(Re)tomber en amour avec la mode seconde main

(Re)tomber en amour avec la mode seconde main

Depuis quelques années, j’ai commencé à regarder du côté du seconde main pour certains morceaux de ma garde-robe. Mais ce n’est que depuis un an que j’ai réellement pris goût à la mode déjà portée, ou preloved comme on le dit si bien en anglais. Si mon immersion dans ce monde en pleine expansion s’est d’abord faite dans le but d’économiser, c’est aujourd’hui pour satisfaire mon goût de la mode tout en réduisant mon empreinte environnementale que je me tourne maintenant vers les vêtements seconde main.

Pourtant, nombreux étaient mes préjugés au début de mon aventure! Une aventure qui ne fait que commencer et à travers laquelle j’apprends tranquillement à me questionner davantage sur mes goûts, mes besoins et mon propre style, mais aussi, où j’expérimente sans culpabilité.

Photo de mentatdgt sur Pexels.com

Mes préjugés face à la mode seconde main

Avant d’y prendre goût, je dois t’avouer que je ne voyais AUCUN intérêt à acheter des vêtements déjà portés.

Tout d’abord, du plus loin que je me souvienne, j’associais l’achat ou le don de vêtements déjà portés aux pauvres. Je n’aime pas avouer ça… Mais c’est vrai. Quand des vêtements ne me faisaient plus ou que je n’en voulais tout simplement plus, on disait dans ma famille qu’on allait « les donner aux pauvres ».

Aussi, bien que j’ai dû me départir de certains morceaux parce qu’ils étaient rendus trop petits, je dois t’avouer qu’une des premières raisons pourquoi je donnais un vêtement était parce que je n’en voulais plus. Ceci a renforcé ma fausse croyance voulant que les vêtements seconde main étaient soit démodés, soit usés.

Sinon, je croyais que les quelques personnes qui fréquentaient les friperies pour le plaisir étaient des originaux ou bien des personnes en quête de vêtements vintages.

Contrairement à ce que je pensais, acheter seconde main ne signifie pas pour autant que les vêtements sont usés ou ont l’air usagés. J’ai été extrêmement surprise de constater le nombre de personnes qui revendent des vêtements qui n’ont jamais été portés… et portent même toujours l’étiquette du magasin!

Mine de rien, on achète aujourd’hui 5 fois plus de vêtements qu’il y a 20 ans. C’est énorme! Et pourtant, je ne crois pas que les gens du début ses années 2000 manquaient de vêtements pour autant… Je crois que ce phénomène est davantage relié à la surconsommation et au fait que la mode est plus éphémère et accessible que jamais. L’achat de vêtements en ligne, parfois provenant d’autres pays, contribue aussi selon moi au fait que plusieurs personnes revendent des vêtements jamais portés, soit parce qu’ils ont choisi la mauvaise grandeur, parce que la coupe n’avantage finalement pas leur silhouette ou encore parce qu’il est impossible ou difficile de les retourner.

Photo de Ali Naaz sur Pexels.com

La mode seconde main : une tendance à la hausse

Le pourcentage de personnes qui achètent des vêtements seconde main est passé de 57% en 2013 à 72% en 2018. Au nombre des raisons qui expliquent cette hausse : la conscience environnementale des acheteurs, ceux-ci étant de plus en plus nombreux à être sensibilisés à l’impact environnemental de leurs choix de consommation.

Si tu aimes la mode (comme moi), probablement que tu te doutes qu’il s’agit d’une industrie extrêmement polluante. On n’a qu’à penser aux arrivages quasi hebdomadaires de nouveautés dans certaines grandes chaînes de magasins… Mais cette mode accessible et éphémère a un lourd prix au final : elle est en effet la deuxième industrie la plus polluante au monde, juste après le pétrole. Ce n’est pas peu dire! La production de vêtements serait à elle seule responsable de l’émission de 1,2 milliard de tonnes de CO2 par an, soit autant que les émissions des transports aériens et maritimes réunis, d’après une étude réalisée en 2017 par la Fondation Ellen MacArthur. De plus, selon Recyc-Québec, chaque personne jetterait environ 12 kilos de vêtements ou autres produits textiles chaque année. C’est donc dire qu’un peu plus de 95 000 tonnes de vêtements finiraient à la décharge, et ce, seulement au Québec.

Acheter davantage de vêtements seconde main permet donc :

  1. de réduire la pression sur les ressources de notre planète;
  2. de réduire la pollution associée à la production industrielle et au transport;
  3. de ne pas encourager l’augmentation de la production dans des pays où les conditions de travail sont désastreuses.

Même les matériaux dits naturels, comme le coton, ont parfois une empreinte environnementale très grande : emploi de pesticides, utilisation de teintures chimiques, pression sur les terres agricoles, appauvrissement des sols… On peut certes se consoler avec le lin et le lyocell tencel, mais il n’en demeure pas moins que ce n’est qu’une infime partie des vêtements offerts en boutique qui sont faits de ces deux matières.

Photo de Arianna Jadu00e9 sur Pexels.com

La mode seconde main pour développer sa créativité

Un autre aspect de la mode seconde main que j’affectionne, c’est qu’il me permet de jouer davantage avec la mode et son propre style. En fouillant bien, on est souvent capable de trouver des morceaux différents de ce que l’on trouve en boutique. On peut, par exemple, dénicher des vêtements ou accessoires vintages qu’on ne trouvera nulle part ailleurs. Ceci peut nous permettre de nous démarquer et d’affiner notre style.

Mode et style : quelle différence?

  • La mode est ce qui est considéré comme étant beau à un moment donné dans le temps. En gros, c’est une tendance avec une date d’expiration. C’est ce qui est porté par tout le monde ou presque.
  • Le style, lui, est personnel et intemporel. Il s’agit de la façon dont ont utilise les vêtements et la mode pour exprimer notre caractère unique et nous mettre en valeur. On le voit souvent dans les coupes ou les couleurs choisies ou encore dans les accessoires que l’on porte, mais aussi dans la superposition, les manches et rebords de pantalons roulés, le tucking (fait de rentrer une partie de notre chandail dans nos pantalons ou notre jupe), etc.

La mode seconde main offre un terrain de jeu encore plus vaste à celles qui savent manier l’aiguille et la machine à coudre. Il est alors encore plus facile de dénicher des trésors pour pas cher qui nécessitent uniquement quelques retouches pour nous faire comme un gant. Un vêtement trop grand peu par exemple être rétréci, ou alors, de petits défauts peuvent être corrigés ni vus ni connus. Sans parler des infinies possibilités de la personnalisation!

Photo de Burst sur Pexels.com

Où acheter seconde main?

Heureusement, de plus en plus plus d’options existent pour acheter des vêtements seconde main. Et le plus merveilleux, c’est qu’aux habituelles friperies se sont ajoutées de nombreuses options de magasinage en ligne au fil des années, plus particulièrement avec la Covid. Je reviendrai mettre cette liste à jour au fur et à mesure de mes découvertes, car je dois t’avouer que je commence à découvrir cet univers.

Les annonces MarketPlace

www.facebook.com/marketplace/

Facebook est mon premier réflexe pour trouver des objets usagés tout près de chez moi. C’est vraiment étonnant de voir tout ce que l’on peut trouver! Plusieurs personnes se départissent de vêtements portés une ou deux fois, ou même de morceaux jamais portés qui ne peuvent être retournés en magasin parce qu’il manque l’étiquette. Pour ma part, j’y ai déjà trouvé plusieurs très beaux hauts en excellent état.

Bon magasinage

www.bonmagasinage.com/

Cette plateforme québécoise est mon site préféré pour magasiner seconde main. On y retrouve des centaines de filles (et de garçons aussi) qui y revendent des vêtements qu’elles ne portent plus afin de leur donner une deuxième vie. Plusieurs fashionistas très connues sur Instagram y ont même un compte! Si tu aimes le style vestimentaire d’une des personnes sur cette plateforme, tu peux la suivre et recevoir une alerte dès qu’elle ajoute un nouveau morceau.

Ce que j’aime particulièrement de cette plateforme, c’est qu’on y retrouve un choix impressionnant de vêtements. Il est ainsi possible de chercher par type de morceau, par grandeur, par couleur, par marque, par prix…

Mais un aspect qui m’a vraiment surprise, c’est le côté beaucoup plus humain et chaleureux d’acheter seconde main. Par exemple, les deux fois que j’ai commandé sur ce site, j’ai reçu un joli petit mot personnalisé de la vendeuse. Une a même ajouté deux tiges de lavande séchées à mon paquet pour qu’il sente bon!

Poshmark

www.poshmark.ca/

Cette plateforme, aussi disponible sous forme d’application mobile, fonctionne de la même façon que Bon magasinage, à la différence qu’elle s’étend à la grandeur du Canada.

Womance second hand

www.womance.ca/collections/seconde-main

Lancée dernièrement, la section seconde main de la boutique en ligne Womance permet aux clientes de revendre des vêtements de la marque afin de leur donner une seconde vie. Au moment d’écrire ces lignes, il n’est malheureusement pas possible d’effectuer de recherche par grandeur, par couleur ou par type de produit. Même, il faut cliquer sur un produit pour voir de quelle grandeur il s’agit. J’imagine que ce sont des lacunes qui vont vite être améliorées et j’espère sincèrement que d’autres marques seront tentées d’emboîter le pas.

Vinted

www.vinted.fr/

Si tu vas (ou vis) en Europe, Vinted est la plateforme incontournable des fashionista en quête de mode seconde main! Plusieurs de mes abonnées Instagram de l’Europe me l’ont chaudement recommandée. Ça particularité : un peu comme Poshmark, cette plateforme de revente de vêtements déjà portés s’étend à la grandeur de l’Europe, permettant d’avoir un choix impressionnant.

Ding Fring

Une de mes abonnées Instagram de la France m’a aussi conseillé cette boutique. Il semble qu’il y en ait un peut partout à travers la France.

YWCA

www.ywcaquebec.qc.ca/ecoboutiques/

Les YWCA du Québec ont des écoboutiques où il est possible d’acheter des articles seconde main. En plus de faire des aubaines, l’argent amassé permet de contribuer au financement d’une bonne cause : leur service d’hébergement pour femmes en difficulté.

Les friperies en ligne

Il existe une grande variété de friperies en ligne. Les énumérer toutes ici serait impossible, mais voici tout de même une liste de quelques boutiques que je mettrai à jour au fur et à mesure de mes découvertes.

Kapara Vintage (Saint-Jean-sur-Richelieu)

Ginie Vintage

Raymond IV (Montréal)

Popeline (Montréal)

Featherstone Vintage (Montréal)

La Défroque (Val-Morin)

Mala Vintage (Montréal, tailles Plus)

L’Astucieuse friperie (Lévis)

Wabi-Sabi Vintage (Toronto)

Et toi, quelle est ta relation avec la mode seconde main? En espérant que cet article t’ai donné envie de considérer davantage le déjà porté lors de tes prochains achats vestimentaires!

Aussi, si jamais tu as d’autres suggestions de friperies en ligne ou de plateformes où acheter des vêtements seconde main, n’hésite surtout pas à mes les partager en commentaire.

10 idées pour un temps des Fêtes plus doux et plus slow

10 idées pour un temps des Fêtes plus doux et plus slow

Chose certaine : au Québec, on devra se résigner à célébrer le temps des Fêtes autrement pour beaucoup d’entre nous. Avec les restrictions sanitaires en vigueur et l’interdiction de se rassembler, nous aurons l’occasion d’apprivoiser un Noël et un temps des Fêtes plus calmes. Moi-même adepte de simplicité et de slow living, j’ai eu envie de te partager mes idées afin de t’initier à un hiver à la fois doux et festif qui ne sera pas moins dépourvu de magie pour autant.

L’avantage d’un temps des Fêtes plus slow

Je dois t’avouer qu’au début, j’étais déçue et même fâchée de ne pas pouvoir voir mes proches pendant le congé des Fêtes. Ma famille étant éloignée, les Fêtes étaient pour nous une occasion de se revoir et de célébrer la chance que nous avions d’être enfin tous réunis.

Puis, j’ai réalisé que le temps des Fêtes était quand même exigeant, tant pour moi que pour les enfants, peut-être même surtout pour eux. En effet, nous avions l’habitude de fêter Noël jusqu’aux petites heures du matin dans la famille de mon conjoint. Nous étions en tout et pour tout plus de 50 personnes réunies chaque année dans le sous-sol de sa grand-mère. Cette soirée (ou plutôt devrais-je dire « nuit ») festive et chaleureuse est une tradition qui remonte à l’enfance de mon conjoint. Si je trouvais que cette réunion familiale était amusante et en valait la fatigue accumulée le lendemain, j’ai toutefois remarqué que c’était plus difficile pour des enfants en bas âge.

D’avoir cette année un Noël en petit comité familial à la maison nous permettra de vivre un temps des Fêtes que j’espère plus zen, plus doux, et davantage axé sur l’essentiel.

Noël : l’occasion parfaite pour s’initier aux joies du hygge

Chez les Danois, Noël est la haute saison du hygge, un art de vivre associé au confort, à une expérience positive, à une atmosphère chaleureuse, à la relaxation et au bonheur d’être ensemble. Le hygge nous invite à apprécier les petits bonheurs au quotidien. Avec les multiples décorations souvent illuminées, les feux de foyer, mais aussi les couvertures et les longues écharpes chaudes, les promenades en traîneau, les gâteaux… cette période de l’année particulièrement festive représente bien l’esprit de cet art de vivre danois.

Le hygge regroupe d’ailleurs plusieurs éléments du slow living. Mais plus que ça : il invite à renouer avec la simplicité, à revenir à l’essentiel et à prêter davantage attention à l’instant présent au quotidien en s’attardant aux petits gestes tout simples.

Photo de Kira auf der Heide sur Unsplash

1– Donner moins, mais mieux

Depuis quelques années, j’ai commencé à avoir une vision différente de Noël et surtout des cadeaux. Ma réflexion (qui mijote encore) est la suivante : donne-t-on trop de cadeaux à Noël?

Je suis consciente d’être totalement à contre-courant avec cette pensée, et mon but n’est pas de juger personne. J’ai simplement remarqué, avec les années, les situations suivantes en ce qui concerne les cadeaux :

  • Trouver le bon cadeau pour nos proches n’est pas toujours évident, ce qui peut générer du stress;
  • On reçoit parfois des cadeaux que l’on aime pas, dont on n’a pas besoin ou que l’on a déjà, si bien qu’on fait semblant d’être heureux de les recevoir pour ne pas froisser la personne qui le donne, et puis on s’en départit;
  • Certaines personnes donnent une TONNE de cadeaux, surtout aux enfants, qui ne savent alors plus où donner de la tête et à qui on demande de déballer un autre cadeau avant même qu’ils aient commencé à jouer avec celui qu’ils viennent de déballer.

J’ai vécu au moins l’une de ces trois situations à TOUS les Noël depuis que je suis adulte. J’étais tellement exaspérée qu’il y a un an, j’ai demandé à mes proches de ne plus me donner de cadeaux. J’ai même proposé l’année dernière que l’on tente de ne pas se donner de cadeaux à Noël, car on en était rendu à s’échanger des cartes-cadeaux par manque d’idée. Je ne sais pas pour toi, mais je ne voyais plus ça comme des cadeaux, mais comme un simple échange d’argent, et je trouvais que l’on avait perdu la magie de Noël en faisant ça.

En ce Noël différent, on pourrait être tenté de vouloir donner plus de cadeaux pour compenser le fait que l’on ne peut pas fêter comme on le voudrait, ou encore, pour tenter de mettre un baume au cœur après une année éprouvante pour certains. Mais j’ai envie de t’inviter à éviter la surenchère de cadeaux cette année. Pourquoi pas, par exemple, donner qu’un seul cadeau à nos enfants? Un cadeau pensé et réfléchi pour allumer des étoiles dans leurs yeux en le déballant?

Comme je cherche également de plus en plus à réduire mon empreinte environnementale, je fabrique de plus en plus moi-même les cadeaux que je donne ou je me tourne de plus en plus vers des objets seconde main, surtout pour mes enfants qui ne voient absolument aucune différence. Par exemple, l’année dernière, j’ai donné un lot de casse-têtes en bois à mon garçon que j’avais trouvé sur Marketplace. de Facebook Et pour ma fille de 1 an, j’ai choisi de lui donner cette année un petit toutou que j’avais gardé de quand j’étais jeune (oui : j’ai un gros bac remplis de toutous de mon enfance!) et de l’emballer. Elle n’y verra que du feu et aura tout de même le plaisir de déballer un cadeau et d’être surprise de ce qu’elle va découvrir.

Car j’ai réalisé que la magie de Noël tenait davantage dans la façon de donner que dans ce que l’on donne.

Photo de Julia Volk sur Pexels

2— Vivre au jour le jour

Pour profiter davantage de la magie de l’instant présent, je t’invite à suivre le flow du moment. Et par flow, je veux dire de laisser tomber les horaires dignes d’un camp militaire, de ne rien planifier et de simplement laisser aller les choses. Écoutes tes envies, comment tu te sens, ou si tu as des enfants, d’être attentive à leur énergie et à leur humeur au moment où ils se manifestent. Mets de côté ton agenda : fait juste savourer l’instant comme il se présente à toi. Il fait beau et tu as envie de sortir dehors? Vas-y. Tu souhaites siroter tranquillement un bon café en regardant un film de Noël? Fais-le. Au diable le cadran : écoute plutôt ton horloge interne.

Quelques idées pour vivre davantage l’instant présent pendant le Temps des Fêtes :

  • Ne pas régler de cadrans et te réveiller quand ton corps en a envie;
  • Ne pas manger à heures fixes;
  • Ne pas avoir d’horaire;
  • Être plus attentive à tes cinq sens.

Tu souhaites avoir plus d’idées pour ralentir au quotidien? Je t’invite à lire mon article complet sur le slow living où je te propose 11 façons de l’appliquer à ta vie mouvementée.

3— Faire plus de choses soi-même ou s’adonner à une activité créatrice

Photo de sheri silver sur Unsplash

Chaque fois que je fais des DIY, du bricolage ou que je cuisine, je m’étonne de voir à quel point j’en retire de la satisfaction… et ce, même si le résultat n’est pas tout à fait ce que j’espérais! Heureusement, quand rien ne presse et que l’on prend le temps de faire une activité créatrice, on a généralement plus de chance de réussir.

Par exemple, dernièrement, j’ai essayé de faire des chandelles avec des ingrédients que j’avais déjà à la maison. Comme je n’avais pas de cire, j’ai tenté l’expérience avec du beurre de cacao à la place. J’ai aussi utilisé et cure-dent autour duquel j’ai entouré de la ficelle pour faire une mèche. Question de parfumer le tout et de rendre ma chandelle plus jolie, j’ai même ajouté un restant de thé. J’étais tellement fière du résultat! Mes enfants ont même eu du plaisir à m’aider et à me regarder faire (tu te doutes que ma fille de un an m’a plus observée qu’autre chose).

Bref, s’adonner à une activité créatrice ou faire des choses soi-même est très valorisant et gratifiant en plus de s’avérer une façon plaisante de passer le temps.

Quelques idées d’activités créatrices et d’objets à faire toi-même pendant le temps des Fêtes :

  • Du bricolage avec tes enfants (si tu en as);
  • Des chandelles DIY;
  • Des desserts ou des pâtisseries;
  • Des objets de tous les jours;
  • Personnaliser des vêtements;
  • Coudre tes propres vêtements;
  • Tricoter un foulard;
  • Dessiner tes propres cartes de vœux pour tes proches;
  • Fabriquer tes propres savons ou produits cosmétiques;
  • Jouer de la musique.
Photo de Jonathan Borba sur Pexels.com

4— Écrire des lettres à tes proches

Je ne sais pas pour toi, mais je suis chaque fois agréablement surprise de recevoir une belle carte par la poste. Dans un monde où de plus en plus de choses sont numérisées ou électronique (sans oublier les rencontres qui sont maintenant devenues virtuelles), je trouve qu’il y a quelque chose de magique dans le fait d’offrir et de recevoir des cartes de vœux pour le temps des Fêtes.

D’ailleurs, je dois me confesser : j’adore toucher le papier, sentir son odeur… Je suis même du genre à caresser longuement les reliefs de certaines cartes de souhaits et à trouver ça étonnamment relaxant.

Les cartes de vœux ont même une place toute spéciale dans la bibliothèque de mon salon. Non seulement elles décorent et mettent dans l’ambiance des Fêtes, mais elles me rappellent mes proches qui ont pris le temps de me les envoyées.

Au Québec, on a tendance à envoyer des cartes pour souligner la fête de Noël, mais pourquoi ne pas envoyer également des vœux pour la nouvelle année? Cette belle attention mettra très certainement de la joie dans la vie de tes proches et te donneras aussi le sentiment de mettre un peu de magie dans ce temps des Fêtes différent.

Et comme les magasins seront fermés, pourquoi ne pas les faire toi-même? Une belle façon de joindre l’utile à l’agréable!

Photo de Genessa Panainte sur Unsplash

5— Profiter de l’extérieur

Les paysages hivernaux sont à couper le souffle. Qu’on aime ou non le froid, la nature nous apporte de nombreux bienfaits qui sont prouvés scientifiquement pour diminuer notre niveau de stress et augmenter notre bonne humeur. Et personnellement, je ne peux m’empêcher de trouver l’hiver magique avec la belle neige duveteuse.

Tu peux bien entendu faire des activités hivernales afin de profiter davantage des joies de cette saison froide, comme du patin, de la luge, du ski, de la raquette ou bien renouer avec ton cœur d’enfant en faisant un fort ou un bonhomme de neige. Le simple fait de marcher à l’extérieur t’apportera aussi une dose supplémentaire de soleil dont on a bien besoin à ce temps-ci de l’année où les jours sont plus courts, sans oublier de l’air frais pour tes poumons.

Et que dire de l’effet de rentrer se réchauffer après plusieurs minutes à l’extérieur? C’est le bonheur!

Photo de Taryn Elliott sur Pexels.com

6— S’entourer de confort

Ce que j’aime le plus de l’hiver, c’est qu’il donne une excellente raison de passer du temps à l’intérieur. On peut ainsi s’offrir des moments de cocooning sans culpabilité. Mon péché mignon? Siroter tranquillement un bon café chaud tout en lisant un bon livre. Étendue sur le canapé, emmitouflée dans une douce couverture et avec vue sur l’extérieur, je me sens au paradis.

Quelques idées pour s’entourer de confort :

  • Porter des bas de laine;
  • Se couvrir d’une couverture;
  • Boire une boisson chaude;
  • Allumer un feu de foyer (ou même en mettre un à la télévision si tu n’en a pas);
  • Allumer des bougies;
  • Prendre un long bain chaud.
Photo de Anastasia Shuraeva sur Pexels.com

7– S’offrir de petits plaisirs culinaires

Bien qu’on ne puisse pas recevoir pour le temps des Fêtes cette année, pourquoi ne pas te gâter en dégustant des plats ou des aliments que tu adores et que tu manges plus rarement le reste de l’année? Sushis, verre de vin (ou même champagne, pourquoi pas!), chocolat, pâtisseries… L’idée est de rendre le moment spécial en t’offrant des aliments ou des plats qui te font du bien afin d’ajouter une petite touche d’extraordinaire à ton temps des Fêtes.

Je suis moi-même une grande gourmande et le temps des Fêtes a toujours été synonyme pour moi de plats ou d’aliments plus dispendieux : couronne de crevettes, bouchées au saumon fumée, petite saucisses cocktails enroulées dans le bacon, scampis, desserts décadents… Probablement que tu avais même déjà l’habitude comme beaucoup de gens de manger davantage pendant les réceptions de Noël. Ce n’est pas tout à fait ce que je te propose : je ne t’encourage pas à manger plus, mais à manger davantage de choses qui te font plaisir, des aliments qui stimulent tes papilles gustatives, bref, de savourer davantage le moment en gâtant ton palais.

Dans la tradition du hygge, les plats chauds, les potages et les mijotés, surtout ceux cuisinés soi-même, sont d’ailleurs privilégiés. Tu peux donc t’inspirer des Danois pour manger davantage de repas chauds et réconfortants, mais aussi sur les plats sucrés dont ils raffolent également.

8– Essayer quelque chose de nouveau

As-tu remarqué que de faire quelque chose de banal de manière différente rend ce moment plus spécial?

Vicky Payeur du blogue Vivre avec moins a même proposé sur Instagram une idée que j’aime beaucoup : boire son café dehors. Elle dit que le simple fait de faire à l’extérieur une activité généralement réservée à l’intérieur rendait ce geste banal extraordinaire.

Dans le même ordre d’idée, le simple fait de manger à la lueur des bougies peut rendre ton temps des Fêtes tellement plus hygge, chaleureux et… magique. D’ailleurs, savais-tu que les Danois sont les premiers consommateurs de chandelles au monde? Ils en font brûler le jour comme le soir, même dans les écoles. La lueur d’une bougie est reconnue pour avoir un effet relaxant et chaleureux : je connais même un collègue qui mange chaque soir aux chandelles pour cette raison… même s’il n’est pas Danois.

Quelques idées de choses que tu peux essayer cette année :

  • Boire ton café ou manger à l’extérieur;
  • Faire un feu de camp à l’extérieur;
  • Faire une nouvelle activité que tu ne fais pas d’habitude (activité hivernale, jeux de société, DIY, etc.);
  • Cuisiner une nouvelle recette;
  • Déguster de nouveaux desserts, de nouvelles bouchées, de nouvelles bières, etc.
  • Passer la journée en pyjama.

Ce Noël différent est l’occasion d’essayer quelque chose de nouveau. Et qui sait, peut-être que ce sera le début d’une nouvelle tradition pour toi?

Photo de cottonbro sur Pexels.com

9–Pratiquer des loisirs slow

Opter pour des activités lentes sont idéales pour s’offrir davantage de douceur pendant le temps des Fêtes. Ces activités permettent d’étirer le temps, même de le faire oublier, ce qui contribue à réduire notre niveau de stress.

Quelques idées d’activités slow à pratiquer sans modération :

  • Lire un livre;
  • Pratiquer le yoga;
  • Coudre;
  • Tricoter;
  • Méditer;
  • Jouer à des jeux de société;
  • Écouter de la musique;
  • Jouer de la musique;
  • Marcher dans la nature;
  • Peindre;
  • Dessiner;
  • Écouter des films de Noël.
Photo de Ekaterina Bolovtsova psur Pexels

10– Arrêter de se mettre de la pression

Es-tu du genre à vouloir que tout soit parfait et à vouloir compenser à tout prix pour le temps des Fêtes différent que nous force à vivre la Covid? Et si, pour une fois, tu enlevais la pression de sur tes épaules et essayait simplement de vivre?

Tu n’as pas à chercher à tout prix mille et une activités à faire. Tu n’as même pas à combler ton temps du tout, au fond.

Tu n’as pas non plus à te casser la tête pour épater la galerie, pas cette année du moins.

Si tu veux manger du Kraft Dinner en regardant un film de Noël parce que tu n’en peu plus, que tu es épuisée émotionnellement et physiquement de l’année que tu viens de passer, je t’encourage vivement à le faire.

Pour ma part, pour rester dans le slow et le doux, j’ai décidé de ne pas me casser la tête pour le repas de Noël. Le midi, nous mangerons un bon restant de lasagne maison de la veille, et au souper, je ferai de médaillons de boeufs enroulés de bacon, des légumes, du riz et des crevettes (mes enfants et moi raffolons des crevettes). Je vais peut-être même allumer quelques bougies pour ajouter un peu de magie, peut-être aussi mettre une musique de Noël pour l’ambiance, mais sans plus. Je suis de celles qui croient en la magie des petites choses, des petits gestes tout simples. Et même en la magie de ne rien faire du tout.

Plusieurs d’entre nous avons les nerds à fleur de peaux après l’année particulière que nous avons vécue. J’ai envie de te dire de prendre soin de toi. De prendre du temps pour toi, de savourer l’instant présent dans toute sa simplicité. Tu le mérites.

Et toi, comment comptes-tu ajouter plus de douceur dans ton temps des Fêtes? En espérant que mes idées t’auront inspiré de belles célébrations en toute simplicité.

Joyeuses et douces Fêtes à toi!

Hairspray 100% naturel, économique et facile pour des cheveux en santé

Hairspray 100% naturel, économique et facile pour des cheveux en santé

Dans la vie, j’ai les cheveux fous de nature. Ils ont la fâcheuse tendance à lever facilement sur ma crinière, même sans vent, me donnant chaque fois un air un peu négligé. J’avais moins ce problème avant d’avoir des enfants, il me semble… À moins que ce ne soit parce que je me suis libérée du fer plat et que j’ai décidé d’assumer ma crinière ondulée? Peut importe, depuis que j’ai commencé ma transition vers des solutions plus saines et écologiques pour prendre soin de mon corps, j’ai cherché et essayé maintes fois de dompter ces cheveux rebelles au sommet de mon crâne. Je suis tellement fière de ma trouvaille que je devais absolument la partager avec toi, d’autant plus que ça ne prend que deux ingrédients de base que je suis à peu près certaine que tu as chez toi et que ça ne prend littéralement que cinq minutes à faire. Et en prime : il nourrit tes cheveux. Oui, oui!

Pourquoi faire son propre hairspray maison?

Ce n’est pas la première fois que je parle de faire des produits cosmétiques soi-même sur ce blogue. Mais si c’est la première fois que tu me lis, peut-être que tu te demandes pourquoi diable se donner autant de trouble quand on peut facilement s’en procurer pour pas très cher à la pharmacie du coin.

Ce que je peux te dire, c’est que les réponses possibles à cette question sont nombreuses et diffèrent d’une personne à l’autre. Je t’en parle plus en détails dans mon article Pourquoi faire ses produits cosmétiques soi-même.

Pour ma part, la raison numéro 1 est la simplicité. Parce que oui, faire ses propres produits soi-même n’a pas besoin d’être compliqué! Je suis d’ailleurs la première à détester quand il y a trop d’étapes de préparation ou trop d’ingrédients bizarres ou difficiles à trouver. Et la recette de hairspray que je te propose ici correspond justement à mon besoin de trouver une solution simple, rapide et efficace, en plus d’être très économique.

Mais au-delà de la simplicité, j’ai toujours détesté l’odeur forte et poignante du hairspray. Je n’en avais même jamais chez moi pour cette raison. Et c’est sans parler que les hairspray du commerce peuvent contenir des ingrédients potentiellement toxiques pour nous et l’environnement. Et à en juger par l’odeur, je n’en suis pas du tout surprise. Selon la Fondation David Suzuki, pas moins de 10 500 agents chimiques seraient utilisés dans nos produits de soins corporels. S’ils ne sont pas tous toxiques, plusieurs d’entre eux sont toutefois associés à un risque accru de cancer. Alors qu’avec deux ingrédients que tu as déjà chez toi, tu peux faire un hairspray qui ne contient aucun produit chimique toxique ET qui nourrit tes cheveux par la même occasion.

Dans ce contexte, je trouve que faire ma recette de hairspray, qui ne demande au maximum que 5 minutes de mon temps, est une solution gagnante sur toute la ligne.

Photo de Elina Sazonova sur Pexels.com

Comment faire son propre hairspray soi-même?

Voici donc mon secret : de l’eau et du sucre. C’est tout! Ça semble incroyable dit comme ça, mais ça fonctionne vraiment. Le sucre va fixer tes cheveux, les nourrir et les rendre brillants. Et pour le faire disparaître, tu n’as qu’à te brosser les cheveux. J’en mets même parfois juste avant de me laver les cheveux depuis que j’ai essayé la méthode No poo.

J’ai trouvé cette recette sur le blogue de Simple Life Mom, qui donne d’ailleurs d’autres recettes intéressantes de hairsprays naturels, si tu es curieuse. Pour ma part, j’aime tellement celle-ci que je n’ai pas encore eu envie d’essayer les autres.

Il est possible que tu aies à ajuster la quantité de sucre dans ta recette selon l’effet que tu recherches et ton type de cheveux. En effet, si tu veux plus d’impact, tu peux vouloir ajouter un peu de sucre à ton eau. Pour l’instant, je suis satisfaite de ce ratio, et pourtant, mes cheveux fins sont assez rebelles.

Hairspray 100% naturel économique et facile

Ingrédients

– 1 tasse d’eau;
– 2 c. à table de sucre;
– 2 gouttes d’huiles essentielles au choix (optionnel).
[/recipe-ingredients]

Instructions

  1. Fais chauffer l’eau dans une bouilloire ou un chaudron.
  2. Ajouter le sucre, mélange, puis laisse refroidir.
  3. Ajoute de l’huile essentielle (optionnel).
  4. Verse la préparation dans une bouteille à vaporisateur. Bien agiter avant chaque utilisation.
  5. Discard after 1-2 months. .

Plus tu mets de sucre, plus le hairspray va être fort et tenir tes cheveux.

Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

Méthode de conservation

Sur son blogue, Simple Life Mom recommande de jeter le surplus de hairspray après un mois ou deux. Personnellement, à l’odeur, à la texture et à la couleur, le mien me semble encore bon après un mois. Je pense donc continuer de l’utiliser. Par contre, j’avais trop d’eau sucrée pour mettre toute la recette dans ma bouteille à vaporisateur, si bien que la prochaine fois, je vais congeler le surplus pour en avoir de déjà prêt pour une future utilisation. Je fais ça avec l’eau saline pour le nez de mes enfants que je fais moi-même et j’adore cette technique qui me permet à la fois d’éviter le gaspillage et de sauver du temps.

Si jamais tu testes la recette, j’apprécierais beaucoup que tu reviennes m’écrire ce que tu en penses. Et si tu as une autre recette de hairspray 100% naturel, n’hésite surtout pas à me la partager en commentaire. C’est toujours plaisant d’échanger sur nos bons coups et nos moins bons coups dans le domaine des produits cosmétiques DIY.

5 façons de profiter pleinement de la saison des citrouilles afin de mettre plus de joie dans son automne

5 façons de profiter pleinement de la saison des citrouilles afin de mettre plus de joie dans son automne

Ah, les citrouilles! Symbole par excellence de l’automne et signe qu’il est bel et bien installé, il me semble qu’elles ont un je-ne-sais-quoi de magique. Peut-être parce que ce légume est justement associé à la magie, que ce soit celle de l’Halloween, où les morts et autres personnages fantastiques envahissent notre monde, ou celui des contes de fée, où elle a servi de carrosse à Cendrillon pour permettre à la belle d’aller au bal rencontrer son prince charmant? Quoi qu’il en soit, la plus célèbre des courges peut apporter de la joie dans ton automne de plusieurs façons. Je te propose ici cinq idées afin de mettre davantage en vedette la citrouille dans ton quotidien, que ce soit en la cuisinant, en la décorant ou en l’intégrant dans ton décor. Bien entendu, je te propose des solutions zéro gaspi et zéro déchet pour en profiter au maximum!

Comme je te le mentionnais dans mon dernier article 5 façons de se faire plaisir en temps de confinement afin de booster son moral et de se sentir revivre, je crois qu’il est particulièrement important cette année de s’accorder des moments de joie. Il m’apparaît essentiel dans le contexte actuel particulièrement anxiogène de contrebalancer avec des éléments positifs, qui nous font oublier nos problèmes ou nos incertitudes et nous ramènent dans l’instant présent. Étant moi-même un peu control freak et perfectionniste par moments, je sais qu’il peut être difficile de lâcher prise. Il y a par contre une chose (même plusieurs) que tu peux faire pour reprendre le contrôle sur certains aspects de ta vie. Le fait de t’émerveiller, de créer des souvenirs et de perpétuer des traditions peut en faire partie. Peut-être que ce sera différent cette année, mais différent ne veut pas toujours dire que ce sera moins bien… juste différent.

Photo de Tim Mossholder sur Pexels.com

1— Tout d’abord, prendre le temps de la choisir

La première étape pour profiter d’une citrouille est, bien entendu, d’en choisir une. Mais au-delà de ce qui peut paraître à première vue une évidence, je te propose de prendre le temps de vraiment choisir ta citrouille. Je pense qu’on y prend plus de plaisir quand on se plonge réellement et entièrement dans une action, peut importe ce qu’elle est, comme si il ne s’agissait pas d’un acte banal et sans conséquence, mais bien d’un choix important. Un peu comme si tu choisissais un animal de compagnie. Tu ne prendrais pas le premier chien ou chat du bord, non? Il y a une phase où chacun s’apprivoise mutuellement… Eh bien, j’aime voir la sélection d’une citrouille de la même manière. Je te propose donc de prendre le temps de bien analyser les citrouilles une à une, de les regarder sous toutes leurs coutures pour t’assurer de faire le bon choix. Tu sais, le genre de choix que tu sens dans tes tripes qu’il s’agit du bon, celui qui te procure tant de joie après coup.

Encore mieux : si tu peux aller la chercher dans un champs, directement chez le producteur, tu tireras encore davantage de joie à choisir ta citrouille. Tu profiteras ainsi doublement du moment en pouvant admirer le magnifique panorama automnal.

Photo de Thirdman sur Pexels.com

2— Décorer ou sculpter ta citrouille

Même si je doutais qu’il y ait une Halloween normale par chez moi en raison de la pandémie (c’est maintenant confirmé : l’Halloween aura bel et bien lieu! Youppi!), je trouvais toutefois important de conserver certaines traditions qui me sont chères, comme celles de décorer pour cette fête des morts (et de bonbons), mais surtout, celle de sculpter une citrouille. Chaque année, mon garçon choisit un design (cette année, c’est Batman qui a remporté la palme) et je taille la citrouille.

Cette tâche que je croyais difficile au départ n’est pourtant pas aussi compliquée que je me l’imaginais. Même, j’ai remarqué qu’il y avait quelque chose de très relaxant à tailler une citrouille. On doit se concentrer pour bien s’exécuter, et se faisant, on oublie nos problèmes quotidiens. En y réfléchissant bien, je dirais même qu’il s’agit d’une forme d’art thérapie, en quelques sorte.

Tu souhaites t’y mettre, toi aussi? Deux options s’offrent à toi : sculpter ta citrouille ou simplement décorer l’extérieur.

L’avantage de la deuxième option, c’est qu’elle te permet de conserver ta citrouille plus longtemps et même de pouvoir la cuisiner entièrement une fois l’Halloween terminée Par contre, j’aime beaucoup l’effet d’une citrouille taillée avec une chandelle à l’intérieur. Ça fait ressortir le design et c’est simplement MAGIQUE!

Il existe de très nombreux modèles de pochoirs pour citrouille à télécharger puis à imprimer que tu peux trouver sur Pinterest, Etsy ou même Google. Pour ma citrouille de cette année, j’ai simplement fait une recherche sur Google pour montrer des images de citrouilles décorées à mon garçon. Après avoir écarté le logo de Jurassic Parc puis le visage de Spiderman, il a finalement choisi le logo de Batman. J’ai donc simplement cherché la plus grande résolution d’image pour ce logo, l’ai ensuite collé et agrandi dans un document Word, puis l’ai imprimé, et voilà!

Mon conseil : quand tu utilises un pochoir, colle-le à l’aide de papier collant sur ta citrouille, puis découpe directement l’image à même le papier avec un couteau. Pas besoin de tailler très profondément : le but est de faire des marques de coupe pour que tu puisses ensuite découper les différents morceaux de ta citrouille pour réaliser ton design.

Comment décorer une citrouille d’Halloween

Matériel

– 1 couteau;
– 1 pochoir pour le design de ta citrouille imprimée sur une feuille;
– 1 cuillère (idéalement avec un rebord dentelé) pour vider ta citrouille;
– 2 bols;
– 1 rouleau de papier collant;
– 1 marqueur permanent.
[/recipe-ingredients]

Instructions

  1. Avec le couteau, découpe le dessus de ta citrouille en angle, la pointe du couteau légèrement penchée vers la queue, afin de faire un trou pour la vider. Le but de découper en angle est de pouvoir remettre le dessus de ta citrouille une fois que tu auras terminé et que celui-ci tienne en place.
  2. Avec la cuillère, vide ta citrouille afin d’enlever tous les filaments et toutes les graines. Trie les graines et les filaments dans deux bols différents (tu pourras ensuite les cuisiner séparément).
  3. Place la feuille de papier avec le pochoir sur ta citrouille et maintien-la en place à l’aide du papier collant.
  4. Avec le couteau, découpe légèrement les différentes parties du pochoir. Tu n’as pas besoin d’enfoncer ton couteau au complet dans la chair de la citrouille à ce stade-ci.
  5. Une fois que tu as fait tes marques de coupe, enlève ton pochoir et repasse avec ton couteau afin de bien découper les différentes parties du design dans la chair de ta citrouille. Cette fois, enfonce profondément ton couteau afin de bien transpercer la chair de ta citrouille.
  6. Enlève tout doucement chacun des morceaux découpés et admire le résultat.
  7. Pour souligner encore plus le design de ta citrouille, tu peux tracer le contour des formes que tu as découpées avec un marqueur noir.

Si ton design demande de ne pas transpercer ta citrouille d’un bout à l’autre mais de garder un partie de la chair exposée, l’utilisation de ciseaux à bois te permettra d’obtenir un plus beau résultat à la toute fin après avoir découpé avec le couteau.

3— Décorer ta demeure

Les citrouilles, avec leur belle couleur orangée, ajoutent instantanément de la joie et de la chaleur à ton décor. Selon la psychologie des couleurs, le orange est en effet une couleur joyeuse et festive qui suscite l’attention, la communication et stimule la créativité. C’est une couleur qui réveille (on n’a qu’à penser au jus d’orange matinal), qui donne envie d’aller vers les autres et d’être plus ouvert.

Dans une pièce, le orange stimule le cœur, ouvre l’appétit et réduit les troubles digestifs. C’est une couleur recommandée dans la cuisine et dans la salle à manger. Utilisée dans l’entrée, cette couleur chaleureuse est accueillante et est idéale pour souhaiter la bienvenue aux visiteurs. En milieu professionnel, le orange est recommandé partout où l’on doit s’exprimer et où on doit être créatif.

Ajouter une citrouille à ton décor est donc une belle façon de non seulement donner un petit air d’automne à ton chez-toi, mais également de rehausser ton humeur et de stimuler ta créativité. Intéressant, non?

Tu trouveras plusieurs idées de décors avec des citrouilles sur Pinterest ou Instagram pour t’inspirer. Tu verras : ajouter une citrouille à son décor peut avoir beaucoup de charme, sans compter que les mini citrouilles sont particulièrement mignonnes!

Tu n’es pas fan de la couleur orange? Savais-tu qu’il existait aussi des citrouilles blanches, vertes ou même bleu-gris? C’est d’ailleurs en surfant sur les médias sociaux que je suis tombée en amour avec les citrouilles blanches! C’est si beau et ça fait si raffiné! Tu peux même peindre la queue de couleur dorée, ce qui ajoute encore plus de magie à ta citrouille.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

4— Cuisiner ta citrouille

En plus d’être jolies, les citrouilles sont délicieuses dans de nombreuses recettes. Tu peux même utiliser toutes les parties de ta citrouille : la peau, la chair, même les filaments et les graines. Une fois grillées au four, les graines font d’excellentes croustilles pour une collation santé tandis que les autres parties de la citrouille peuvent être cuites puis réduites en purée. Cette purée peut servir de base à la confection de potages, de galettes végé, de desserts ou même d’un latte épicé à la citrouille, mon breuvage de prédilection de l’automne.

Je te propose ici deux méthodes pour faire ta purée :

  1. Une purée à partir de découpes de citrouilles;
  2. Une purée à partir de la citrouille entière.

Purée de citrouille à partir des découpes de citrouille

  • Difficulté: facile
  • Imprimer

Ingrédients

  • Chair de citrouille;
  • Un petit peu d’eau.

Instructions


1. Dépose tous les ingrédients dans un chaudron et fait cuire à feu moyen-doux pendant environ 10 minutes ou jusqu’à ce que la chair de la citrouille soit tendre.
2. Verse le tout dans un robot culinaire ou utilise un pied mélangeur pour réduire en purée lisse.
[/recipe-directions]

Tu peux même utiliser les filaments avec la chair de citrouille afin de ne rien gaspiller de ce bon légume.

Purée de citrouille à partir de la citrouille entière

  • Difficulté: facile
  • Imprimer

Ingrédients

  • Citrouille entière.

Instructions

  1. Préchauffe le four à 350°F.
  2. À l’aide d’un couteau, fait des incisions dans ta citrouille.
  3. Dépose ta citrouille sur une plaque et fait attendrir au four environ 10 minutes ou jusqu’à ce que sa chair soit tendre.
  4. À l’aide d’un couteau, coupe ta citrouille en deux et dépose les deux moitiés sur ta plaque face vers le bas. Laisse cuire 45 minutes.
  5. Réduit le tout en purée lisse dans un robot culinaire ou dans un mélangeur.

Dans les deux cas, si tu ne souhaites pas manger l’entièreté de ta purée de citrouille tout de suite et que tu veux t’en servir pour faire des latte à la citrouille pendant TOUT l’automne, par exemple, tu peux congeler le surplus dans des bacs à glaçons.

Tu manques d’inspiration pour cuisiner ta citrouille? Voici quelques idées de recette :

On oublie aussi souvent que les graines sont comestibles. Petit truc : pour les nettoyer plus facilement, tu peux les faire tremper dans l’eau. Une fois qu’elles sont bien sèches, dispose-les sur une plaque et assaisonne-les à ton goût. Tu peux faire une version salée avec du paprika fumé et de la poudre d’oignon ou bien une version sucrée avec du sucre et de la cannelle. Personnellement, j’aime beaucoup faire un mélange sucré-salé composé de paprika fumé, de cari, de poudre d’ail, de sel, de poivre et de miel ou de cassonade. Tu les laisses au four 15 minutes à 350 °F, puis tu dégustes. C’est si simple et si bon! Les graines de citrouilles seules font non seulement d’excellentes collations, mais tu peux également les ajouter à des salades pour plus de croquant.

Photo de Valeriia Miller sur Pexels.com

5— Déguster des latte à la citrouille

Le café, avec sa chaleur, est particulièrement réconfortant pendant les fraîches matinées d’automne. Mais un café qui goûte l’automne, c’est encore mieux, tu ne trouves pas? Avec ses notes épicées et son léger goût fruité, un latte à la citrouille est l’équivalent pour moi d’un bouillon de poulet pour l’âme… Surtout lors des journées grises et pluvieuses.

C’est même très facile à faire toi-même à la maison. Si tu souhaites t’y mettre, je te suggère fortement la recette de de la nutritionniste Marie-Ève Caplette. Tu vas voir : c’est simple, et ça goûte le ciel. Et en plus, ça t’évite de sortir (de rien, ça fait plaisir).

En bonus : Conserver une ou des graines pour l’an prochain

Pour ajouter encore plus de bonheur à ton automne l’an prochain, que dirais-tu de planter une citrouille chez toi, dans ton jardin? Tu aurais ainsi la double satisfaction de revivre toutes les idées ci-haut ET de l’avoir vue pousser par tes bons soins. Valorisant, non?

Pour se faire, ce n’est pas très compliqué : il te suffit de conserver quelques graines de citrouille, de les laisser sécher à l’air, puis de les entreposer jusqu’au printemps prochain où tu pourras les planter et faire des semis.

Avec ça, il ne maquerait plus que ta citrouille se transforme en carrosse pour compléter ce beau programme… Est-ce qu’il y aurait une fée marraine dans la salle, par hasard?

Et toi : quelle activité aimes-tu le plus faire avec les citrouilles? Qu’est-ce qui met de la joie dans ton automne? D’ailleurs, si jamais tu as toi aussi de bonnes recettes de citrouille, n’hésite surtout pas à me les partager en commentaire. On n’a jamais trop de bonnes recettes!

Pour des règles plus saines, plus confortables et écoresponsables

Pour des règles plus saines, plus confortables et écoresponsables

Les filles, il faut que l’on se parle de quelque chose que l’on déteste toutes : les règles! Cette fameuse période apporte son lot de désagréments pour notre corps : sensibilité accrue, maux de tête, maux de ventre, ballonnements… sans parler des menstruations en tant que tel. Le hic, c’est que les solutions pour mieux vivre cette période désagréable sont bien souvent désastreuses pour notre planète. Tu n’as qu’à jeter un coup d’oeil à ta poubelle pour t’en convaincre : tous ces déchets qui s’accumulent! Heureusement, il existe de plus en plus d’alternatives plus écologiques qui sont faciles à mettre en pratique dans ton quotidien… Pour ton bien-être et celui de la planète.

Ça fait quelques mois maintenant que j’ai fait la transition vers des produits 100% réutilisables pour mes règles. Si je dois t’avouer que j’étais sceptique au départ, je te jure que je ne retournerais plus jamais en arrière.

Je vais te parler ici de deux produits que j’ai testés et d’un autre que j’aimerais beaucoup essayer dans un avenir rapproché :

  • La coupe menstruelle;
  • Les serviettes hygiéniques lavables;
  • Les culottes menstruelles.

Pourquoi éviter les protections hygiéniques jetables

Mine de rien, une femme utilisera en moyenne 12 500 protections hygiéniques au cours de sa vie. Or, les 12 milliards de serviettes hygiéniques et 7 millions de tampons jetés chaque année dans le monde mettront entre 450 et 800 ans à se décomposer complètement. C’est énorme!

De plus, plusieurs matières faisant polémique entrent dans leur composition. En effet, les fabricants utilisent généralement un mélange de rayonne, de coton, de pétrole et d’eau. Ces matières demandent soit beaucoup de transformation (la rayonne), de traitements ou de produits chimiques (le coton est la culture la plus polluante au monde) pour les obtenir.

Mais l’impact environnemental n’est pas la seule raison pour prendre le virage vers des produits d’hygiène féminine lavables. La plupart des protections jetables disponibles contiendraient des traces de substances toxiques dont de la dioxine (l’un des dix produits chimiques les plus dangereux au monde, selon l’OMS) ou encore des phtalates (perturbateurs endocriniens) présents dans le Round Up, une engrais chimique. Certains additifs douteux, comme des parfums, sont aussi parfois utilisés par certaines marques. Si les concentrations seraient jugées extrêmement faibles, il n’en demeure pas moins qu’au final, nous, humbles consommatrices, ne savons pas très bien ce que l’on met dans nos culottes 12 semaines par années… Et si les quantités de produits potentiellement toxiques sont marginales pour un seul tampon ou une seule serviette, qu’en est-il d’une utilisation prolongée dans le temps? La question se pose… D’autant plus que le vagin est considéré comme très perméable à certaines molécules, comme les dioxines.

Et au final, on paie aussi pour tous ces produits. Ces dépenses récurrentes ne sont pas banales : elles peuvent atteindre des centaines de dollars par année. Si la coupe menstruelle et les autres solutions coûtent sensiblement la même chose la première année, après, tu n’as pas forcément besoin d’en acheter d’autres avant quelques années, si bien qu’il s’agit au final d’un investissement sur le long terme.

Si les chiffres énumérés ci-dessus sont peu reluisants, j’aimerais toutefois préciser que les avantages des protections hygiéniques réutilisables vont au-delà de l’aspect économique et environnemental. Il faut aussi que tu le fasses pour ton propre confort. Car oui, les solutions que je te présente dans cet articles sont à mon avis bien plus confortables que les tampons et serviettes hygiéniques conventionnelles. Elles sont aussi à mon avis beaucoup plus pratiques. Au départ, on plonge souvent dans l’aventure des protections hygiéniques réutilisables en pensant faire un sacrifice pour l’environnement… pour finalement se rendre compte que c’est loin d’en être un. J’espère que mon article va te faire réaliser tous les avantages de changer des habitudes que tu prends peut-être pour acquises, toi comme moi auparavant. Mais au final, tu dois te faire ta propre opinion et décider de ce que toi tu es à l’aise de faire et choisir la solution qui contribue le plus à ton bien-être.

La coupe menstruelle

La première fois que j’ai entendu parlé de la coupe menstruelle remonte à il y a 7 ans. C’était une collègue avide de voyages qui me racontait son ascension du Kilimanjaro. Elle était partie pendant plusieurs semaines, si bien que j’ai fini par lui demander comment elle s’était débrouillée pour les règles. Parce qu’on va se le dire franchement, je ne voyais pas où il y avait des poubelles et des toilettes à flanc de montagne. C’est là qu’elle m’a donné son truc : la DivaCup.

J’étais estomaquée. La QUOI???

Non seulement j’étais surprise que ça existe, mais j’étais encore beaucoup trop attachée à ce que je croyais être une solution beaucoup plus évoluée, pratique et confortable : le tampon. En plus, on le jette après, pas besoin de le nettoyer! Ma collègue m’avait pourtant juré que c’était génial et qu’elle ne voulait même plus utiliser de tampons… C’était à ce point! Pourtant, je n’étais toujours pas convaincue.

Ce n’est qu’il y a deux ans que je suis tombée sur une boîte de DivaCup à la pharmacie en voulant acheter une nouvelle boîte de tampons. J’avais un peu plus mûri sur l’échelle du développement durable et je me sentais enfin prête à faire le saut. Je me suis dit : au pire, si je n’aime pas ça, je l’aurai essayé! Ça et le fait que je savais que quelques jours plus tard, j’avais une journée de visite en forêt et en usine dans le cadre de mon travail, et comme je ne savais pas trop où et quand j’allais pouvoir aller aux toilettes changer mon tampon, je me suis dit que la coupe menstruelle pouvait peut-être s’avérer pratique.

Parce que ouvrez grand les yeux, les filles : la coupe menstruelle a une autonomie jusqu’à…(roulement de tambour)…12 heures!

J’ai moi-même été étonnée en rédigeant cet article, car j’avais en tête qu’elle avait plutôt une autonomie de 6 heures (ce qui est déjà bon en soi, à mon avis).

Maintenant, tu vas peut-être me dire : «oui, mais moi, j’ai vraiment des règles hyper abondantes! JAMAIS je ne me rendrai jusqu’à 6 heures, encore moins 12!». Pourtant, je te le jure : moi-même c’est les chutes du Niagara tous les mois et je n’ai JAMAIS débordé avant les 6 heures. Sinon, je replaçais simplement légèrement la coupe et je voguais à nouveau à mes occupations. Que généralement, si ça coule, c’est signe que la coupe n’est pas bien positionnée. Maintenant, à savoir si je peux la conserver 12 heures d’affilé, ça reste à voir… Je vais devoir te revenir le mois prochain avec une mise à jour. Par contre, je l’ai portée quelques fois durant la nuit, et j’ai donc pu me rendre certainement jusqu’à 8 heures sans problèmes.

C’est vraiment ça l’avantage numéro 1 des coupes menstruelles : l’autonomie. Mais en plus de ça, entre chaque utilisation, tu n’as qu’à la laver avec un savon doux (idéalement sans huile ni parfum), à rincer et HOP! On repart! Ah oui, et autre avantage non négligeable : tu n’as plus jamais besoin d’acheter des tampons ou d’en traîner partout, chose pour laquelle ton portefeuille et ta sacoche te seront très reconnaissants.

Évidemment, ce n’est pas tout le monde qui a un évier à proximité de la toilette pour laver sa coupe menstruelle après chaque utilisation. Surtout dans les toilettes publiques. Je comprends totalement ton hésitation si c’est ton cas. Alors, comment on fait? Pour les toilettes publiques, il existe pourtant une solution très simple : traîner une bouteille d’eau avec toi. Tu peux ainsi imbiber du papier de toilette avec un peu d’eau et nettoyer ta coupe sans souci. Je dois aussi t’avouer que lorsque je suis vraiment mal pris, je vide simplement le contenu de ma coupe dans la toilette avant de la remettre en place, et je m’assure de la laver comme il faut la prochaine fois. Par contre, cette façon de faire ne respecte pas à la lettre les recommandations de la Diva Cup. À la maison, tu peux simplement remettre ta culotte, aller laver la coupe menstruelle dans l’évier puis la replacer. Oui, c’est un peu plus long, mais comme elle a une autonomie de plusieurs heures, tu sauves du temps ailleurs.

Il est aussi bon que tu saches que puisqu’elle est considérée comme un dispositif médical, il est en principe recommandé de changer sa DivaCup à tous les ans. Par contre, plusieurs utilisatrices vont la conserver beaucoup plus longtemps. L’idée est de bien l’entretenir et de s’assurer que sa DivaCup est encore en bon état avant de l’utiliser (surveiller s’il n’y a pas de film collant ou en poudre, de décoloration ou d’odeur).

Les avantages de la coupe menstruelle :

  • Tu as une autonomie jusqu’à 12 heures;
  • Elle est facile à nettoyer;
  • Tu n’a plus à acheter de tampons;
  • Elle est faite de silicone de catégorie médicale, donc sans produits potentiellement toxiques, sans plastique et sans colorant;
  • Tu fais un bon geste pour la planète.

Quelques conseils pour bien entretenir sa coupe menstruelle :

  • La laver avec le savon prévu à cet effet (par ex. : Divawash) ou un savon doux sans huile ni parfum;
  • Ne pas nettoyer avec les ingrédients suivants au risque de provoquer des irritations et d’altérer prématurément la coupe :
    • vinaigre;
    • savon parfumé;
    • savon à base d’huile;
    • alcool;
    • savon antibactérien;
    • bicarbonate de soude;
    • peroxyde d’hydrogène;
    • eau de javel;
    • savon à vaisselle.
  • Bien nettoyer le rebord et les trous en haut de la coupe, car mine de rien, ils créent de l’étanchéité pour éviter les fuites et aident à maintenir la coupe en place;
  • Ne pas utiliser de lubrifiants;
  • La ranger dans sa pochette de cotton;
  • Placer la pochette dans un endroit sec et aéré de préférence;
  • Surveiller les signes de détérioration : film collant ou en poudre, décoloration ou odeur.

Quelques marques de coupes menstruelles

Bon à savoir…

  • Même si la coupe menstruelle est faite de silicone de catégorie médicale, il est tout de même possible de développer un syndrôme de choc toxique tout comme c’est le cas avec les tampons. Ce risque serait toutefois plus faible.
  • Il existe différentes grandeurs de DivaCup selon ton âge, ton flux et si tu as déjà enfanté ou non. N’oublie donc pas de vérifier sur la boîte avant d’acheter

Les serviettes hygiéniques lavables

Après avoir utilisé des protèges-dessous lavables pendant deux ans et après avoir essayé les couches lavables avec ma fille, j’ai finalement décidé de faire le grand saut cet été et de faire l’essai des serviettes hygiéniques lavables. Oui : j’ai décidé de laver des serviettes pleines de sang. Dit comme ça, je te l’accorde, ça peut paraître assez dégoûtant. J’étais moi-même réticente au début. Pourtant, comme j’avais déjà une routine bien établie pour les couches lavables de ma fille et que ça fonctionnait très bien, je me suis dit : «pourquoi pas?».

Honnêtement, les serviettes hygiéniques me servent surtout dans deux cas :

  • Au cas où du sang déborderait de ma coupe menstruelle (ce qui n’est jamais arrivé jusqu’à maintenant);
  • Quand mes règles diminuent et qu’elles ne sont pas assez abondantes pour justifier l’utilisation de la coupe menstruelle.

Donc, au final, elles ne deviennent pas toujours dégoulinantes de sang. D’ailleurs, les serviettes hygiéniques lavables ont une excellente capacité absorbante tout en étant minces. Elles sont aussi faites d’un tissus très doux qui ne te fera aucunement regretter les serviettes hygiéniques conventionnelles.

Les avantages des serviettes hygiéniques lavables

  • Elles sont plus douces;
  • Elles sont plus écologiques;
  • Elles sont plus faciles d’entretien que ce que l’on croit.

Entretien

À chaque changement de serviette, je mets celle qui est souillée dans un petit sac imperméable (ou wet bag, comme on dit souvent dans le jargon des couches lavables). Il se peut que tu en reçoives un avec ta commande de serviettes hygiéniques lavables, mais pour ma part, je les trouvais trop petit. Je les garde donc dans ma sacoche pour mes déplacements. À la maison, je privilégie un wet bag de format moyen avec deux compartiments à zip dans lequel je mets également mes lingettes démaquillantes et mes protèges-dessous lavables.

Une fois le sac plein (souvent après quelques jours ou une semaine maximum), je mets simplement le sac au lavage en prenant soin de dézipper les compartiments. Je lave ensuite mes serviettes hygiéniques lavables exactement comme mes couches lavables, c’est-à-dire, en plusieurs cycles.

Comment je lave mes serviettes hygiéniques :

  1. Cycle de pré-lavage court sans savon;
  2. Cycle régulier à l’eau chaude avec beaucoup d’eau (dans lequel j’ajoute aussi d’autres vêtements ou serviettes… oui, oui!) et du savon (j’ajoute parfois un peu de désinfectant Bionature ou de percarbonate de sodium);
  3. Cycle de rinçage court avec essorration pour m’assurer qu’il ne reste plus de savon.

Tu n’es pas obligée de suivre à la lettre ce procédé. Je voulais simplement te donner une idée de ma routine afin de m’assurer que mes serviettes hygiéniques étaient bien propres et qu’elles restaient absorbantes. Je voulais aussi que tu réalises qu’après le premier cycle de lavage (l’étape 1 ci-dessus), il n’y a aucun danger à laver d’autres vêtements ou serviettes avec tes serviettes hygiéniques souillées, parce que le plus gros du sang a déjà été enlevé.

Et pourquoi faire un troisième cycle de rinçage? En me basant sur mon expérience avec les couches lavables (qui fonctionnent un peu selon le même principe à mon avis), un excès de savon dans le tissus bouche les fibres à la longue, ce qui diminue leur capacité absorbante. Aussi, même si j’utilise le détergent Bio Vert, je me suis rendue compte que mes enfants faisaient une réaction quand je ne m’assurais pas de bien rincer les vêtements. J’ai donc pris cette habitude pour tout ce que je lave. Mais c’est peut-être aussi dû au fait que j’ai une laveuse frontale, qui utilise moins d’eau qu’une laveuse conventionnelle.

Malgré tout ce lavage supplémentaire, au final, tu consommes moins d’eau que si tu as recours aux serviettes hygiéniques traditionnelles, qui demandent des quantités astronomiques d’eau pour leur production.

Quelques marques de serviettes hygiéniques lavables :

Les culottes de menstruations

Un peu comme les serviettes hygiéniques lavables, les culottes de menstruations sont réutilisables. Bien que je ne les ai pas encore essayées, elles présentent toutefois l’avantage d’être tout en un : elles restent donc bien en place et elles épousent aussi parfaitement la forme de ton corps. Tu n’as pas non plus à avoir peur de les tâcher, puisqu’elles sont faites pour ça.

Alors, pourquoi ne les ai-je pas encore essayées? Tout simplement parce qu’elles étaient plus dispendieuses que les serviettes hygiéniques lavables et que je voulais commencer petit, question de voir si j’aimais le principe de laver ce genre de chose. Mais aussi, parce que nous n’avons pas toutes les mêmes goûts en termes de culottes : taille haute/basse, couvrantes ou moins couvrantes… Bref, c’est plus difficile, je trouve, de choisir des culottes confortables en ligne (je n’en ai pas encore vues en boutique par chez moi).

Quelques marques de culottes de menstruations

Et toi, as-tu aussi fait l’essai des produits ci-haut? Comment as-tu trouvé ton expérience? Es-tu aussi satisfaite que moi ou, au contraire, tu n’as pas aimé? Si tu n’oses pas encore te lancer mais que tu aimerais en savoir plus, n’hésite surtout pas à m’écrire tes questions en commentaire : ça va me faire plaisir de te répondre!

Eau automnale aromatisée aux pommes zéro déchet

Eau automnale aromatisée aux pommes zéro déchet

La saison des pommes bat son plein! C’est si plaisant de prendre la route vers la campagne, de cueillir ce fruit à mêmes les arbres tout en profitant de l’air frais de l’automne. Mais si une fois à la maison on peut cuisiner ce délicieux fruit de plusieurs façons, on manque parfois d’idées pour son trognon, que l’on a souvent tendance à jeter ou à mettre au compost. J’ai une suggestion pour toi : et si tu faisais une eau infusée à la pomme? C’est une belle façon de boire plus d’eau tout en donnant une seconde vie à tes trognons de pommes.

Je te propose deux options que j’ai testées pour toi :

  • Faire une eau froide ou tiède avec un subtil goût de pomme;
  • Faire une boisson chaude de type tisane pomme & cannelle…Idéale pour se réchauffer avec les températures fraîches qui s’installent!

Pour réaliser ton eau aromatisée aux pommes, tu peux utiliser autant le cœur des pommes que la pelure. L’idée, c’est de prendre ce que tu ne manges pas ou ce que tu n’utilises pas de ta pomme (pour une recette, par exemple) et, au lieu de le jeter, de t’en servir pour te concocter de délicieuses eaux aromatisées au goût d’automne.

Eau froide aromatisée à la pomme

  • Portions: 1-2
  • Difficulté: Très facile
  • Imprimer

Ingrédients

  • Trognon(s) de pomme(s);
  • De l’eau;
  • Un contenant (par ex. : un pichet) dans lequel tu vas conserver ton eau.

Instructions

  1. Dépose le(s) trognon(s) de pomme(s) dans le contenant.
  2. Remplis le contenant d’eau.
  3. Laisse infuser quelques minutes ou quelques heures. Plus tu laisses infuser longtemps, plus ton eau sera goûteuse.

Tisane pomme & cannelle

  • Portions: 1-2
  • Difficulté: Très facile
  • Imprimer

Ingrédients

  • Trognon(s) de pomme(s);
  • Une tasse d’eau chaude;
  • 1/2 cuillière à thé de cannelle moulue (ou mieux encore : un bâton).

Instructions

  1. Remplis ta tasse d’eau bouillie ou très chaude.
  2. Ajoute un trognon de pomme et la cannelle.
  3. Laisse infuser quelques minutes puis déguste.

Et toi : as-tu d’autres trucs ou recettes pour utiliser tes trognons de pommes (cœur et pelures)?

Pâte à modeler antistress aux fleurs

Pâte à modeler antistress aux fleurs

Quand mon garçon a eu deux ans, ses grands-parents lui ont offert des pots de pâte à modeler. En voulant lui montrer comment l’utiliser, je me suis rendue compte de l’effet à la fois relaxant et stimulant de manipuler cette matière. Ça fait réellement du bien de pouvoir changer constamment la forme de la pâte en l’écrasant, la roulant, la tournant ou en la découpant dans ses mains. Et plus tard, quand je suis tombée sur une recette de pâte à modeler aux pissenlits de L’Onde Féérique, j’ai été inspirée à jumeler le plaisir de la pâte à modeler à l’agréable parfum des fleurs pour le plaisir des sens et favoriser un sentiment de calme. Je te propose ici deux recettes de pâte à modeler aux fleurs fraîches ou séchées pour satisfaire les sens tant des petits que des grands.

5 raisons d’essayer une pâte antistress

  1. Elle évite de se ronger les ongles (ou toute autre manie) en occupant les mains;
  2. Elle développe la créativité en permettant de donner libre cours à son imagination;
  3. Elle ramène en enfance, ce qui génère généralement une bouffée d’émotions positives;
  4. Elle déstresse : à force de la triturer, de la malaxer, de la tordre, de l’étirer, de la couper en plusieurs morceaux, le stress s’évapore. C’est magique !
  5. Elle chasse la colère et les pensées négatives : pour la colère, je te conseille de la manipuler avec ta main non dominante.
Photo par Julietta Watson sur Unsplash

La pâte à modeler : la base

Pour faire de la pâte à modeler, ça te prend cinq ingrédients de base : de la farine, de l’eau, du sel, un élément acide (bicarbonate de soude ou crème de tarte) et de l’huile. Chacun des ingrédients a un impact sur la qualité de la texture de ta pâte.

Les cinq ingrédients de base pour une pâte à modeler réussie :

  1. La farine au contact de l’eau forme une masse élastique et extensible;
  2. Le sel agit comme un agent de conservation et ajoute également de la texture et du corps à la pâte;
  3. L‘huile sert de lubrifiant et aide à garder la pâte humide et non collante;
  4. L’élément acide permet de donner du corps à la pâte afin de permettre à tes œuvres de garder leur forme.
Photo par Valeria Boltneva sur Pexels

Quelles fleurs utiliser?

Tu peux utiliser à peu près n’importe quelle fleur de ton jardin : roses, pivoines, lilas, lys… même des pissenlits! Tu peux te baser sur les propriétés des différentes fleurs pour t’aider dans ton choix. Par exemple, pour un effet doublement relaxant, la lavande serait un excellent choix. Pour ma part, j’ai testé les pissenlits (fleurs entières fraîches) et les pétales de pivoine séchées.

Les principales propriétés de certaines fleurs

L’avantage des pissenlits, c’est qu’étant une mauvaise herbe, on a tendance à s’en débarrasser de toute façon. Les utiliser dans la confection d’une pâte à modeler permet de leur donner une valeur ajoutée et une deuxième vie intéressante, de quoi changer notre perception plutôt négative de cette plante. D’ailleurs, je ne sais pas pour toi, mais je la trouve quand même jolie.

Recettes de pâtes à modeler aux fleurs

Pâte à modeler aux fleurs fraîches façon L'Onde Féérique

Ingrédients

  • 1 grosse poignée de fleurs fraîches de ton choix
  • 1 verre d’eau bouillante
  • 2 cuillères à soupe d’huile végétale
  • 1/3 verre de sel
  • 1 sachet de levure chimique
  • 2 verres de farine ou plus

Instructions

  1. Mets les fleurs dans l’eau bouillante jusqu’à ramollissement;
  2. Passe le tout au mixeur (optionnel);
  3. Dans un bol, mélange la préparation de fleurs avec l’huile, le sel et la levure;
  4. Ajoute la farine et adapte la quantité jusqu’à ce que la pâte ne colle plus.


Cette recette fait ÉNORMÉMENT de pâte à modeler. Je te suggère de diminuer les quantités si tu veux simplement te faire une boule de pâte antistress.

La pâte se conserve plusieurs semaines à température ambiante dans un plat hermétique, mais elle peut durer plus longtemps si on la met au frigo. Chez nous, elle a durcit au bout d’environ un mois et je la conservais dans un petit plat hermétique dans un placard.


Pâte à modeler aux fleurs séchées

Ingrédients

  • 128 ml de fleurs séchées de ton choix
  • 5 cuillères à thé de bicarbonate de soude
  • 1/2 cuillère à thé d’huile végétale
  • 1 cuillère à thé de sel
  • 2 cuillères à thé d’eau de fleur (ou simplement d’eau si tu n’en a pas)
  • Quelques gouttes de vodka (facultatif)
  • 10 cuillères à thé de farine ou plus

Instructions

  1. Défaits les fleurs en miettes en les frottant dans tes mains (optionnel);
  2. Dans un bol, mélange les fleurs avec l’huile, l’eau de fleur, le bicarbonate de soude et la vodka;
  3. Ajoute la farine et adapte la quantité jusqu’à ce que la pâte ne colle plus.


Les quantités que je te donne ici sont parfaites pour former une boule de grosseur moyenne.

J’ai écrit d’ajouter quelques gouttes de vodka à la pâte parce que j’ai remarqué que ça accentuait la senteur des fleurs. Tu n’es toutefois pas obligée d’en ajouter.

Pour ce qui est de la conservation, tu peux la garder quelques jours soit dans un petit plat hermétique à température ambiante, soit au frigo.


Quelques variantes

Évidemment, je te propose ici des recettes de pâte à modeler aux fleurs, mais tu peux très bien partir de ces recettes pour confectionner une pâte à modeler à ton image. En ajoutant ou en changeant certains ingrédients, tu peux personnaliser ta pâte pour qu’elle corresponde à tes goûts. Parce que tous les goûts sont dans la nature, comme on dit!

Quelques idées d’ingrédients à utiliser dans une pâte à modeler :

  • Huiles essentielles;
  • Colorant alimentaire;
  • Paillettes;
  • Aliments secs (hariots, riz, etc.);
  • Épices et fines herbes;
  • Zeste d’agrumes.

Et toi, aimes-tu manipuler de la pâte à modeler? Est-ce que ça te rappelle de bons souvenirs? Quels ingrédients utiliserais-tu dans ta pâte à modeler idéale?

Boisson chaude au miel et citron pour soulager le rhume

Boisson chaude au miel et citron pour soulager le rhume

Ma famille est enrhumée par les temps qui courent. Malheureusement, à part laisser nos anticorps faire leur œuvre, il n’existe pas de véritable remède miracle contre le rhume. Pour aider à apaiser ma gorge irritée, le miel est mon allié numéro un. J’en prends régulièrement une ou deux cuillerées pour me soulager, mais parfois, j’aime bien aussi le mélanger avec du citron pour me faire une délicieuse boisson chaude qui me fait le plus grand bien.

Le miel : un antitussif naturel

Étonnamment, le miel serait tout aussi efficace pour soulager la toux que les sirops conventionnels que l’on retrouve en pharmacie. C’est d’autant plus pratique qu’on en a souvent dans son garde-manger. Et on va se l’avouer : ça goûte bien meilleur!

Le miel est d’ailleurs reconnu depuis l’Antiquité pour ses propriétés thérapeutiques. En plus d’être antitussif, il aide à hydrater et à adoucir la gorge tandis que ses propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires vont aider à diminuer les symptômes du rhume et éviter qu’il ne s’aggrave en sinusite.

ATTENTION! Il ne faut surtout pas donner du miel aux enfants de moins de 1 an à cause des risque de botulisme infantile, une maladie grave causée par une toxine produite par un certain type de bactérie pouvant être présente dans miel.
Photo par Polina Tankilevitch sur Pexels

Le citron : pour des anticorps plus forts

Ah, les agrumes… Riches en vitamine C, elles contribuent à fortifier notre système immunitaire afin d’être moins malade et même guérir un peu plus vite des petits virus qui nous affligent. Le citron, ultrapolyvalent et antibactérien, est donc un allié antirhume généralement déjà présent dans de nombreuses cuisines.

Il faut toutefois éviter d’en consommer trop lorsqu’on a la gorge irritée par le rhume : en effet, le citron étant acide, il peut faire plus de mal que de bien dans ce domaine.

Les bienfaits de l’eau chaude sur le rhume

Quand on a un rhume, il est important de boire beaucoup d’eau. Ceci permet de fluidifier le mucus, donc d’aider à dégager les sinus et les voies respiratoires. En plus de décongestionner le nez, boire de l’eau chaude comporte l’avantage supplémentaire de soulager le mal de gorge.

Par contre, si l’eau chaude est bénéfique pour les gorges enrhumées, il en est tout autrement du café ou du thé. La caféine contenue dans ces deux breuvages contribue à augmenter la production d’acides, si bien qu’ils ont tendance à irriter la gorge. C’est pourquoi, en cas de rhume, je troque généralement mon café du matin par une bonne boisson chaude au miel et citron.

Photo par Andrea Piacquadio sur Pexels

Eau chaude au miel et citron pour soulager le rhume

  • Portions: 1
  • Difficulté: facile
  • Imprimer

Ingrédients

  • 1 tasse d’eau chaude;
  • le jus de 1/4 citron;
  • 1 à 2 cuil. à soupe de miel.

Instructions


Mélange tous les ingrédients avec une cuillère puis savoure.

En plus d’aider à soulager les symptômes du rhume, cette boisson chaude est délicieuse. L’association de l’acidité du citron et du sucre contenu dans le miel en font un véritable plaisir pour les papilles. Une bonne façon de jumeler l’utile à l’agréable!

Et toi : as-tu d’autres remèdes maisons et naturels contre le rhume? Lequel préfères-tu?

Le lyocell tencel et le lin : tes nouvelles matières préférées cet été

Le lyocell tencel et le lin : tes nouvelles matières préférées cet été

Dernièrement, je me suis permis de me gâter : j’ai acheté (entre autres choses) une magnifique paire de pantalons en tencel. Ils sont si doux et tellement confortables! Légers et fluides, ils suivent mes moindres mouvements comme un partenaire de danse, autant quand je joue avec mes enfants que quand j’enchaîne les tâches ménagères. Et le plus beau (à part la beauté et le confort du tissus), c’est que le tencel (ou lyocell) est, comme le lin, issu d’une fibre renouvelable et d’un processus de fabrication respectueux de l’environnement. Comme quoi il est possible d’être fashionista ET écolo.

L’importance de mieux choisir ses tissus

Savais-tu que la mode est l’une des industries les plus polluantes au monde? Que ce soit par ses procédés de fabrication pas toujours respectueux de notre planète ou encore par l’incitation à la surconsommation de produits de toutes sortes, la mode n’a malheureusement pas fière allure quand on l’observe sous la loupe du développement durable. Et c’est sans compter que l’on achète aujourd’hui 5 fois plus de vêtements qu’il y a 20 ans et qu’on en jetterait 95 000 tonnes chaque année.

Si tu veux en savoir plus sur l’impact de la mode sur l’environnement, je t’en parle justement plus en détails dans mon article 10 façons de s’habiller de manière plus responsable et plus saine pour soi et la planète. Je te donne aussi 10 conseils pour conjuguer ton amour de la mode tout en réduisant ton empreinte environnementale.

Parmi ces astuces, il y celui de mieux choisir les tissus qui entrent dans la composition de nos vêtements. Heureusement, il existe aujourd’hui de plus en plus de tissus plus écologiques qui sont issus soit de matières recyclées, soit de fibres renouvelables, et dont le processus de transformation s’avère moins toxique. C’est notamment le cas du lyocell tencel et du lin qui deviendront assurément tes nouvelles matières préférées…si ce n’est pas déjà le cas!

Fibres naturelles VS fibres artificielles

Pour se démêler dans la jungle des textiles, ils est d’abord important de savoir existe trois grandes familles de tissus :

  • les fibres naturelles, qui existent à l’état naturel et qui proviennent soit des plantes, soit des animaux. C’est le cas du lin, de la laine, du coton, du cuir, de la soie, du bambou et du chanvre;
  • les fibres chimiques synthétiques, qui sont le fruit d’un processus de fabrication chimique et qui ont été créées dans le but d’imiter une fibre naturelle tout en étant plus résistantes. Souvent, elles sont issues du pétrole, une ressource non renouvelable. C’est le cas du polyester, de l’acrylique, du polyamide (ou nylon), de l’élasthanne (aussi connu sous les noms de lycra ou spandex) et du faux cuir.
  • les fibres chimiques artificielles, qui proviennent de matières premières naturelles d’origine végétale ou animale. Les plus communes sont appelées «fibres cellulosiques» parce qu’elles proviennent de la pâte de bois, qui est principalement constitué de cellulose. C’est le cas de l’acétate, de la rayonne, de la viscose, du modal et du lyocell tencel.

ATTENTION : il serait faux de croire que toutes les fibres naturelles sont écologiques. Prenons le coton, par exemple. En effet, si le coton est issu d’une plante, la culture conventionnelle de ce dernier est toutefois la plus polluante au monde. Elle utilise 25 % de tous les insecticides utilisés sur la planète alors qu’elle représente moins de 3 % de la surface agricole mondiale. La production de vêtements de coton nécessite également énormément de produits chimiques et utilise tellement d’eau qu’elle contribue à appauvrir les sols.

De la même façon, il serait aussi totalement faux de croire que toutes les fibres chimiques sont mauvaises pour l’environnement. En effet, certaines fibres chimiques artificielles, comme le lyocell tencel, sont issues d’une ressource naturelle renouvelable ET sont fabriquées selon un processus respectueux de la planète.

Le lin et le lyocell tencel sous la loupe

Puisque c’est l’été, je t’invite ici à en apprendre davantage sur deux tissus estivaux plus écoresponsables : le lin et le lyocell tencel. Tu verras : ces textiles sont partout cet été. Donc, si tu as à acheter des vêtements et qu’ils sont faits de ces deux matières, tu pourras te féliciter d’avoir fait un choix plus respectueux de la planète.

Photo par Content Pixie sur Unsplash

Le lin : le tissus des vacances

Quand on pense lin, on pense croisières, voyage dans le Sud, chaleur… À la fois isolant et respirant, le lin régule notre température. C’est ce qui explique pourquoi il est si agréable à porter en été. Il s’agit aussi d’un tissu très absorbant qui sèche également rapidement.

Procédé de fabrication :

Le lin est une fibre naturelle dans tous les sens du terme. Même son procédé de fabrication se fait naturellement : après avoir été arraché, le lin est laissé au sol pour laisser les tiges macérer sous l’action des intempéries et du soleil afin d’en extraire les fibres. Cette étape est aussi appelée «rouissage». Les fibres sont ensuite broyées et raclées à la machine pour en retirer la partie ligneuse (teillage) puis peignées afin qu’elles soient filées et ensuite tissées pour en faire une toile.

Autre aspect intéressant : la culture du lin nécessite très peu d’engrais ou de pesticides et aucun déchet lié à sa fabrication n’est produit, car ce qui n’est pas utilisé pour la production de textile sert à faire de l’huile des lin, de la pâte à papier ou encore des graines.

Les avantages du lin :

  • Il est d’origine végétale;
  • Son procédé de fabrication est écologique;
  • Il régule la température corporelle;
  • Il ne bouloche pas;
  • Il est résistant, antibactérien et hypoallergénique.

Les inconvénients du lin :

  • Il froisse facilement;
  • Il ne résiste pas bien à la chaleur (donc pas de sécheuse, stp!);
  • Il est relativement dispendieux.
Photo par Bevis G sur Unsplash

Le lyocell tencel : le nouveau denim

Le lyocell est le nom générique d’une catégorie de textiles faits à partir de cellulose, ou de pâte de bois. On le connaît généralement sous son aspect de denim délavé… mais en tellement plus doux!

Procédé de fabrication :

Comme la viscose, la rayonne ou le modal, le lyocell est fait à partir de la pulpe de bois, une ressource renouvelable. Toutefois, contrairement à ces autres fibres dites cellulosiques, le solvant utilisé pour sa transformation est non toxique et en circuit fermé. Ainsi, 99% de ce solvant non toxique est récupéré et réutilisé.

Le tencel est un type de lyocell issu de la pulpe de bois d’eucalyptus. Ce bois issu de plantations certifiées produirait une fibre de grande qualité en plus de générer moins de déchets résiduels que d’autres types de bois.

Les avantages du lyocell (ou tencel) :

  • Son procédé de fabrication est non toxique;
  • Il est plus doux, plus brillant, plus léger et plus confortable que le denim;
  • Il est très résistant;
  • Il régule notre température corporelle;
  • Il ne décolore pas;
  • Il se froisse moins que le lin;
  • Il est facile à entretenir;
  • Il est biodégradable.

Les inconvénients du lyocell (ou tencel) :

  • Il est plus cher que le coton ou que la viscose;
  • Il est souvent mélangé à d’autres matières comme le coton… bon, c’est mieux que rien!

Et toi : as-tu des vêtements en lyocell tencel ou en lin? Savais-tu qu’il s’agissait de tissus plus écologiques? Lequel préfères-tu?

Se démaquiller aux huiles végétales

Se démaquiller aux huiles végétales

Et si je te disais que ta cuisine renfermait probablement déjà le meilleur démaquillant maison express qui non seulement nettoie, enlève ton maquillage, mais hydrate aussi ta peau en douceur? Je t’invite à revoir les huiles que tu réserves généralement à la cuisson ou à tes vinaigrettes à salade et à en faire bénéficier dès maintenant ton visage.

Peut-être es-tu un peu sceptique. Je te comprends. On a tendance à croire que les huiles bouchent les pores de la peau. Ce n’est toutefois pas le cas de toutes les huiles, et certaines, utilisées avec de l’eau, ne vont pas du tout contribuer à te donner des boutons. D’ailleurs, plusieurs démaquillant biphasés du commerce contiennent un mélange d’eau et d’huile pour aider à enlever efficacement le maquillage.

Pourquoi utiliser des huiles pour se démaquiller?

Comme je te l’explique dans mon article Pourquoi faire ses produits de soins de beauté soi-même, les produits de beauté que l’on achète renferment souvent des ingrédients nocifs pour nous ou pour l’environnement. C’est malheureux, mais c’est vrai. En utilisant des produits de ton garde-manger pour réaliser des soins de beauté naturels, tu limites ainsi ton exposition à ces ingrédients toxiques en plus de diminuer ton empreinte environnementale.

De plus, contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’huile fonctionne à merveille pour déloger le maquillage en douceur, surtout s’il est hydrofuge. Et non seulement elle nettoie, mais elle laisse un léger film sur la peau qui la nourrit. Résultat : on a une peau plus douce et hydratée.

Tu peux aussi choisir de mélanger une part d’huile et une part de phase aqueuse (eau minérale, gel d’aloès verra ou hydrolat) pour réaliser ton propre démaquillant biphasé maison. De cette façon, tu bénéficie des avantages nettoyants de l’huile et de l’effet hydratant de l’eau sur ta peau.

Photo par Chelsea shapouri sur Unsplash

Quelles huiles privilégier selon son type de peau

Avant de mettre n’importe quelle huile de ton garde-manger dans ton visage, il est important de vérifier deux choses :

  1. Son indice de comédogénicité (ne t’inquiètes pas, je vais bientôt t’expliquer ce que c’est);
  2. Si elle est biologique.

En effet, tu veux t’assurer que l’huile que tu utilises est adaptée à ton type de peau. Les peaux mixtes ou à tendance grasse doivent privilégier des huiles qui ont un indice de comédogénité très bas, c’est-à-dire qu’elles ne bouchent pas les pores. De plus, comme l’idée est d’utiliser les ingrédients les plus naturels possibles, il va de soi de privilégier une huile biologique. Tu ne voudrais pas remplacer des cochonneries par d’autres cochonneries, n’est-ce pas?

L’indice de comédogénicité des différentes huiles

Ce nom presque aussi imprononçable que celui de la sauce Worcestershire est en fait un classement sur une échelle de 0 à 5 qui indique le potentiel d’obstruction d’un corps gras envers les pores de la peau, qui pourrait entraîner des boutons ou des comédons (les fameux points noirs). En règle générale, on privilégie les huiles ayant un indice de comédogénicité de 0 à 2 pour le visage et on conserve celles avec un indice plus élevé pour une utilisation sur le reste du corps.

IndiceDéfinitionEffet sur le visageHuiles
0Non comédogèneNe bouche pas les poresArgan
Caméline
Chanvre
Noisette
Tournesol
1Peu comédogèneRisque minime de boucher les poresCandelilla
Framboise
Pépins de raison
Ricin
Rose musquée
2Moyennement comédogèneNe bouche pas les pores chez la majorité des gensAmande douce
Argousier
Avocat
Citrouille
Jojoba
Mangue
Noyau d’abricot
Olive
3Plutôt comédogèneBouche les pores chez plusieurs personnesMaiis
Soya
4ComédogèneBouche les pores chez la majorité des gensCacao
Coco
Graines de carotte
5Très comédogèneBouche les poresGerme de blé
Source : À fleurs de pots : petit grimoire des cosmétiques maison, par Les Trappeuses
Photo par Andrea Piacquadio sur Pexels

Mon expérience avec les huiles démaquillantes maison

J’ai testé pour la première fois une recette de démaquillant maison il y a environ 5 ou 6 ans. C’était une collègue de travail qui m’avait envoyé un article de magazine dans lequel il était conseillé de réaliser un démaquillant en mélangeant une part d’eau et une part d’huile d’olive. Le problème, c’est que j’étais une vraie délinquante à l’époque en termes de routine de beauté. Je n’avais pas tant aimé, alors j’avais fini par laisser la bouteille de démaquillant de côté et par l’oublier.

Ce n’est seulement que l’automne passé, quelques mois avant que la Covid n’entre dans nos vies, que j’ai redécouvert les huiles nettoyantes maison. J’avais alors commencé une démarche pour trouver des alternatives plus écologiques et naturelles aux produits que j’utilisais au quotidien. J’avais également une routine de soin bien rodée contrairement à la première fois.

À ce moment-là, j’avais naïvement commencé par me démaquiller avec l’huile d’olive que j’avais dans mon garde-manger. Erreur! Ma peau n’a pas du tout apprécié.

Pourtant, l’huile d’olive a un indice de comédogénicité de 2, ce qui signifie qu’elle ne bouche normalement pas les pores chez la majorité des gens, me diras-tu après avoir lu le tableau ci-dessus. Oui, je sais, c’est justement pour ça que je croyais que c’était correct. Par contre, c’était sans compter que :

  1. j’ai une peau mixte à tendance grasse. Il faut croire que l’huile d’olive n’était pas adapté à mon type de peau;
  2. j’avais oublié de vérifier si mon huile d’olive était extra-vierge (ça a l’air qu’elle est de meilleure qualité dans ce temps-là).

Bref, voyant ça, je me suis dit qu’il serait peut-être préférable que j’essaie une huile végétale avec un indice de comédogénicité de 0, donc qui ne bouche pas les pores. Je me suis tournée vers l’huile de tournesol, et ce, pour deux très bonnes raisons :

  1. on en trouve dans toutes les bonnes épiceries;
  2. plusieurs sont faites au Québec.

Cette fois, ma peau a mieux réagi. Toutefois, l’huile de tournesol que j’avais trouvée à ce moment-là n’était pas bio. Dès que j’en ai eu l’occasion, j’en ai acheté une autre qui me semblait de meilleure qualité, faite au Québec et bio.

Photo par Sarah Gualtieri sur Unsplash

Mes conseils pour se démaquiller à l’huile végétale

Avec l’expérience que j’ai vécue, j’aurais tendance à te conseiller de privilégier l’huile de tournesol si tu souhaites tester cette façon naturelle de te démaquiller. Pourtant, j’ai vu de nombreux témoignages sur des forums ou des groupes Facebook de personnes se démaquillant exclusivement à l’huile de noix de coco (qui a pourtant un indice de comédogénicité de 4) et qui n’ont aucun problème. Vas-y donc avec ce que tu as déjà sous la main (en essayant autant que possible de privilégier des huiles de qualité et bio) et tu ajusteras au besoin. Car si se démaquiller aux huiles végétales est d’une grande simplicité, comme bien des solutions naturelles, cette approche nécessite d’être adaptée à notre réalité, donc à notre type de peau. C’est par essai et erreur que l’on réussit à trouver ce qui nous convient le mieux.

Autre chose : j’ai remarqué que les cheveux les plus près du visage avaient tendance à être un peu plus gras après m’être démaquillée à l’huile. Je te conseille donc de bien rincer ton visage à l’eau après, surtout dans ces zones afin d’éviter ce désagrément.

Psst! Il n’y a pas que les huiles végétales qui démaquillent : il y a aussi le lait d’avoine, que j’utilise depuis quelques mois déjà. C’est très simple à faire et il a l’avantage de ne pas laisser la peau grasse après, ce qui est parfait pour mon type de peau. Par contre, le lait d’avoine contient du gluten, donc il n’est pas du tout conseillé pour les personnes ayant une intolérance à ce type d’aliment.