou encore, faire affaire à une coach pour te guider? Peut-être voudras-tu lire davantage de livres sur le sujet qui te pose problème, parler à quelqu’un… L’idée est de trouver des solutions afin que tu regagnes confiance en toi, pour t’aider à prendre la meilleure décision ou pour que tu puisses retrouver la motivation qui te manquait et te retrousser les manches.

Comment faire ton plan de match « anti-doute »

À partir de ton tableau de bienveillance, fait ressortir les éléments suivants :

  • Les actions que tu peux poser pour améliorer la situation;
  • Les outils dont tu peux te doter pour t’aider.

Quelques exemples d’actions que tu peux poser :

  • Suivre une formation;
  • Être accompagnée par un coach ou un professionnel d’expérience (par exemple, un psychologue);
  • T’abonner à un programme d’entraînement;
  • Te pratiquer davantage;
  • Etc.

Quelques exemples d’outils dont tu peux te doter :

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Étape 5 : Fonce

Autre chose que j’ai apprise concernant le doute : la meilleure façon de le dissiper et de faire taire notre voix intérieure qui nous retient en arrière, c’est d’avancer vers notre but. Le simple fait de trouver le courage de faire le premier pas vers nos objectifs est extrêmement valorisant : on sort de notre zone de confort, on ne sait pas toujours ce que l’on fait, mais on ose quand même. Oser malgré le doute et nos peurs nous donner étonnamment beaucoup de force, comme si on réalisait tout à coup que oui, on est capable de le faire. Car oui : tu es capable. Tu peux le faire.

Souvent, c’est nous-mêmes qui nous empêchons de réaliser notre plein potentiel. Alors fonce la tête haute et refais mes cinq étapes ci-dessus si jamais le doute revient te hanter, puis reprends ta route là où tu l’avais laissée.

Et toi, t’arrive-t-il de douter de toi-même? Que fais-tu quand ça t’arrive?

Apprendre à s’aimer soi-même pour être heureuse et vivre une vie épanouie

Apprendre à s’aimer soi-même pour être heureuse et vivre une vie épanouie

L’autre jour, je suis tombée sur une phrase qui circulait sur les médias sociaux. Elle disait ceci : «Si je te demandais de me nommer toutes les choses que tu aimes, combien de temps ça te prendrait avant de te nommer toi-même?». Cette question m’a beaucoup fait réfléchir. Non seulement elle m’a fait réaliser qu’on avait tendance à chercher le bonheur à l’extérieur de soi, mais elle a fait ressurgir mes propres insécurités. Parce qu’il nous arrive toutes parfois de douter de nous et de notre valeur à un moment ou à un autre de notre vie. Pourtant, pour être heureuse et vivre la vie que l’on souhaite, apprendre à s’aimer est essentiel : c’est même la base. Si tu as toi aussi besoin de te faire rappeler ta propre valeur, je t’invite à lire ce qui suit afin de redécouvrir la magnifique personne que tu es et tout le potentiel qui sommeille en toi.

Le dossier qui suit me tient d’ailleurs particulièrement à cœur. Ça faisait longtemps que je voulais écrire sur le sujet. Il me tient à cœur parce que moi-même j’ai eu des périodes dans ma vie où j’ai douté de moi, de ma valeur et de mes capacités. Parce qu’encore aujourd’hui, j’ai des moments où mes insécurités refont surface. Et aussi, parce que je suis moi-même maman d’une petite fille et que je souhaite tellement qu’elle grandisse en se sentant belle, épanouie et aimée telle qu’elle est.

L’importance d’apprendre à s’aimer soi-même

Développer une image positive de soi est le plus beau cadeau que l’on puisse s’offrir. Ce n’est pas toujours une tâche facile, parce qu’elle consiste généralement à nous défaire de nos propres idées préconçues. C’est aussi se défaire de certaines attentes irréalistes, du jugement des autres et des pressions sociales. C’est également accepter qu’on ne peut pas tout contrôler, comme notre apparence physique : quand on est perfectionniste ou control freak, ça peut être particulièrement difficile à faire. Mais au final, lorsqu’on réussit à s’aimer telle que l’on est, on se sent plus libre, plus légère et en parfaite harmonie avec nous-même.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, apprendre à s’aimer soi-même est loin de faire preuve d’égoïsme. En effet, se connaître, se comprendre et s’aimer sont des étapes indispensables pour vivre une vie épanouie et avoir de meilleures relations avec les autres. S’aimer, c’est se reconnecter à sa nature profonde, à son moi intérieur. C’est s’accepter avec ses défauts et ses qualités, telle que l’on est. Avec sa part d’ombre et sa part de lumière. C’est accueillir nos émotions négatives, nos peurs, mais aussi reconnaître nos talents, nos forces et ce qui nous anime.

Photo par Priscilla Du Preez sur Unsplash

S’aimer soit-même pour mieux aimer les autres

Pour aimer vraiment les autres, il est important de d’abord s’aimer soi-même. Cela permet de les aimer de façon bienveillante et désintéressée, pour ce qu’ils sont réellement et non pour ce qu’ils nous apportent ou ce que l’on voudrait qu’ils soient.

En effet, beaucoup d’entre nous cherchons l’amour ou l’amitié pour combler ce qui nous apparaît comme un manque chez nous. Par manque de confiance en nous, nous avons ainsi tendance à chercher l’approbation des autres, à chercher celui ou celle qui nous fera sentir belle et intéressante. Le problème, c’est que ce genre de relation est basée sur un besoin, ce qui va donc tôt ou tard engendrer des pressions, des reproches ou des insatisfactions de part et d’autres. Parce que l’autre ne pourra jamais combler nos manques. Ce n’est pas son rôle. Il a d’ailleurs ses propres carences à gérer.

En s’aimant soi-même, on se voit enfin comme un tout, une personne complète, ce qui nous permet d’être moins dépendante des autres et de développer une relation plus saine et équilibrée avec eux.

Photo par Dan sur Unsplash

S’aimer soi-même pour avoir une vie à son image

S’aimer soi-même est le point de départ pour créer et vivre une vie que l’on aime et qui nous ressemble. Parce qu’aimer qui on est, c’est être en parfaite harmonie avec sa vraie nature. Et en reconnaissant notre vraie nature, nous sommes plus à même de faire des choix alignées avec nous-même, nos aspirations et nos valeur.

En s’aimant soi-même, on arrive aussi à avoir davantage confiance en nos choix et à avancer dans la vie la tête haute.

Photo par Eye for Ebony sur Unsplash

S’aimer soi-même pour s’autoriser à briller

S’aimer soi-même est une étape indispensable à notre développement personnel. Nous avons tous une richesse, un trésor caché au fond de nous qui ne demande qu’à être découvert, poli et à briller. Savoir reconnaître ses qualités et sa valeur permet de mettre notre propre couleur sur le monde. Nous avons chacune des aptitudes qui nous permettent de faire du bien autour de nous et de contribuer à créer un monde meilleur.

Apprendre à s’aimer en 6 étapes

Voici six petits trucs faciles à appliquer à ton quotidien pour t’aider à garder une perception positive de toi-même. Elles sont basées sur ma propre expérience ainsi que sur des conseils que j’ai glanés ici et là au cours de mes recherches et de mes lectures sur le bien-être.

Photo par Aki Tolentino sur Unsplash

Étape 1— Définir sa situation actuelle

Avant toute chose, il est bon de savoir où tu te situe par rapport à la perception que tu as de toi-même. Pour ce faire, je t’invite à prendre un papier et un crayon et à évaluer chacune des affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1= pas du tout et 5 = totalement) :

  • J’aime me regarder dans un miroir et je me trouve imparfaite mais jolie;
  • Lorsque je fais une erreur, je prends le temps de relativiser, de me dire que ce n’est pas grave et que je ferai mieux la prochaine fois;
  • Je connais mes talents et je fais tout pour les mettre en application le plus souvent possible;
  • Je prends un moment pour prendre soin de moi à chaque jour;
  • Je me compare rarement avec les autres;
  • Je suis capable d’accepter les critiques pour en tirer un enseignement et j’y vois là une occasion de m’améliorer;
  • Je sais dire non lorsqu’on m’en demande trop.
  • Je m’empêche rarement de faire des choses de peur d’échouer, qu’on me dise non ou qu’on me juge.

Une fois que tu auras terminé, calcule le nombre de points que tu as obtenu sur 40. Tu l’auras compris : plus ton score est élevé, plus ton estime de toi l’est également. À l’inverse, plus ton score est bas, plus ta perception de toi-même est négative. Tu pourras aussi voir d’un seul coup d’oeil où tu as besoin d’apporter des améliorations.

Tu peux aussi télécharger ma fiche déjà préformatée et simplement la remplir avec tes réponses.

Photo par Brooke Cagle sur Unsplash

2– Apprendre à mieux se connaître

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, s’aimer soi-même ne consiste pas à avoir un ego surdimensionné et à ignorer ses défauts. C’est plutôt tout le contraire : pour bien s’aimer, il faut d’abord bien se connaître. Et ça comprend tant nos bons côtés que nos défauts.

Pour avoir un portrait global de qui on est, il n’y a rien de mieux que de faire des listes.

Prends un feuille et fais deux colonnes :

  • Dans la première colonne, inscris tes qualités (pour t’aider, commence par les qualités que l’on t’a attribué au fil des années, tes talents, tes capacités, etc.);
  • Dans la deuxième, énumère tes défauts.

Je t’invite ensuite à refaire le même exercice de deux colonnes pour faire la liste :

  • De ce que tu aimes/n’aimes pas chez toi;
  • Des activités/choses que tu aimes/n’aimes pas;
  • Ce que tu possèdes/ne possède pas;
  • Ce que tu voudrais/ne voudrait pas que ta vie soit.

Bref, l’idée est d’essayer de dresser un portrait global de tes qualités, de tes défauts, de tes goûts et des tes aspirations. Tu peux aussi faire une liste des valeurs qui sont importantes pour toi.

Tu peux aussi télécharger ma fiche déjà préformatée et simplement la remplir avec tes réponses.

Photo par JD Mason sur Unsplash

3– Être plus indulgente envers soi-même

Je ne sais pas pour toi, mais j’ai tendance à être très exigeante envers moi-même. Je suis très perfectionniste, si bien que je dois chaque jour réapprendre à être plus indulgente envers moi-même. C’est quelque chose sur quoi je dois beaucoup travailler.

En étant plus indulgente envers soi-même, on se donne du même souffle le droit d’être imparfaite. On se donne le droit à l’erreur et à apprendre de celles-ci.

Pour t’aider à être plus indulgente envers toi-même, prends d’abord une grande respiration pour te calmer et te détacher émotionnellement de la situation et poses-toi les questions suivantes :

  • Est-ce que ce que je n’aime pas ou ce que j’ai fait est grave? En d’autres mots : est-ce que quelqu’un peut en mourir? (je sais, c’est un peu extrême, mais cette question permet souvent de dédramatiser une situation);
  • Est-ce que je peux faire quelque chose pour corriger la situation? Si oui, notes tes idées sur une feuille et essaie de voir comment tu peux les mettre en application.

Et en dernier lieu, n’oublie pas de te pardonner. Tu as le droit à l’erreur : c’est humain. Ce sont d’ailleurs nos erreurs qui nous permettent d’apprendre, de s’améliorer et d’évoluer.

Si jamais tu as de la difficulté à te détacher d’une situation qui mine ton moral, la technique des bonhommes allumettes pour aider à lâcher prise pourrait t’intéresser.

Photo par Just Name sur Pexels

4– Être sa propre cheerleader

Si ton dialogue intérieur était une personne, combien de temps resterais-tu à parler avec elle? Est-ce que tu te parles comme à une amie ou comme à une ennemie?

Notre dialogue intérieur a un gros impact sur la façon dont on se perçoit. Buddha disait que «ce que l’on pense on le devient». C’est tout à fait vrai : si tu as des pensées positives pour toi-même, tu deviendras du même coup une personne plus positive.

Pour t’aimer davantage, il est donc important de te répéter à toi-même ta propre valeur. Pour cela, tu peux :

  • Te répéter aussi souvent que possible la phrase suivante : «je suis belle, je suis bonne, je suis capable»;
  • Te sourire à chaque fois que tu te vois dans le miroir (ce sera peut-être un peu forcé au début, mais ça va vite devenir de plus en plus naturel);
  • T’entourer de citations positives à la manière d’un mood board;
  • Lire des livres inspirants ou qui font du bien.

Aussi, comment réagis-tu lorsqu’une personne te fais un compliment? Est-ce que tu as tendance à le minimiser? À être en désaccord avec elle? Apprends à dire simplement «merci». Accepte ce compliment sans broncher : si cette personne te complimente, c’est qu’elle pense réellement que tu possèdes cette qualité. Alors profites-en pour booster ton moral.

Un autre truc pour aider ta chearleader intérieure : essaie de mémoriser les instants où tu te sens belle, épanouie et confiante à l’aide d’un ancrage pour y revenir quand tu sentiras ton moral couler à pic comme le Titanic. T’accrocher à ces souvenirs positifs te permettra de te rappeler ta vraie valeur dans les moments plus difficiles.

Photo par Natalie sur Pexels

5– Prendre du temps pour soi

Dans la vie, il est important d’entretenir les choses que l’on souhaite garder. C’est vrai pour les objets, mais c’est d’autant plus vrai pour les relations avec les autres et avec nous-même. Pour s’aimer, il faut donc prendre le temps de se donner de l’amour.

Te donner de l’amour, c’est :

  • Faire des choses que tu aimes;
  • T’accorder de petits plaisirs et te gâter;
  • Prendre soin de toi et de ton corps;
  • Manger des aliments sains et délicieux;
  • Prendre l’air et profiter des bienfaits de la nature;
  • T’entourer des gens que tu aimes;
  • Etc.

Donner de l’amour aux autres peut aussi être bénéfique pour notre perception de soi, car quand on fait plaisir aux autres, ça fait aussi du bien à soi-même. Par contre, cette façon de faire peut aussi nous détourner de nous-même puisqu’on a parfois tendance à s’oublier en voulant trop aider les autres. C’est pourquoi il est tant important de s’accorder de petits moments pour soi.

Photo par Thought Catalog sur Unsplash

6– Se rappeler que la vie n’est pas une compétition

Un aspect qui joue beaucoup sur la perception que l’on a de soi-même est souvent les remarques et les jugements qui nous viennent des autres.Notre société encourage une certaine «ligne directrice» : étudier, travailler, se marier, avoir des enfants. Et le tout, dans cet ordre. Bien que cette vision de ce que devrait être la vie a tendance à être de plus en plus malléable de nos jours, elle est encore bien ancrée chez certaines personnes qui ont tendance à juger ceux ou celles qui ne suivent pas le modèle conventionnel.

Pourtant, ce n’est pas leur vie : c’est la tienne!

Un autre problème qui découle de cette ligne directrice, c’est que plusieurs personnes deviennent malheureuses lorsqu’elles se rendent compte que leur vie ne suit pas ce programme bien rodé. Les femmes en particulier ressentent encore beaucoup de pression pour trouver un conjoint et avoir des enfants, surtout au début de la trentaine. Si elles n’ont ni l’un ni l’autre, certaines ont peur de passer à côté de leur vie et ressentent la pression de l’horloge biologique. Le pire, c’est que leurs proches ont parfois aussi tendance à le leur rappeler, ce qui vient rentrer le couteau dans la plaie.

Rappelle-toi : la vie n’est pas une compétition ou une course. La vie, c’est simplement de faire les meilleurs choix possible pour être heureuse avec les informations ou la situation dont on dispose à ce moment-là. Oui, parfois, la vie ne va pas comme on le voudrait : le problème, c’est qu’on ne peut pas tout contrôler. Mais les circonstances extérieures ne changent absolument rien à ta valeur.

Pour t’en convaincre, je vais te donner un exemple que j’ai vu il y a quelques années dans une publicité. Dans celle-ci, une fille se tient sur la balance et semble insatisfaite de son poids et de son apparence. Le père de celle-ci la regarde dans le cadre de porte, puis il s’en va la voir et lui montre un billet de 20 $. Il lui demande : «Le veux-tu?», Elle répond oui. Ensuite, il froisse le billet dans sa main et l’ouvre à nouveau. « Le veux-tu toujours?». La fille répond toujours oui. Son père lui dit alors : «Tu vois : peu importe son apparence, un billet de 20$ reste un billet de 20$. C’est la même chose pour toi : peu importe ton apparence, tu garderas toujours la même valeur.» De quoi faire réfléchir, tu ne trouves pas?

Pour terminer, rappelle-toi qu’apprendre à s’aimer est un processus continu. Ça ne se fait pas en un claquement de doigts. Ça, et parce que la vie change et nous aussi. C’est pourquoi tu peux ressentir le besoin de réapprendre à t’aimer à n’importe quel moment de ta vie. Mais si une telle situation se produit, tu auras au moins quelques outils pour t’aider à remonter la pente de l’acceptation de soi.

15 comptes Instagram qui te feront changer ta perception de la beauté

15 comptes Instagram qui te feront changer ta perception de la beauté

«La beauté est dans les yeux de la personne qui regarde.» Cette citation d’Oscar Wilde peut sembler illusoire à l’ère du paraître. À l’ère où les photos de corps retouchés à la perfection ont envahi nos vies jusque sur les médias sociaux, où s’enchaînent des corps sculptés comme des statues grecques et présentés dans des décors souvent paradisiaques. Ou encore, à l’ère des innombrables filtres pour nous rendre encore plus belles sur nos photos : filtre qui accentue le maquillage, filtre qui fait briller davantage les yeux, filtre qui lisse la peau et fait disparaître les rides et vergetures… Heureusement, de plus en plus d’influenceuses lèvent leur bouclier et décrient cette vision erronée et inatteignable de la beauté. Ayant souvent elles-même eu de la difficulté à accepter leur corps par le passé, elles ont choisi d’utiliser les médias sociaux pour tenter de faire changer notre définition de ce que signifie être belle, pour notre plus grand bien. Voici 15 comptes Instragram de personnes magnifiques et inspirantes qui te feront sentir belle et bien dans ta peau à ton tour, peu importe la forme, la couleur ou les imperfections qui marquent ton corps. Parce que nous sommes toutes belles, chacune à notre façon.


LE SAVAIS-TU?

Instagram a été classé comme étant le pire réseau social pour la santé mentale selon un sondage réalisé en 2017 par la Royal Society for Public Health. Il a notamment reçu la pire note des participants pour ce qui est de la façon dont il les faisait sentir par rapport à leur image corporelle.


Kenzie Brenna

https://www.instagram.com/kenziebrenna

La pression pour être mince est souvent due au fait que l’on considère la minceur comme étant un signe de santé. Pourtant, la santé est beaucoup plus complexe, si bien qu’une personne mince peut très bien être être dépressive, aux prises avec des troubles de l’alimentation ou avoir des problèmes de santé mentale. Avec son compte Instagram, Kenzie Brenna tente de briser le stéréotype négatif entourant les femmes rondes et de mettre fin au fat shamming.

Elle souhaite faire réaliser aux femmes que tous les corps sont beaux, que l’on soit mince, ronde, noire ou autre. Elle essaie aussi de faire réaliser aux femmes que les diètes ne permettent pas toujours de nous donner une meilleure confiance en soi, et que bien souvent, le secret pour être bien dans sa peau se situe entre les deux oreilles plutôt que dans un chiffre sur la balance.


Radical Beauty Project

https://instagram.com/radicalbeautyproject

Tu as envie d’être époustouflée? The Radical Beauty Project est pour toi. Provocateur, ce projet audacieux vise à remettre en question nos standards de beauté en mettant en vedette uniquement des modèles atteints de Trisomie 21. Un art engagé qui nous fait voir ces personnes sous un nouvel angle.


Danae Mercer

https://www.instagram.com/danaemercer

Cette belle journaliste de 30 ans peut à première vue sembler parfaite. Pourtant, comme beaucoup d’entre nous, il n’en est rien. Elle-même a été longtemps habitée par un sentiment d’insécurité injustifié par rapport à son apparence. En effet, Danae est une ancienne anorexique qui avait une vision complètement faussée et déformée de son corps.

Elle tente maintenant d’aider les autres femmes à se sentir belles et bien dans leur corps malgré la cellulite, les vergetures, les bourrelets ou toute autre petite imperfection physique qui pourrait miner leur confiance en elles. Ayant elle-même vu comment les photographes professionnels travaillaient avec la lumière et les poses pour avantager le corps des mannequins dans les magazines, elle cherche également à détruire le mythe derrière les corps parfaits que l’on voit défiler sur Instagram.


Zebedee Management

https://instagram.com/zebedee_management

Qui a dit que la différence était laide? Zebedee Management, une agence d’artistes basée en Europe et aux États-Unis, croit qu’il s’agit plutôt d’une force à faire rayonner. Tous les talents qu’elle représente ont une difformité physique, un handicap ou des différences visibles. Elle donne ainsi une chance à ces personnes aussi magnifiques que talentueuses de se tailler une une place dans le monde de la mode, de la beauté et de arts.

Leur compte Instagram est une belle découverte. On y trouve énormément de diversité : handicapés de guerre, paraplégiques, vitiligo, personnes âgées, albinos… Plein de personnes différentes et magnifiques. Et les photos sont à couper le souffle.


Tess Daly

https://www.instagram.com/effytess.daly

Tess Daly est une influenceuse britannique bien connue dans la sphère virtuelle de la mode et de la beauté. Le plus inspirant dans tout ça, c’est qu’elle est elle-même paraplégique.

En plus de faire des recommandations en matière de mode et de maquillage, Tess rappelle souvent à ses abonnés l’importance de voir le côté positif des choses, mais aussi, d’aimer le corps que l’on a et de s’accepter telle que l’on est.


The Birds Papaya

https://www.instagram.com/thebirdspapaya

La grossesse est exigeant pour le corps d’une femme, ce qui amène souvent des changements que l’on qualifie «d’indésirables» : vergetures, bourrelets, ventre mou…J’en sais quelque chose. Et le pire, c’est que nous avons énormément de pression pour retrouver notre corps d’avant, pour que rien ne paraisse.

Sarah Nicole Landry, la fille derrière The Birds Papaya, cherche à montrer la réalité et à enlever cette pression inutile que les femmes se mettent sur leurs épaules. Ayant mis elle-même beaucoup de temps à aimer son nouveau corps d’après-grossesse, elle souhaite aider les femmes à accepter ces changements qui nous ont pourtant permis de réaliser un miracle, soit celui de créer et de donner la vie.


Tess Holliday

https://www.instagram.com/tessholliday

Un autre compte qui montre que l’on peut être belle et sexy même en étant très ronde. Se décrivant elle-même comme étant «sans vergogne» (unapologetic), Tess affiche une solide confiance en elle qui traverse l’écran et ne laisse personne indifférent. Elle est un beau modèle d’acceptation de son corps et d’authenticité.


Bolubrown

https://www.instagram.com/bolubrown/

Modèle pour l’agence Zebedee Management mentionnée plus haut, Bolubrown est une afroaméricaine albinos absolument magnifique. Les photos sur son compte sont plus époustouflantes les unes que les autres. La grâce de Bolubrown transcende l’écran et il ne fait aucun doute qu’elle est une mannequin incroyable.


Nadia Tranchemontagne

https://www.instagram.com/latranchemontagne

Enfin un compte en français sur l’acceptation de soi! Cette magnifique fille de Montréal consacre son compte Instagram à promouvoir une vision positive de son corps, peu importe sa forme ou ses imperfections, mais aussi, à dédramatiser le regard des autres sur soi et ce qu’ils peuvent penser de nous. Elle traite de ce sujet avec une belle plume teintée d’autodérision et d’humour.


Julie Bourges

https://www.instagram.com/douzefevrier

Il n’est pas toujours évident d’accepter son corps après un grave accident qui nous laisse à jamais avec de grandes cicatrices. C’est le cas de Julie Bourges, une grande brûlée qui montre que l’on peut être magnifique malgré de terribles épreuves.

À travers ses différentes publications, elle essaie d’aider les femmes à s’aimer telles qu’elles sont. Elle nous rappelle que la vie est trop belle et trop courte pour laisser nos cicatrices dominer notre vie et définir qui nous sommes.


Ptite_dame

https://www.instagram.com/ptite_dame

Ptite_dame, c’est le compte magnifique d’une mère et de sa fille toutes deux atteintes du syndrome de Treacher Collins. Il nous les montre toutes les deux dans leur quotidien, dans leur beauté, leur fragilité, mais surtout, avec tout l’amour qu’une mère éprouve pour sa fille. Ce compte est tellement émouvant que j’en ai encore la larme à l’oeil en écrivant cet article. Peut-être parce que je suis moi-même maman et que je sais à quel point on aime nos enfants plus que tout au monde, mais aussi, à quel point on veut le meilleur pour eux et qu’on veut les protéger de tout, incluant le regard et le jugement des autres.

Ce compte magnifique et inspirant vise à normaliser la différence et à nous faire voir au-delà de celle-ci. Parce que la beauté, c’est aussi le miracle de la vie. La joie de vivre d’une petite fille qui découvre le monde dans toute l’innocence de l’enfance. Une maman qui déborde d’amour.


Tiffanyima

https://www.instagram.com/moonandcheeze/

Avec sa personnalité aussi brillante qu’attachante, Tiffany propose du contenu pour aider les femmes noires de toutes les formes à se trouver belles telles qu’elles sont. Son compte est constellé de citations positives et inspirantes pour nous amener à apprécier davantage notre corps et à lui donner tout l’amour qu’il mérite.


Wheelchair_rapunzel

https://www.instagram.com/wheelchair_rapunzel/

Comme le nom du compte l’indique, Alex Dacy est une princesse en en chaise roulante. À l’instar de son homologue à la longue chevelure, elle est une magnifique blonde avec un message à la fois rafraîchissant, positif et inspirant. Avec une plume très juste, elle souhaite donner une voix et une visibilité aux personnes infirmes afin de normaliser tous les types de corps.


Jess Mackenzie

https://www.instagram.com/_jessyoga

Pas facile d’avoir confiance en soi quand on a de l’acné… J’en sais quelque chose : j’ai une peau capricieuse qui fait des boutons à tout et à rien, et j’en ai eu honte à plusieurs reprise dans ma vie et même encore aujourd’hui. Alors quand je suis tombée sur le compte de Jess Mackenzie, son attitude positive face à l’acné ma fait énormément de bien et a beaucoup aidé la perception que j’avais de moi-même et de mes boutons.

Sur son compte, Jess partage ses états d’âme et son périple avec l’acné. Tu y retrouveras sa routine de maquillage, mais aussi, les produits qu’elle a testés pour améliorer l’apparence de sa peau.

Jess Mackenzie est aussi une professeure de yoga qui partage sa passion pour cette technique de relaxation et pour le bien-être en général.


Femaleinspiring

https://www.instagram.com/femaleinspiring/

J’aimerais terminer en te proposant un compte plus artistique qui ne publie pas des photos de vrais personnes avec de vrais corps, mais plutôt des images et des textes inspirants pour inciter les femmes à avoir une vision plus positive d’elles-mêmes. Décidément un compte auquel t’abonner si tu souhaites booster ton estime de toi au quotidien.

Et toi, connais-tu d’autres comptes de médias sociaux qui font la promotion de l’acceptation de soi et de la diversité corporelle? N’hésite pas à les faire connaître ci-dessous dans les commentaires!

10 citations inspirantes d’Audrey Hepburn pour te sentir plus belle et heureuse

10 citations inspirantes d’Audrey Hepburn pour te sentir plus belle et heureuse

Connais-tu Audrey Hepburn? Sinon, cours regarder un extrait de Diamants sur le canapé et tu seras sans doute estomaquée par la beauté, la grâce et la classe de cette femme qui a été hissée au statue d’icône du cinéma dans les années 50-60. Elle n’est pas seulement belle : elle est aussi une grande philanthrope qui a délaissé le cinéma vers la fin des années 60 pour consacré sa vie à l’aide humanitaire. Certaines de ses citations les plus célèbres nous font d’ailleurs repenser en profondeur nos critères de beauté et nous ramènent à ce qui est essentiel, soi la beauté intérieure. En voici 10 qui te feront sans doute réfléchir et peut-être même changer la perception que tu as de toi-même et ta relation avec ton reflet dans le miroir.

1— Conseils pour être belle

Pour avoir des lèvres attirantes, prononcez des paroles de bonté. Pour avoir de beaux yeux, regardez ce que les gens ont de beau en eux. Pour rester mince, partagez vos repas avec ceux qui ont faim. Pour avoir de beaux cheveux, faites qu’un enfant y passe sa main chaque jour. Pour avoir un beau maintien, marchez en sachant que vous n’êtes jamais seule.

Audrey Hepburn

2— Se sentir sexy

Le sex-appeal est une chose que l’on ressent à l’intérieur de soi. Je peux en dégager autant toute habillée, en ramassant des pommes ou debout sous la pluie.

Audrey Hepburn

3— Être heureuse avant tout

Les filles heureuses sont les filles les plus jolies.

Audrey Hepburn

4— Le rire pour se sentir mieux

Rire est le meilleur brûleur de calories.

Audrey Hepburn

5— La beauté est intérieure

La beauté d’une femme n’est pas dans les vêtements qu’elle porte, la figure qu’elle affiche ou la manière dont elle se coiffe les cheveux. La beauté d’une femme se voit dans ses yeux, car ils sont la porte de son coeur, l’endroit où réside son amour.

Audrey Hepburn

6— La beauté et la vieillesse

L’élégance est la seule beauté qui ne se fane jamais.

Audrey Hepburn

7— L’importance de se faire plaisir

La vie est une fête. Habille-toi pour ça.

Audrey Hepburn

8— Notre force intérieure

Pensez-y : si un jour vous avez besoin d’une main secourable, vous en trouverez une à chaque bout de vos bras. En vieillissant, vous vous rendrez compte que vous avez deux mains, l’une pour vous aider vous- même, l’autre pour aider les autres.

Audrey Hepburn

9— S’accepter soi-même

Ma plus grande victoire a été d’apprendre à m’accepter en tant que personne, avec tous mes défauts… Je suis loin de ressembler à l’être humain que j’aimerais être. Mais j’ai décidé que je n’étais pas si mal, après tout.

Audrey Hepburn

10— Rien n’est impossible

«Rien n’est impossible, le mot lui-même (en anglais) dit «I’m possible» soit : «Je suis possible».

Comment te défaire du syndrome de l’imposteur

Comment te défaire du syndrome de l’imposteur

Est-ce qu’il t’arrive de douter de tes capacités ou de ta valeur? Ou encore, peut-être as-tu parfois l’impression de ne pas mériter les compliments que tu reçois? Si ce sentiment de ne pas être à la hauteur mine ta confiance en toi et t’empêche d’aller de l’avant, tu souffres peut-être du syndrome de l’imposteur.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur?

Les personnes qui souffrent du syndrome de l’imposteur ont de la difficulté à se trouver à la hauteur de ce qui est demandé d’elles. Elles vont même jusqu’à croire qu’elles ne méritent pas de réussir et que leurs succès sont plutôt attribuables à des circonstances exceptionnelles ou extérieures, comme la chance, l’aide des autres, etc. Elles vivent dans la peur constante d’être démasquées, d’où le sentiment d’être un «imposteur». Le syndrome de l’imposteur peut affecter autant les hommes que les femmes, et les personnes axées sur les résultats sont généralement plus susceptibles d’en souffrir.

Mon expérience «d’imposteure»

Moi-même, il m’arrive à l’occasion de sous-estimer mes talents. Le blogue Rose avoine, par exemple, est un rêve que je caresse depuis longtemps et que je n’osais pas réaliser de peur notamment d’être jugée par les autres. Je voulais tellement parler de sujets qui me tenaient à cœur, mais j’avais aussi une petite voix dans ma tête qui me disait des phrases du genre «Tu es certaine d’être bien placée pour parler de bien-être et de simplicité? Regarde comme ta vie de tous les jours est chaotique!» ou bien «Il y a tellement de blogues sur le bien-être : qu’as-tu de tant original à apporter?». Ce genre de pensées m’ont fait douter de moi, au tout début.

J’en parlais justement dernièrement avec une ancienne collègue avec qui je discutais de mon blogue, mais aussi, de mon retour au travail. Elle m’a fait réaliser que mes peurs n’étaient pas fondées. Qu’elles n’étaient pas le reflet de la réalité et de ce que les gens percevaient réellement de moi. Elle m’a aussi dit ceci qui m’a fait beaucoup réfléchir : «Il y a peut-être plein de blogues sur le bien-être, mais encore aucun qui ne soit écrit par TOI.» C’est là que j’ai eu un déclic : que j’avais une valeur, une personnalité, bref, quelque chose d’unique à partager. Que mon expérience teinterait forcément mon blogue et fournirait un par le fait même un point de vue différent.

Crois-moi : je suis donc très familière avec le syndrôme de l’imposteur. Et je sais qu’il n’est pas toujours évident de s’en défaire seule. Je te propose ici quelques trucs pour le surmonter, te redonner confiance en toi et pouvoir relever de nouveaux défis la tête haute.

Photo par Christina Morillo sur Pexels

1— En parler avec une personne digne de confiance

Savais-tu que notre cerveau est conçu pour retenir davantage les éléments négatifs? Ce serait une question de survie. Nous ne sommes donc pas toujours les mieux placés pour avoir une opinion objective de nous-même et de nos capacités. Te confier à une personne en qui tu as confiance et qui te connaît bien, comme une amie ou un membre de ta famille, peut t’aider à remettre les pendules à l’heure.

Photo par Carolyn V sur Unsplash

2— Faire une liste de tes qualités et de tes compétences

Mettre nos idées sur papier, notamment sous forme de listes, est souvent bénéfique pour analyser une situation de manière plus objective. Alors prends un papier, un crayon et écris-y les qualités et les compétences que les gens ont tendance à associer à toi. Essaie de te rappeler d’anciennes conversations, des évaluations passées… Notes-y le plus de choses possibles. Tu peux aussi y noter des réalisations dont tu es particulièrement fière. De quelles qualités ou compétences as-tu fait preuve dans ces situations?

Photo par Alexandru Zdrobău sur Unsplash

3— Cesser de te projeter dans le regard des autres

Les personnes qui n’ont pas confiance en elles ont souvent besoin de la validation des autres pour se sentir valorisées. Ces mêmes personnes peuvent même avoir l’impression que les autres sont constamment en train de les observer et de juger leurs moindres faits et gestes. Pourtant, bien souvent, ce ne sont pas les autres qui nous jugent, mais nous-même. Nous imaginons le regard des autres sur nous-même alors que le jugement est la plupart du temps uniquement dans notre tête. Alors essaie de te préoccuper moins du regard des autres : ces derniers sont bien plus souvent qu’autrement davantage concentrés sur leur propre personne, de toute façon.

Photo par Pietro Tebaldi sur Unsplash

4— Éviter de te comparer

La comparaison est un piège redoutable. C’est probablement l’une des pires choses pour la confiance en soi. En se comparant à d’autres personnes chez qui ont envie des qualités ou des compétences que l’on souhaiterait avoir, il est alors très dangereux de tomber abruptement dans l’abîme de la dévalorisation. Il est tout aussi difficile qu’absurde de s’autoflageller de cette façon que de comparer des pommes avec des oranges. Chaque personne est différente et apporte une personnalité et des compétences qui lui sont propres. Et bien souvent, on a tendance à idéaliser les autres alors que personne n’est parfait.

5— T’entourer de pensées positives

La meilleure façon de reprendre confiance en soi est souvent de détourner notre attention de nos pensées négatives. Lire des pensées positives et motivantes est un très bon moyen d’y parvenir. N’hésites donc pas à en mettre partout : comme fond d’écran, dans ton agenda, sur le mur de ton bureau… Tu peux même créer un mood board avec plusieurs phrases et images qui t’inspirent.

Photo par Denys Nevozhai sur Unsplash

6— Changer ta façon de voir la situation

Plutôt que de voir le verre à moitié vide, pourquoi ne pas plutôt y voir une occasion de le remplir? L’adrénaline produite par le stress peut être utilisée à bon escient pour nous pousser à nous dépasser. Donc au lieu de penser que tu n’as pas les compétences nécessaires pour accomplir une tâche, pourquoi ne pas plutôt voir la situation comme un défi à relever dans lequel tu peux acquérir ces compétences que tu crois qui te font défaut? J’ai même souvent vu des gens autour de moi avoir à réaliser des tâches qui débordaient de leur champs de compétences initial. C’est ce qui nous permet à tous d’évoluer, d’autant plus que cela démontre notre capacité à nous adapter.

Photo par Element5 Digital sur Unsplash

7— Perfectionner ou élargir tes compétences

Une bonne façon de se débarrasser du sentiment d’être un imposteur est de faire en sorte d’acquérir les compétences qui nous manquent. Il existe une panoplie de cours de type formation continue offerts par les cégeps et les universités, de formations en ligne ou de conférences qui peuvent te permettre de parfaire tes connaissances. Beaucoup d’employeurs encouragent même la formation continue de leurs employés en payant une partie ou la totalité des frais d’inscription. Si tu es plus du genre autodidacte, tu peux aussi lire davantage d’ouvrages de référence sur le sujet que tu voudrais approfondir.

Photo par Wendy Aros-Routman sur Unsplash

8— Garder et relire des témoignages sur toi

Pour finir, j’aimerais te donner un truc qui m’a souvent été très utile autant pour me remonter le moral que pour reprendre confiance en moi : relire des témoignages d’autres personnes sur moi. Il faut dire que je suis une collectionneuse de nature : j’ai tendance à garder énormément de souvenirs, notamment des lettres, des évaluations, ou autres. Quand j’ai le moral qui coule comme le Titanic, relire des témoignages de personnes qui m’apprécient me font le plus grand bien. Peut-être en as-tu dans ton journal de finissant? Je te l’accorde : cette astuce ressemble beaucoup au premier conseil, soit de te confier à une personne de confiance, et ce n’est pas tout le monde qui a ce genre de témoignage écrit sous la main. Mais si tu as la chance de mettre la main sur ce genre de contenu dans l’avenir, je t’encourage fortement à le garder précieusement avec toi. Tu ne sais jamais quand tu peux en avoir besoin.

Et toi, as-tu d’autres façons d’atténuer le syndrome de l’imposteur? Si oui, quels sont tes trucs?

5 astuces pour se trouver plus belle au naturel

5 astuces pour se trouver plus belle au naturel

Depuis quelques semaines, je me suis lancé le défi de me maquiller moins et de rester naturelle le plus possible. Il faut dire que je partais de loin : non seulement je me maquillais tous les jours avant, mais tout ce maquillage a contribué à maganer mes cils, mes sourcils et ma peau. Bref, je n’aimais pas du tout l’image que me renvoyait le miroir. Voici quelques trucs qui m’ont aidé et m’aident encore aujourd’hui à me trouver plus belle sans avoir à me maquiller.

Photo par Andrea Piacquadio sur Pexels

Astuce no 1 : Y aller par étape

Quand j’ai cessé net de me maquiller, j’ai trouvé ça extrêmement difficile au début de croiser mon reflet dans le miroir. C’était trop un gros changement d’un coup pour moi. J’ai donc choisi de trouver un équilibre et d’y aller par étape : d’abord les sourcils, puis les cils, puis la peau. J’ai donc pu m’habituer petit à petit et accepter mon nouveau reflet. Mes cils, mes sourcils et ma peau ont d’ailleurs commencé à se porter beaucoup mieux et à être plus beaux, même si ce n’est pas encore gagné pour ce qui est de la peau (ma peau est très sensible et j’ai encore des cicatrices de boutons qui ont de la difficulté à disparaître).

Photo par engin akyurt sur Unsplash

Astuce no 2 : Porter des vêtements qu’on aime

Difficile de se trouver à son avantage dans un coton ouaté, un pyjama ou un banal t-shirt blanc. De belles couleurs, de beaux motifs, et hop! Nous voilà tout à coup plus rayonnante. Mettre une jolie robe peut aussi contribuer à nous faire sentir plus belle.

Photo par Callie Morgan sur Unsplash

Astuce no 3 : Porter des perles

S’il n’y a qu’une seule paire de boucles d’oreilles que toute fille devrait avoir, ce sont des perles. Elles n’ont pas leur pareil pour illuminer le visage! En effet, elles accentuent le triangle de lumière formé par les yeux et le sourire. J’en ai moi-même différents modèles selon mon humeur et le style que je veux avoir. Indémodables, elles se portent avec tout et nous donnent instantanément un look plus chic sans effort.

Photo par Dan Gold sur Unsplash

Astuce no 4 : Coiffer ses cheveux

Une belle coiffure comme une tresse ou un chignon contribuent grandement à donner l’impression qu’on est plus jolie. On peut même ajouter de beaux accessoires comme un bandeau, un chouchou, une fleur, un serre-tête ou une barrette qui vont attirer le regard et ajouter un « statement ».

Photo par Marcin Jozwiak sur Unsplash

Astuce no 5 : Porter de grosses lunettes fumées

Dès que je sors, je ne me passerais pas de mes grosses lunettes fumées. Non seulement elles protègent mes yeux du soleil, mais elles contribuent à cacher une bonne partie du visage en plus d’ajouter instantanément du style. Du coup, on se sent comme une vedette de cinéma… On est loin de l’effet « Je me suis réveillée comme ça ce matin »!

Et toi, aimes-tu être au naturel? As-tu d’autres trucs pour te trouver plus belle sans maquillage? Partage-les en commentaire!